De nouvelles politiques de protection des consommateurs et de concurrence sont nécessaires pour le marché du crédit numérique au Kenya

Par William Blackmon, Rafe Mazer, Ninette Mwarania et Daniel Putman

L’enquête sur l’innovation dans le secteur bancaire de la Banque centrale du Kenya a indiqué qu’en 2020, 79 % de toutes les banques et 72 % de toutes les institutions de microfinance avaient introduit de nouveaux produits de technologie financière (FinTech) sur le marché. La croissance continue et les nouveaux entrants signifient un marché avec de faibles barrières à l’entrée et démontrent les opportunités d’innovation disponibles dans le secteur financier du Kenya. Cependant, même avec une entrée facile sur le marché, des problèmes de concurrence et de bien-être des consommateurs subsistent pour le crédit numérique et doivent être résolus de toute urgence pour garantir que les consommateurs maximisent les avantages de ces produits tout en évitant les risques.

Au Kenya, certains des risques les plus critiques incluent le coût élevé des produits, la faible sensibilisation des consommateurs aux conditions de prêt et la dépendance des prêteurs numériques vis-à-vis des entreprises de télécommunications/grandes technologies pour accéder aux clients. Lorsque les prêteurs s’associent à de grandes entreprises qui ont établi une clientèle, ils peuvent rapidement obtenir des parts de marché importantes, comme indiqué ci-dessous.

Prêts décaissés par mois
Valeur décaissée par mois

Afin de mieux comprendre ces défis et autres risques sur les marchés du crédit numérique réglementés et non réglementés, l’Autorité de la concurrence du Kenya (CAK) et Innovations for Poverty Action (IPA) ont mené une étude pour identifier et résoudre les problèmes potentiels de protection des consommateurs dans le crédit numérique du Kenya. marchés. La recherche impliquait une enquête auprès de 793 utilisateurs de services financiers numériques et des données de prêt provenant de prêteurs numériques bancaires et non bancaires. Les enseignements de cette recherche, s’ils sont soigneusement pris en compte par les décideurs politiques, les institutions financières et d’autres parties prenantes concernées, pourraient aider à atténuer certains des problèmes auxquels sont actuellement confrontés les Kenyans qui utilisent ces produits FinTech.

Insight 1 : Un partage d’informations moderne est nécessaire pour favoriser le choix et la concurrence.

Emprunts multiples en raison d'urgences

L’enquête a révélé que 33% des utilisateurs de crédit numérique avaient plusieurs prêts numériques actifs avant le premier cas signalé de COVID- le 16 mars 2020. Les raisons les plus courantes invoquées pour gérer de nombreux comptes de prêt étaient que les répondants devaient faire face aux urgences (52 %) et que les produits avaient des limites de prêt faibles (35 %) et devaient donc être complétés.

Les données administratives que nous avons recueillies auprès des prêteurs indiquent que ces types d’emprunteurs demandent souvent plusieurs prêts sur une courte période. En effet, 96% de ces personnes ayant des prêts auprès de plusieurs fournisseurs les ont généralement empruntés à moins de 30 jours d’intervalle.

Il est également à noter que les personnes qui ont plusieurs prêts auprès de plusieurs fournisseurs couraient un risque plus élevé de manquer à leurs obligations par rapport aux personnes qui obtiennent plusieurs prêts auprès d’un seul fournisseur.

À l’heure actuelle, les prêteurs numériques non bancaires ne sont pas autorisés à soumettre des rapports aux bureaux de référence de crédit (CRB), et les banques commerciales soumettent des rapports sur une base mensuelle. Cependant, nos résultats suggèrent que les rapports mensuels sont trop tardifs pour identifier les comportements d’emprunt multiples.

Un système d’information sur le crédit de rapports quotidiens aiderait à réduire les prêts aux emprunteurs réguliers lorsqu’ils ont déjà des dettes impayées auprès d’un autre prêteur. Cela permettrait également aux emprunteurs réguliers avec des prêts d’un fournisseur de rechercher des offres concurrentes auprès de nouveaux prêteurs qui ont désormais la même visibilité que les prêteurs précédents sur l’historique de remboursement positif de l’emprunteur.

