Comment les petites nations insulaires combattent la pauvreté parallèlement à la pollution

comment-les-petites-nations-insulaires-combattent-la-pauvreté-aux côtés-de-la-pollutionLes petites nations insulaires possèdent une perspective unique dans la lutte contre la pauvreté. Représentant certaines des zones les plus vulnérables, leurs minuscules masses continentales et leurs emplacements isolés les rendent particulièrement vulnérables aux catastrophes climatiques. Cela peut entraîner des souffrances et des difficultés extrêmes pour les citoyens du comté lorsque leurs voies d’approvisionnement sont coupées. Le séisme de 2010 en Haïti en est un exemple ; il en va de même pour l’explosion volcanique de 2021 à Saint-Vincent-et-les Grenadines. Cependant, ils possèdent également des opportunités économiques uniques pour élever leurs citoyens qui reposent sur ce même climat tumultueux.

La vulnérabilité des petites nations insulaires

Pour mettre en perspective la vulnérabilité des petites nations insulaires, on peut consulter le Global Risk Report, une étude annuelle des pays les plus exposés aux catastrophes naturelles, sociales et économiques. En 2021, 10 petites îles se classaient parmi les 15 nations les plus vulnérables de la liste.

Les petites îles représentaient les trois nations les plus vulnérables : Vanuatu, les Îles Salomon et Tonga. La raison en est qu’ils possèdent un mélange dangereux de personnes pauvres, d’infrastructures médiocres et d’une forte sensibilité aux événements climatiques. De tels événements ne font qu’augmenter avec le temps en raison du changement climatique. « En plus des cyclones, des tremblements de terre et des sécheresses, le profil de risque est également de plus en plus déterminé par l’élévation du niveau de la mer. »

La pandémie de COVID-19 a également frappé les petites nations insulaires plus durement que la plupart. Le tourisme, une industrie qui s’est complètement tarie au plus fort du virus, a alimenté de nombreuses économies insulaires. L’importation et l’exportation de marchandises sont également devenues beaucoup plus difficiles, les lignes d’approvisionnement du monde entier étant tendues par de nouvelles restrictions.

Se mettre au vert aux Maldives avec Parley

La plupart des petites nations insulaires se remettent lentement de la pandémie et se tournent vers un avenir économique et social meilleur. Ces pays tentent de se renforcer en devenant parmi les nations les plus avancées sur le plan environnemental sur la planète.

Les Maldives, un ensemble d’îles proches du Sri Lanka, ont commencé à s’associer à l’organisation à but non lucratif Parley for the Oceans en 2019 afin d’aider à préserver les célèbres côtes du pays.

Parley met en œuvre la stratégie AIR (Avoid, Intercept, Redesign), en collaboration avec les organisations et les communautés locales. Parley a donné la priorité aux éléments suivants :

  • Réduire l’utilisation du plastique
  • Éduquer les communautés et les jeunes
  • Combattre la pollution avec des nettoyages
  • Programmes de recyclage et d’interception du plastique
  • Soutenir une démarche éco-innovante de développement durable

Parley, a mis en place des « sites d’interception et de mise en balles de plastique » comprenant plus de 70 établissements d’enseignement. Organisé des « nettoyages collaboratifs » sur les côtes et construit le premier centre de plastique et laboratoire d’innovation dans la capitale nationale de Malé.

Bien que ce partenariat ne s’attaque pas directement à la pauvreté dans le pays, Parley cherche à aider les personnes en difficulté aux Maldives par le biais de programmes éducatifs et de collaborations « éco-innovantes » avec des artistes et des entreprises qui apportent plus d’argent et d’emplois dans le pays. Le programme a coïncidé avec une baisse de la pauvreté aux Maldives, alors que le taux de pauvreté est passé à 11 % au cours de l’année 2020 alimentée par la pandémie, mais est ensuite tombé à 4 % un an plus tard en 2021.

Plantation d’arbres en Jamaïque

La Jamaïque, qui a vu son taux de pauvreté monter en flèche pendant la pandémie à près de 23 % en 2020, utilise une approche respectueuse de l’environnement pour soutenir ses économies et celles des petites îles des Caraïbes. En 2019, la nation a fondé l’Alliance philanthropique des Caraïbes, qui vise à mettre en commun des « ressources financières et autres » pour aider les nations des Caraïbes à atteindre les objectifs de développement durable (ODD) d’ici 2030. Cela comprend la réalisation des ODD liés à l’environnement. À ce titre, la Caribbean Philanthropic Alliance a mis en œuvre le Caribbean Tree Planting Project (CTPP) en février 2020, mobilisant les jeunes, les communautés locales et les organisations de 22 pays des Caraïbes pour planter au moins 1 million d’arbres afin d’accélérer les progrès vers la réalisation des ODD.

L’économie bleue des Seychelles

Aux Seychelles, un ensemble d’îles au large de la côte ouest de l’Afrique, «l’économie bleue», que la Banque mondiale décrit comme «l’utilisation durable des ressources océaniques pour la croissance économique, l’amélioration des moyens de subsistance et des emplois», a aidé la nation et ses habitants à se développer plus fort ces dernières années. En 2018, les Seychelles ont lancé la « première obligation bleue souveraine au monde » pour financer des projets visant à renforcer l’économie bleue du pays. En mars 2020, les Seychelles se sont acquittées de leur dette extérieure en désignant un tiers de leur territoire marin comme zone protégée. C’était le tout premier cas où la dette extérieure est remboursée par le biais d’un changement environnemental. Ces changements expliquent en partie pourquoi les Seychelles peuvent s’attendre à une augmentation du PIB de 4,6 % en 2022 et à une baisse de la pauvreté (5,5 $ en PPA de 2011) de 6,6 % en 2020 à 5,1 % en 2023.

Avancer

Ces petites îles auront besoin de plus d’aide étrangère pour continuer à avancer et atteindre leurs objectifs environnementaux. Comme l’ONU l’a signalé en septembre 2019, « le développement durable dans les petits États insulaires en développement nécessitera une augmentation importante des investissements urgents ». Il est essentiel pour la santé de ces nations que ces programmes continuent à être financés. Si c’est le cas, l’avenir des îles, ainsi que celui de leurs océans, sera brillant.

Finn Hartnet

Photo : Flickr

*

★★★★★