Catégories
Solidarité et entraide

Coopération internationale dans la distribution de l’aide étrangère

Distribution de l'aide étrangère
Aucun organisme mondial unitaire n’est chargé de coordonner et de distribuer l’aide étrangère. Les efforts d’aide étrangère consistent généralement en une aide bilatérale ou multilatérale. Un pays accorde directement une aide bilatérale à un autre, tandis que plusieurs pays mettent leurs ressources en commun avant de fournir conjointement une aide multilatérale. L’Agence américaine pour le développement international (USAID) est un exemple d’organisation d’aide bilatérale car seuls les États-Unis font partie de son processus décisionnel. Un bon exemple de donateur d’aide multilatérale serait l’ONU ou la Banque mondiale, où les organisations elles-mêmes exercent une forte autonomie en matière de distribution de l’aide étrangère.

Coopération internationale en matière d’aide étrangère

La Banque mondiale, les Nations Unies et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) comptent parmi les plus grands décideurs en matière d’aide étrangère. Bien qu’ils fonctionnent tous de manière indépendante, chacun contribue à un effort partagé et à une compréhension commune dans la réalisation de leurs objectifs.

En 2012, les Nations Unies ont convoqué une grande conférence pour fixer des objectifs et un programme pour les objectifs de développement durable d’ici à 2030. Sur ses 17 objectifs de développement et 169 cibles, la pauvreté était en tête de liste et contenait sept cibles. La conférence a déterminé les questions les plus importantes et les plus saillantes liées au développement durable jusqu’en 2030. À l’appui de cet objectif commun, l’OCDE a également incorporé une plate-forme concernant le Programme de développement durable à l’horizon 2030. Cela illustre la façon dont l’agenda d’une organisation peut se recouper et influencer les agendas définis par d’autres.

Les efforts de coordination de l’OCDE

L’OCDE conseille la répartition et la mise en œuvre d’un flux efficace d’aide étrangère entre les membres de l’aide de son Comité d’aide au développement (CAD). Dans de nombreux cadres et groupes différents, l’OCDE utilise un «étalon-or» pour l’aide étrangère appelé Aide publique au développement (APD). Depuis 1969, les plus grands pays réunis au sein du CAD ont adopté l’APD comme principale source de distribution de l’aide étrangère. La définition de l’APD est une question compliquée, car, par exemple, les pays éligibles à l’APD changent avec le temps. Quoi qu’il en soit, la distribution de l’aide étrangère est soigneusement optimisée pour promouvoir et cibler le développement économique et le bien-être des pays en développement. Ces répercussions sont vastes. Les organismes internationaux, de la Banque mondiale à l’ONU, respectent les normes fixées par l’OCDE.

L’OCDE utilise une approche descendante pour atteindre des objectifs plus larges de développement et d’aide. L’organisation mesure et évalue régulièrement ses progrès dans la mise en œuvre de ses objectifs. Cela comprend la fourniture de conseils aux pays membres. Dans son rapport sur «Mesurer la distance par rapport aux cibles des ODD», il a fourni aux pays membres un aperçu des forces et des faiblesses pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) fixés par l’ONU. Ces commentaires aident les pays à rester sur la bonne voie pour atteindre au mieux les objectifs. Dans l’ensemble, l’étude a révélé des progrès inégaux sur les objectifs de développement durable. Certains objectifs, tels que l’infrastructure, ont été presque atteints, mais d’autres ont noté des progrès moyens à faibles.

La Banque mondiale

La Banque mondiale est en quelque sorte un jumeau du Fonds monétaire international (FMI). Cependant, au lieu de prévenir et de faire face à des catastrophes financières comme le FMI, «le [World] La Banque est avant tout une institution de développement. » On peut voir les liens internationaux lorsque la Banque mondiale discute de l’APD tout en considérant les flux d’aide étrangère.

En 2021, l’un des principaux objectifs de la Banque mondiale est d’atténuer le choc économique du COVID-19. Il prévoit de déployer jusqu’à 160 milliards de dollars d’ici juin 2021 pour soutenir les réponses des pays au virus. Par exemple, la Banque mondiale a fourni à la Papouasie-Nouvelle-Guinée près de 7 000 fournitures d’infection, de prévention et de contrôle et plus de 31 000 équipements de protection individuelle. Au Ghana, il a soutenu la formation de milliers de professionnels et de techniciens de la santé. Aujourd’hui, la Banque mondiale est le plus grand bailleur de fonds externe de l’éducation dans les pays en développement. Dans son rapport annuel 2020, la Banque mondiale a estimé que la Société financière internationale, membre du Groupe de la Banque mondiale, contribuerait à la création d’au moins 1,9 million d’emplois grâce aux projets qu’elle a financés au cours de l’exercice 2020.

Avoir hâte de

Grâce à des organisations telles que la Banque mondiale, l’ONU et l’OCDE, l’aide étrangère bénéficie de niveaux de coopération plus élevés que jamais. Bien qu’aucun organe unitaire n’existe pour négliger la distribution de l’aide, ces organisations comblent le vide. Leurs efforts favorisent l’espoir d’une efficacité encore plus grande dans la distribution de l’aide étrangère.

– Marshall Wu
Photo: Wikipédia Commons

*