Crise du blé au Liban – Le projet Borgen

Crise du blé
Le Liban est confronté à une crise économique paralysante qui a plongé plus des trois quarts de sa population dans la pauvreté, et la dernière manifestation en est la crise du blé. Suite à l’explosion de Beyrouth en 2020, le pays n’a plus de réserves nationales et dépend des importations étrangères pour le blé. Avant le conflit en Ukraine, le pays importait environ 80 % de son blé de Russie et d’Ukraine. Le Liban peine actuellement à trouver de nouveaux marchés pour satisfaire sa demande de blé, compte tenu de son faible pouvoir d’achat face à l’inflation pandémique.

Situation actuelle

Depuis le début de la guerre en Ukraine, la Russie a bloqué toutes les exportations de céréales ukrainiennes via la mer Noire, ce qui a entraîné une forte flambée des prix du pain au Liban. Bien que l’Ukraine et la Russie, par le biais de négociations facilitées par l’ONU, aient signé un accord exprimant leur intention de relancer les exportations de céréales, la légitimité de l’accord est remise en question car la Russie a attaqué la ville portuaire ukrainienne d’Odessa moins de 24 heures après le lancement de l’accord. En fait, l’infraction a poussé les prix des céréales encore plus haut.

Selon l’équipe Liban Crisis Analytics de Mercy Corps, le prix de la farine de blé a augmenté de 209 % depuis le début de l’invasion russe. L’inflation annuelle des aliments et des boissons, qui a atteint le chiffre stupéfiant de 332 % en juin, exacerbe cette situation. A ce jour, 22% des ménages libanais sont en situation d’insécurité alimentaire.

Aide internationale

Le Liban a déjà reçu un prêt de 150 millions de dollars de la Banque mondiale pour financer des importations immédiates de blé afin de fournir aux ménages pauvres et vulnérables et aux autres populations déplacées des options alimentaires abordables. Le ministre libanais de l’Economie et du Commerce, Amin Salam, prévoit que le prêt couvrira l’approvisionnement alimentaire pendant six à neuf mois. Comme le prix mondial du blé a baissé, Salam pense que le prêt durera très probablement huit mois. Pendant cette période, Salam cherche à recevoir un prêt supplémentaire de 3 milliards de dollars du Fonds monétaire international (FMI) dans le cadre d’un programme de soutien promis en attente d’approbation.

En plus d’importer de la nourriture, le Liban prévoit également de construire deux nouveaux silos à grains, qui coûteront environ 100 millions de dollars. Selon Salam, plusieurs pays ont déjà exprimé leur intérêt à soutenir le projet, dont l’Allemagne, les États-Unis, la France, les Émirats arabes unis et le Qatar.

Le projet a reçu l’approbation officielle suite à l’étude de faisabilité technique menée par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement. Le plan actuel est de construire deux silos à grains au nord de Beyrouth dans le port de Tripoli et l’est de la vallée de la Bekaa. Les nouveaux silos seront pleinement opérationnels dans environ un an et contiendront environ 125 000 tonnes de céréales, soit l’équivalent de neuf mois de réserves.

La construction des nouveaux silos à grains est une avancée significative pour la gestion de la crise au Liban. Outre l’apaisement de la pression des importations de blé, coûteuses et parfois lentes, les silos signalent également l’amorce d’une planification économique plus organisée, qui pourrait bien sortir le pays de son effondrement économique.

– Emily Xin
Photo : Flickr

*

★★★★★