COVID-19, la pauvreté et l’initiative de suspension du service de la dette (DSSI)

COVID-19, la pauvreté et l'initiative de suspension du service de la dette (DSSI)
À la suite de sa dévastation continue, Covid-19 a laissé, entre autres, des récessions dans les pays les plus pauvres du monde. Ces récessions menacent de pousser plus de 100 millions de personnes en dessous du seuil de 1,90 $ par jour qui définit l’extrême pauvreté. Pour prévenir l’aggravation de la pauvreté, les pays du G20 ont été appelés par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international à mettre en place l’Initiative de suspension du service de la dette (DSSI). L’initiative vise à réorienter les fonds prévus pour la liquidation de la dette vers la lutte contre la pandémie et l’aide aux populations les plus vulnérables.

Comment ça marche?

Créé en avril 2020, le DSSI permet la suspension des paiements de dette de gouvernement à gouvernement pour 73 pays éligibles. Plus de 60% de ces pays ont accepté l’offre à partir de 2021. Les listes respectives de l’Association internationale de développement et de l’ONU des pays les moins avancés englobent tous les pays autorisés à être suspendus, moins l’Angola. La qualification pour le report nécessite également une demande d’accord avec le FMI, ainsi qu’un engagement à utiliser de l’argent sans entrave pour les dépenses sociales, de santé ou économiques conçues pour remédier aux effets de Covid-19.

Y compris les paiements d’intérêts et d’amortissement, le total des paiements au titre du service de la dette souveraine en 2020 devrait atteindre près de 14 milliards de dollars. Moins de 4 milliards de dollars appartiennent au groupe du Club de Paris, ce qui a suscité des appels à la participation d’autres créanciers comme la Chine et la Russie. De plus, le G20 a reçu des demandes d’inclusion d’entités telles que des banques et des fonds d’investissement dans l’initiative, mais cet appel n’a pas encore reçu de réponse favorable. Environ 5,7 milliards de dollars de paiements ont été reportés en 2020, avec un report supplémentaire de 7,3 milliards de dollars prévu pour juin 2021.

Les pierres non retournées

Des réserves ont été émises quant à la capacité de la cessation temporaire des paiements de la dette bilatérale d’apporter un soulagement adéquat aux pays concernés. Toute dette n’est pas la dette souveraine qui est comptabilisée dans la DSSI, et la capacité fiscale des pays approuvés est largement insuffisante pour résister aux intempéries de Covid-19, même avec un report de la dette. À l’avant-garde de l’appel lancé aux créanciers du secteur privé pour qu’ils adoptent l’initiative se trouve l’Institute of International Finance (IIF), une association mondiale s’occupant de l’industrie financière.

Les estimations de l’IIF montrent que la participation des créanciers du secteur privé fournirait un ajournement supplémentaire de 13 milliards de dollars. Cela offrirait un allégement potentiel important des 35,3 milliards de dollars dus collectivement par les pays éligibles à la DSSI. Cependant, l’IIF a fait part de ses inquiétudes, notamment concernant le manque de considération de la DSSI pour la situation unique de chaque pays débiteur et le doute que cela suscite pour les créanciers du secteur privé.

Le champ d’éligibilité globalement étroit de la DSSI a également été remis en question. Les pays à revenu intermédiaire ont plus de huit fois le montant de la dette extérieure collective en cours par rapport aux pays éligibles à la DSSI. Avec 422,9 milliards de dollars de remboursement de dette rien qu’en 2020, ces pays courent également le risque d’être financièrement incapables de faire face au Covid-19. Après que les investisseurs étrangers ont retiré environ 100 milliards de dollars des marchés d’actions et d’obligations des pays à revenu intermédiaire, les sorties de capitaux se sont stabilisées. L’IIF, peut-être à cause de ce constat, a prévu que les pays en question rencontreront des difficultés pour emprunter de l’argent. L’IIF a également fait des projections qui indiquaient des déficits budgétaires sans précédent en 2020.

Solutions possibles

À l’heure actuelle, aucun mécanisme n’est en place pour garantir que les paiements différés de la dette seront utilisés en conséquence. Une proposition implique la création d’une facilité centrale de crédit (CCF) à la Banque mondiale. Cette organisation, si elle était autorisée, exigerait des pays demandant un allégement de déposer les paiements d’intérêts différés pour certifier que les fonds seraient utilisés pour annuler les effets de la pandémie. Bien que le CCF ait obtenu le soutien des universitaires et la reconnaissance de la presse, on ne sait pas si les pays l’adopteront.

La faillite d’entreprise ou individuelle pour les pays n’est pas une option. Le FMI a tenté mais n’a pas réussi à établir un régime de résolution souveraine avec sa proposition de mécanisme de restructuration de la dette souveraine (SDRM) en 2002, finalement en raison d’opinions contradictoires sur la façon de structurer sa conception. Une mise en œuvre notable d’un moratoire sur la dette a eu lieu en 1931 par Herbert Hoover, alors président des États-Unis. Sa déclaration a été suivie d’une ruée de pays défaillants. Bien que ces pays se soient rétablis plus rapidement que les pays qui n’ont pas fait défaut, ces pays ont eu du mal à trouver des prêts étrangers pendant plus de 20 ans après le défaut.

Forger une voie à suivre

Alors que COVID-19 a infligé des difficultés financières désastreuses aux nations du monde entier, des initiatives comme la DSSI s’efforcent de contrer les dommages. En avril 2021, les créanciers intergouvernementaux du G20 ont prolongé la DSSI pour la dernière fois de six mois, portant son activité jusqu’en décembre 2021. Malgré les inquiétudes concernant sa mise en œuvre et ses conséquences, la DSSI représente une tentative positive des créanciers à l’échelle nationale pour aider le plus vulnérable à la suite de la COVID-19.

-Mohamed Makalou
Photo : Unsplash

*

★★★★★