Comment les salaires numériques autonomisent les femmes dans l’économie informelle d’Asie du Sud

L'économie informelle de l'Asie du Sud
Pour de nombreux travailleurs d’Asie du Sud, l’emploi dans l’économie informelle d’Asie du Sud reste le seul moyen de gagner sa vie. L’emploi informel est un énorme problème de développement pour la région et a continué de croître dans les pays d’Asie du Sud au cours des dernières années. La Banque mondiale a estimé qu’en 2020, plus de 80 % des personnes sous-employées dans la région de l’Asie du Sud étaient des travailleurs informels, et environ 90 % des entreprises étaient informelles. Une part importante de ces travailleurs sont des femmes; selon ONU Femmes, 95% de l’emploi informel total était composé de femmes en 2016.

Le manque de protection du droit du travail et d’avantages sociaux, combiné à des salaires extrêmement bas, fait que les femmes d’Asie du Sud souffrent d’exclusion financière. La numérisation des salaires peut aider à résoudre ce problème et encourager l’inclusion financière dans la région.

Les femmes dans l’économie informelle d’Asie du Sud

En Asie du Sud, les femmes représentent un nombre disproportionné de travailleurs informels et ne bénéficient souvent de la protection d’aucune loi ou réglementation. Beaucoup de ces travailleuses sont confrontées à des problèmes tels que des salaires bas ou impayés, des conditions de travail dangereuses et le manque de prestations sociales.

Le travail informel pour les femmes sud-asiatiques va du travail indépendant sous la forme d’agriculteurs de subsistance ou de vendeurs de rue au travail salarié comme le travail domestique. Cependant, le travail informel, que les gens appellent souvent l’économie souterraine, ne relève pas du droit du travail et les travailleurs ne bénéficient donc d’aucune protection. Cela signifie que la majorité des femmes qui travaillent dans de telles conditions n’ont pas non plus de garanties salariales. Beaucoup perçoivent des salaires faibles ou irréguliers, certains ne percevant aucun salaire.

Selon la Banque mondiale, l’une des principales raisons pour lesquelles les femmes des pays d’Asie du Sud ne restent employées que dans l’économie informelle est le manque d’infrastructures disponibles pour accroître les opportunités économiques pour les femmes. Sans possibilités d’éducation et sans formation technologique adéquate, les femmes sont incapables de concourir pour des emplois sur le marché du travail formel et finissent par dépendre de l’économie informelle. D’autres raisons pour lesquelles les femmes de ces régions ne peuvent pas participer formellement à l’économie sont les normes culturelles et sociétales, telles que les structures sociales patriarcales, qui empêchent les femmes de participer pleinement au marché du travail. Par exemple, au Pakistan, pour qu’une femme enregistre une entreprise, elle doit fournir le nom d’un père ou d’un mari devant témoin.

Les avantages des salaires numériques

L’autonomisation des femmes de l’économie informelle d’Asie du Sud passe par les salaires numériques. Le rapport 2021 de Global Findex, qui a montré comment les salaires numériques ont créé de nouvelles opportunités pour les travailleuses du vêtement au Bangladesh, a déclaré que bien que les hommes soient plus susceptibles d’avoir des comptes bancaires, il y a eu une tendance croissante depuis 2017 vers l’inclusion financière pour les femmes à faible revenu. des pays. Cela inclut les comptes numériques et les paiements des salaires par voie numérique.

L’un des pays qui a bénéficié des salaires numériques est le Bangladesh. Selon le rapport Global Findex 2021, il y a eu une augmentation de 7 % de la possession de comptes numériques par les femmes au Bangladesh, ce qui a réduit d’un tiers l’écart financier entre les sexes dans le pays. En plus de permettre aux travailleuses de percevoir leur salaire, les salaires numériques aident également les entreprises en réduisant les coûts administratifs et le temps.

Possibilités pour l’avenir

L’utilisation des salaires numériques et la sécurité financière accrue qui en découle peuvent aider les femmes d’Asie du Sud qui dépendent de l’économie informelle à atteindre une plus grande liberté financière. De plus, la prise de conscience financière qui accompagne les salaires numériques pourrait particulièrement profiter aux femmes de la région qui doivent traditionnellement donner leurs revenus en espèces à leurs maris ou pères. En ayant des comptes numériques et des dépôts directs, ils peuvent obtenir une certaine autonomie.

Le cas du Bangladesh prouve que l’inclusion financière grâce à la technologie peut contribuer à l’autonomisation des femmes ; l’Organisation internationale du travail (OIT) s’apprête déjà à numériser les salaires des ouvriers du vêtement au Cambodge également. Les salaires numériques peuvent s’avérer être un moyen efficace et inclusif d’autonomiser les femmes dans la vaste économie informelle d’Asie du Sud.

– Umaima Munir
Photo : Pixabay

*

★★★★★