COVID-19 perturbe le travail des bénévoles dans le monde | Le projet Borgen

COVID-19 perturbe le travail bénévoleAlors que la pandémie du COVID-19 a balayé le monde, aucun domaine de la vie n'a été laissé intact. Des millions de personnes travaillant à distance à la réduction sévère des voyages internationaux, le COVID-19 et ses impacts sont inévitables. Un domaine de travail en particulier a été touché. À bien des égards, COVID-19 perturbe le travail des bénévoles dans le monde. Les efforts de lutte contre la pandémie ont absorbé une grande partie de l’attention et des ressources de la communauté mondiale. Cependant, la communauté mondiale risque maintenant de négliger certains des travailleurs les plus essentiels et sous-estimés du monde: les bénévoles. Alors que les portefeuilles se resserrent en raison de l'impact économique du coronavirus, le volontariat peut subir de dures réductions.

Dans certains cas, les organisations bénévoles constatent que leur modèle d'activité précédent, généralement axé sur le rapprochement, n'est plus possible en raison des exigences de distanciation sociale. Cela a suscité des solutions créatives et réfléchies sur la façon de servir les personnes qui ont le plus besoin d'aide sans mettre davantage leur santé en danger, en surmontant les façons dont le COVID-19 perturbe le travail bénévole.

Qui sont les bénévoles?

Si ces solutions sont utiles, il existe un autre problème qui est plus difficile à affronter: le déclin général des bénévoles. Les seniors américains font du bénévolat à un taux de 23,9%, contre 18,8% des personnes au début de la vingtaine qui font du bénévolat. Ce taux est constant dans d'autres pays, comme en Irlande du Nord, où environ 25% des volontaires ont plus de 65 ans, et en France, où la grande majorité des volontaires réguliers ont plus de 55 ans. Les données des CDC montrent que COVID-19 devient beaucoup plus meurtrière à mesure que les gens vieillissent, les hospitalisations pour 100 000 augmentant de façon exponentielle au-delà de 50 ans. Indépendamment des solutions créatives, l'essence du travail bénévole nécessite un contact étroit entre les bénévoles et les personnes qu'ils essaient de servir. Ainsi, la crise du volontariat devient évidente: les personnes âgées constituent la majorité des volontaires mais sont aussi les plus vulnérables au coronavirus. Par conséquent, COVID-19 perturbe le travail bénévole.

Un impact local

Mme Violaine Motte, bénévole à l'Église de la Sainte Trinité, comprend comment le COVID-19 a perturbé le travail bénévole. L'église parisienne distribue de la nourriture quatre fois par semaine à tous ceux qui le demandent. Motte, qui travaille avec l'église depuis six ans, dit qu'ils distribuent de la nourriture depuis plus de 30 ans.

L'église voit une grande variété de visiteurs à la recherche d'aide, des ouvriers qui n'ont pas les moyens de payer les prix locaux aux sans-abri en passant par les retraités vivant avec un revenu fixe. A l'heure de la quarantaine et de la distanciation sociale, les personnes issues de milieux aussi divers et variés présentent un danger d'infection. Il est impossible de contrôler ou même de connaître pleinement leurs mouvements et contacts. C'est un risque particulièrement pertinent pour les volontaires de l'église de la Trinité, car ils correspondent à la tendance mondiale des volontaires. Mme Motte dit qu'avant la pandémie, les bénévoles «vieillissaient assez parce que la moyenne des femmes qui viennent a plus ou moins 70 ans». Cela crée un risque sérieux pour les bénévoles de l'église, qui sont donc incapables d'aider tout en se protégeant de l'infection.

En conséquence, COVID-19 perturbe le travail bénévole à l'église. «Le jour de l'accouchement, en raison du fait que nous avons des personnes âgées parmi les volontaires, elles n'étaient plus autorisées à venir», dit Motte. «Ils sont trop vieux; c'est une population à risque. Le prêtre a décidé de ne plus les laisser préparer le repas ou servir la nourriture. En outre, Motte dit qu'en raison des nouvelles règles, le groupe a été contraint de retirer ses opérations de l'église et de les mettre dans la rue, ainsi que de réduire considérablement la taille de l'équipe préparant la nourriture.

De plus, le COVID-19 perturbe le travail des bénévoles par la mise en quarantaine forcée, ce qui affecte de nombreux bénévoles âgés. «Pour les anciens volontaires, c’est quelque chose de très triste car on leur a dit de ne plus venir. À mon avis, le service est très important pour les personnes qui reçoivent le service, mais aussi pour les personnes qui font le service », a déclaré Motte. «Une grande partie d'entre eux sont des personnes vivant seules, et venir à l'église et préparer de la nourriture pour les autres est une façon d'être dans leur vie.» Au fur et à mesure que l'Église avance dans ses activités, on ne sait toujours pas ce qui peut être fait pour assurer la participation des volontaires plus âgés.

C'est un problème pour l'église, car elle a du mal à attirer de nouveaux volontaires. Motte déclare: «Depuis que j'y travaille, ce sont toujours les mêmes bénévoles.» En conséquence, alors que les volontaires plus âgés ont été contraints de rester à la maison, personne n’est venu prendre leur place. Motte est franc sur les défis auxquels l'église est confrontée en raison du coronavirus: "Maintenant, les règles changent totalement et nous ne savons pas ce qui se passe en septembre."

Cependant, Motte est tout aussi franc sur ce qui doit être fait pour garantir que ce travail important se poursuive, malgré la manière dont le COVID-19 perturbe le travail bénévole: «Encouragez plus de jeunes à faire du bénévolat.»

– Franklin Nossiter
Photo: Wikimedia Commons

*

★★★★★