COMPRENDRE LA TUBERCULOSE AUX PHILIPPINES

Tuberculose aux PhilippinesAvec le paludisme et le VIH, la tuberculose (TB) est l’une des principales maladies transmissibles qui ravagent la vie des populations vulnérables dans les pays en développement. Aux Philippines, la situation est particulièrement difficile – l’OMS estime qu’en 2019, jusqu’à 1 million de Philippins souffraient de tuberculose active, la troisième prévalence la plus élevée au monde. Environ 70 personnes meurent chaque jour dans le pays de cette maladie totalement guérissable.

Les solutions ne sont pas loin d’être à portée de main, mais comprendre les multiples raisons pour lesquelles la tuberculose persiste aux Philippines est essentiel pour mettre en œuvre des mesures efficaces pour lutter contre la propagation de la maladie.

Tuberculose : un aperçu

La tuberculose est une infection bactérienne qui attaque généralement les poumons, entraînant de la toux, des douleurs thoraciques, de la fatigue et des symptômes de fièvre. Il se propage par des gouttelettes en suspension dans l’air libérées par la toux, les éternuements et même la parole, ce qui le rend hautement transmissible. Comme pour toute maladie bactérienne, les personnes dont le système immunitaire est affaibli sont les plus exposées au risque de maladie grave ou de décès. Les personnes qui souffrent de malnutrition ou qui souffrent déjà de maladies comme le VIH ou le diabète sont particulièrement vulnérables.

Avec une épidémie de VIH en croissance rapide et le Programme alimentaire mondial signalant que 64 % de sa population souffre d’« insécurité alimentaire chronique », il n’est pas surprenant que la tuberculose soit si répandue aux Philippines.

Liens avec la pauvreté

L’organisation Health Poverty Action le dit simplement : « La pauvreté et la tuberculose sont étroitement liées. La propagation de la tuberculose aux Philippines est étroitement liée aux conditions de vie de ses patients – le Système national de recherche sur la santé des Philippines (PNHRS) indique que la tuberculose est particulièrement fréquente chez les pauvres des villes, qui ont souvent un accès insuffisant aux soins de santé.

Un rapport de l’Institut philippin d’études sur le développement cite également les conditions de vie surpeuplées comme un facteur qui exacerbe la propagation de la tuberculose parmi les pauvres des villes.

Un autre problème qui fait obstacle à l’éradication de la tuberculose est celui des obstacles financiers au traitement. Une étude de 2022 publiée dans « Global Health » a interrogé les Philippins vivant dans une zone à forte prévalence de tuberculose et a constaté que beaucoup citaient les « dépenses indirectes », comme le coût du transport, comme un facteur qui les inciterait à éviter de se faire soigner.

Alors que la tuberculose résistante aux médicaments devient un problème croissant, de nombreux Philippins sont obligés de se rendre dans plusieurs hôpitaux et établissements de santé différents pour obtenir différentes ordonnances, à un coût personnel important. En effet, la tuberculose résistante aux médicaments oblige les personnes atteintes à passer d’un médicament à l’autre pour traiter la maladie. Ce type de traitement est coûteux, d’autant plus que les services de santé et le programme national de lutte contre la tuberculose sont « crucialement sous-financés », selon des chercheurs de l’Université des Philippines.

L’étude «Global Health» a également noté le risque de chômage comme un obstacle important au traitement – de nombreux répondants à l’enquête craignaient d’être contraints de prendre un congé de leur travail s’il était révélé qu’ils étaient contagieux, ou qu’ils seraient incapable de travailler en raison des effets secondaires du traitement. En bref, beaucoup ne pouvaient tout simplement pas se permettre de ne pas travailler.

Se battre pour le changement

Bien que le gouvernement philippin ait fait des efforts pour atténuer le coût du traitement de la tuberculose pour les ménages à faible revenu avec son programme national de lutte contre la tuberculose susmentionné, une étude de 2022 a révélé que 42 % des ménages atteints de tuberculose subissaient encore des « coûts catastrophiques » associés à la maladie.

Cependant, il y a eu quelques avancées modérées. Par exemple, pendant la pandémie de COVID-19, le Fonds mondial et le Philippine Business for Social Progress (PBSP) ont élargi une initiative existante qui employait des motocyclistes pour transporter des échantillons du domicile des patients aux hôpitaux pour évaluation – ils peuvent désormais transporter des médicaments de la santé des établissements de soins aux domiciles des patients, allégeant ainsi la charge financière du transport pour les patients tuberculeux.

De plus, en 2020, le ministère philippin de la santé et le bureau de pays de l’OMS aux Philippines ont créé un « ensemble de solutions numériques » visant à collecter davantage de données et à faciliter la notification des cas de tuberculose, un domaine qui doit encore être amélioré. Les applications ne nécessitent pas de connexion Internet et sont capables de suivre les progrès des patients, ce qui permet aux prestataires de soins de santé et aux patients d’accéder plus facilement aux informations sur le traitement de la tuberculose. De cette façon, les patients n’ont pas besoin de se rendre à l’hôpital simplement pour rester informés de leurs plans de traitement.

Regarder vers l’avant

L’éradication de la tuberculose aux Philippines est un objectif réalisable, mais cela demandera beaucoup de temps, d’efforts et de financements. La pauvreté est un facteur clé des maladies transmissibles, et le cas de la tuberculose aux Philippines illustre ce fait. Une étude de 2018 a révélé que l’éradication de la pauvreté dans le monde entraînerait une réduction de 33 % des cas de tuberculose. La réalisation de cet objectif contribuera à sauver des vies, à accroître la productivité et à éliminer définitivement la tuberculose aux Philippines.

–Abbi Powell
Photo : Flickr

*

★★★★★