Comment les sanctions peuvent accroître la pauvreté


Les sanctions économiques visent à infliger un préjudice économique à un pays ciblé, à sélectionner des industries en son sein ou des organisations ou des individus spécifiques dans le but de changer le comportement malveillant de cette entité. Pour qu’un régime de sanctions soit considéré comme efficace, il doit infliger un préjudice économique et modifier par la suite le comportement de l’État ciblé. En conséquence, les sanctions peuvent accroître la pauvreté et nuire aux citoyens des pays qui les subissent.

Les sanctions économiques se sont avérées efficaces pour infliger des dommages économiques, cependant, beaucoup oublient souvent que les sanctions nuisent non seulement à l’État ciblé et à sa population, mais ont également un impact sur l’État qui les applique. Les sanctions réduisent les revenus des entreprises et des particuliers américains, coûtant des milliards de dollars en opportunités ou en ventes perdues et des milliers d’emplois.

Cependant, les pays n’appliquent pas souvent des sanctions pour punir, mais plutôt pour changer le comportement atroce d’autres acteurs gouvernementaux. Cependant, le dossier montre que les sanctions obtiennent rarement le résultat souhaité et nuisent souvent aux parties les plus vulnérables de la population civile. Par exemple, les sanctions imposées à Haïti ont conduit à un exode massif coûteux et dangereux vers les États-Unis et les sanctions militaires contre le Pakistan ont conduit leur gouvernement à poursuivre une option nucléaire car ils n’avaient plus accès aux armes américaines. Le régime de sanctions imposé par l’ONU dans les années 1990 à l’Iraq illustre le fait que les sanctions atteignent rarement leur objectif et nuisent principalement à la population civile.

Régime de sanctions de l’ONU en Irak

L’ONU a mis en place des sanctions globales contre l’Irak le 6 août 1990, en réponse à l’invasion du Koweït par l’Irak quatre jours plus tôt. Les sanctions ont bloqué toutes les importations et exportations vers l’Irak visant à faire pression sur Saddam Hussein pour qu’il se retire du Koweït et abandonne sa quête d’ADM. Après sept mois de sanctions globales, Hussein a poursuivi l’invasion jusqu’au 16 janvier 1991, date à laquelle les États-Unis ont déclaré l’opération Desert Storm. Les forces de la coalition de l’ONU ont chassé les forces irakiennes du Koweït en 100 heures.

Les sanctions économiques ont de toute évidence infligé un préjudice économique à l’Iraq, les pires effets s’abattant sur les couches les plus vulnérables de la population. En 1993, trois ans seulement après le début du régime global de sanctions, le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont signalé que les sanctions avaient banalisé la faim et la malnutrition sévères pour la plupart de la population irakienne. Selon le PAM et la FAO, les personnes touchées par la faim et la malnutrition sévères étaient des groupes vulnérables, notamment les enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes ou allaitantes, les veuves, les orphelins, les malades, les personnes âgées et les handicapés.

C’est la force militaire qui a contraint Saddam Hussein à se retirer du Koweït, pas les sanctions. Les dirigeants irakiens se sont montrés capables de déjouer les impacts des sanctions économiques. D’où la capacité de l’Irak à soutenir une invasion terrestre, sous des sanctions intenses, pendant sept mois après avoir mené une guerre contre l’Iran. Les sanctions n’ont pas atteint leurs objectifs car Saddam Hussein est resté au pouvoir après le cessez-le-feu négocié, un accord qu’il a largement ignoré. En 1997, 31% des enfants irakiens de moins de 5 ans souffraient de malnutrition chronique à la suite des sanctions mises en place en 1990. Cela montre clairement comment les sanctions peuvent accroître la pauvreté dans les pays qui les subissent.

Sanctions : un lien entre la pauvreté et la sécurité nationale

Le recours excessif d’une partie des États-Unis à l’utilisation de sanctions a érodé la sécurité nationale américaine et la sécurité mondiale de plusieurs manières. Les régimes antidémocratiques, comme celui de Kim Jong-un ou l’ancien régime de Saddam Hussein, se moquent souvent de la menace de sanctions parce que les dirigeants de ces pays sont conscients qu’ils seront probablement en mesure d’atténuer les effets des sanctions sur eux-mêmes.

De plus, les sanctions peuvent avoir pour effet de rendre les populations civiles de plus en plus dépendantes de leur gouvernement sanctionné. Les sanctions causent la rareté et le gouvernement sanctionné est le moins vulnérable à la rareté des ressources. La rareté permet au gouvernement sanctionné d’arracher un plus grand contrôle sur la distribution des biens, renforçant le pouvoir du gouvernement ciblé sur son peuple. En bref, des sanctions globales peuvent accroître la pauvreté et, par conséquent, rendre ceux qui sont le plus durement touchés par la pauvreté encore plus dépendants de leurs gouvernements malveillants ciblés.

Le recours excessif des États-Unis aux sanctions menace également la supériorité du dollar américain. Les États-Unis tirent une grande partie de leur sécurité nationale de la domination du dollar. Le recours excessif aux sanctions conduit les pays à réévaluer leur dépendance au dollar. Comme l’a noté Benn Steil, directeur de l’économie internationale au Council on Foreign Relations, lorsque l’on utilise trop fréquemment cet outil, il devient de plus en plus rentable pour les autres pays d’évaluer des alternatives au dollar américain. L’utilisation effrénée des sanctions augmente la pauvreté mondiale et compromet la sécurité nationale des États-Unis.

Bonne nouvelle : changement de position sur les sanctions

Il y a eu un changement prometteur dans la perception qu’a le public des sanctions. En février 2022, l’ONU a tenu une réunion sur les sanctions, en particulier sur la manière de prévenir leurs conséquences imprévues. Martin Griffiths, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et aux secours d’urgence, a fait quelques suggestions importantes pour l’avenir des sanctions. Pour s’assurer que les sanctions ne punissent pas les civils pour les crimes de leurs gouvernements, Griffiths a suggéré au Conseil de sécurité de l’ONU qu’avant que les pays ne mettent en œuvre des sanctions, ils incluent des exclusions humanitaires dans leur plan de sanctions. Cette recommandation garantirait qu’au lieu d’engager des exclusions humanitaires après la réalisation de l’obstruction des biens humanitaires, les pays puissent éviter cette obstruction en en rendant compte avant de mettre en œuvre des sanctions.

Chester Lanford
Photo : Wikipédia Commons

*

★★★★★