En outre, l’inclusion de l’argent mobile et des données de paiement historiques fournirait des informations précieuses sur les flux de trésorerie aux prêteurs afin de mieux évaluer le profil de risque des nouveaux emprunteurs et de garantir que des produits tels que les découverts d’argent mobile soient reflétés dans les rapports d’historique de crédit d’un consommateur.

Insight 2. La tarification devrait récompenser les bons emprunteurs.

Ancienneté effective

L’analyse des données administratives a révélé que 4 % de tous les emprunteurs de l’échantillon ont entièrement remboursé leurs prêts dans les 24 heures suivant leur obtention. Ces emprunteurs fréquents empruntent le plus souvent auprès d’un seul prêteur. Par exemple, un prestataire de l’échantillon a indiqué que plus de 50 % de ses emprunteurs ont demandé et reçu cinq prêts ou plus au cours de la période de 15 mois de l’échantillon.. Des emprunts réguliers et un remboursement rapide créent un historique de crédit solide, que certains prêteurs ont commencé à récompenser avec des taux d’intérêt réduits sur les prêts ultérieurs. Si tous les prêteurs remboursaient une partie des frais aux emprunteurs qui remboursaient avant leur date d’échéance et réduisaient les frais aux emprunteurs réguliers en règle, le coût d’emprunt diminuerait considérablement pour de nombreux emprunteurs numériques fréquents.

Aperçu 3 : Les nouvelles exigences en matière de rapports aideront l’élaboration des politiques à suivre le rythme de l’innovation.

Pour garantir que la politique de crédit numérique suit le rythme de l’innovation des produits, nos conclusions suggèrent que plusieurs nouvelles méthodes de reporting et d’analyse des données pourraient être facilement élaborées et utilisées de manière continue :

  1. Exiger des rapports sur les frais facturés et les frais totaux pour rendre les prix transparents. Les régulateurs sectoriels pourraient collecter des informations officielles sur les prix auprès des fournisseurs sur une base mensuelle ou semestrielle et publier les résultats. Cela devrait inclure non seulement les coûts officiels, mais les frais moyens réels encourus par les emprunteurs, ventilés par frais réguliers, pénalités et frais de reconduction.
  2. Développer des outils de veille pour mieux segmenter les consommateurs à risque et mesurer la concurrence. Si tous les prêteurs numériques soumettaient des données au niveau des comptes ou des transactions aux régulateurs, les efforts de protection des consommateurs pourraient mieux cibler les consommateurs les plus exposés au risque de surendettement.
  3. Utilisez des outils de collecte de données côté client tels que des enquêtes téléphoniques et des données sur les plaintes pour obtenir des informations périodiques sur les consommateurs. Les sondages téléphoniques à composition aléatoire offrent un moyen relativement rapide et peu coûteux de collecter des informations sur les consommateurs qui complètent les données de transaction recommandées ci-dessus. De même, la communication des données sur les plaintes pourrait aider à identifier les problèmes soulevés par les consommateurs et leurs différences entre les différents prêteurs, ce qui peut être utilisé pour instituer des mesures correctives.

Le secteur du crédit numérique au Kenya continue de croître et d’évoluer pour répondre aux besoins des ménages et des petites entreprises. Pour garantir que la protection des consommateurs suit le rythme de l’innovation, de nouvelles méthodes de surveillance du marché telles que celles recommandées par la CAK et l’IPA dans l’enquête sur le marché du crédit numérique devraient devenir des éléments permanents de l’élaboration des politiques et de la supervision du secteur.

Lire le rapport complet ici.


William Blackmon est directeur de recherche pour le programme d’inclusion financière de l’IPA.

Rafe Mazer est le directeur de l’Initiative de recherche sur la protection des consommateurs de l’IPA.

Ninette Mwarania est responsable de la planification, des politiques et de la recherche à l’Autorité de la concurrence du Kenya.

Daniel Putman est boursier postdoctoral de l’Initiative de recherche sur la protection des consommateurs de l’IPA.

*

★★★★★