COVID-19 amplifie le fossé numérique

Écart numérique
Pendant la pandémie de COVID-19, Internet a fourni des solutions à bon nombre de nos problèmes actuels. Alors que la pandémie nous empêchait de nous rencontrer en personne, les écoles et les entreprises se sont tournées vers Internet pour une nouvelle façon de travailler ensemble. Étonnamment, alors que près de la moitié du monde n’a pas accès à Internet, COVID-19 a également amplifié le fossé numérique.

Le fossé numérique

Selon un récent rapport du Fonds des Nations Unies pour l’enfance – Union internationale des télécommunications (UNICEF-UIT), les deux tiers des enfants d’âge scolaire dans le monde n’ont pas accès à Internet à la maison. Dans le monde entier, des centaines de millions d’enfants dépendent toujours de l’apprentissage en ligne en raison de la pandémie, et le manque d’accès à Internet empêche ces enfants de recevoir une éducation.

Le fossé numérique met encore plus en évidence les divisions de classe. Les étudiants ruraux et à faible revenu ont plus de difficultés que les étudiants urbains et les étudiants issus de ménages à revenu élevé. Cinquante-huit pour cent des enfants d’âge scolaire des ménages les plus riches ont accès à Internet à la maison, tandis que seulement 16 % des élèves les plus pauvres y ont accès. Cela signifie que l’éducation de 1,3 milliard d’enfants est en danger.

De plus, la majorité de ceux qui n’ont pas accès à Internet se trouvent dans les pays les plus pauvres. Ce sont également les pays où l’accès aux informations sur COVID-19 peut être le plus important. Selon la Banque mondiale, 85 % des Africains vivent avec moins de 5,50 dollars par jour. En Afrique, un gigaoctet de données coûte près de 8 % du revenu moyen. Pour référence, un gigaoctet est suffisant pour diffuser un film en définition standard pendant une heure.

Pendant la pandémie

La crise du COVID-19 renforce les inégalités sociales pour les personnes ayant des emplois précaires et des emplois dans les lieux publics. Il amplifie également l’écart entre ceux qui vivent dans des communautés de logements serrés et ceux qui n’ont pas d’assurance maladie. À son tour, la fracture numérique aggrave les effets du COVID-19. Sans accès à Internet, les gens sont incapables de trouver des informations actuelles et vitales sur la maladie et sur la façon de la traiter. Ceux qui n’y ont pas accès sont également empêchés de communiquer avec les autres au sujet de la pandémie. La pandémie touche le plus durement les personnes âgées, les chômeurs et les sans éducation qui sont les groupes qui utilisent le moins Internet.

Comment combler le fossé numérique

Afin de protéger l’éducation des enfants et de donner aux pauvres une meilleure chance de rivaliser dans l’économie moderne, il est essentiel de combler le fossé numérique. Pour résoudre ce problème, le monde doit également s’attaquer aux problèmes de la pauvreté mondiale et de la faiblesse des infrastructures.

L’abordabilité de l’accès à Internet est un facteur majeur de la fracture numérique. Les appareils personnels, y compris les ordinateurs portables et les smartphones, sont coûteux. De plus, les taxes, les droits de brevet et l’électricité les rendent encore plus chers. Le financement de personnes qui n’ont pas les moyens de s’offrir la technologie est un moyen de résoudre ce problème. La mise en place de subventions tarifaires qui abaissent le prix intérieur est une seconde possibilité.

En outre, le public a besoin d’être informé de la valeur et des ressources d’Internet, et Internet doit être pertinent et accessible. Premièrement, les gens doivent également apprendre à l’utiliser correctement. En raison du manque de pertinence, les gens ont du mal à trouver du contenu, des services ou des applications en ligne dans leur langue principale. Dans les zones rurales et pauvres, de nombreuses personnes n’ont pas l’éducation nécessaire pour comprendre une grande partie du contenu en ligne. Lors d’une réunion du Forum économique mondial, Achim Steiner, administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a souligné l’importance de rendre la technologie inclusive.

Giga : un programme pour combler l’écart

En 2019, l’UNICEF et l’UIT ont lancé une initiative mondiale appelée Giga. Giga a pour objectif de fournir à chaque école et à sa communauté environnante un accès à Internet. Giga a collaboré avec les gouvernements pour collecter des données et cartographier plus de 800 000 écoles dans 30 pays. À l’aide de ces informations, Giga travaille avec les gouvernements, les industries et les partenaires du secteur privé pour créer des dossiers d’investissement pour un financement public-privé mixte. Ce financement public-privé sera utilisé pour construire les infrastructures de connectivité nécessaires.

Le fossé numérique est une crise qui met en évidence les divisions de classe ; le manque d’accès à une technologie suffisante désavantage les gens. COVID-19 a amplifié le fossé, mais il a également accéléré la transition numérique car il a rendu les collaborations pour combler le fossé numérique d’autant plus urgentes. Giga et les initiatives mondiales similaires qui encouragent le financement public-privé sont très prometteuses pour être le fer de lance de la réduction de la fracture numérique. Ils ont également la promesse de faire passer le monde à une technologie plus inclusive.

– Jacqueline Zembek
Photo : Flickr

*

★★★★★