Comment les inondations en Afrique du Sud ont exacerbé la crise du logement

Exacerbé la crise du logement
De graves inondations ont récemment dévasté la côte orientale de l’Afrique du Sud, à savoir la province du KwaZulu-Natal après que de fortes pluies ont frappé la province à partir du 11 avril 2022 et pendant plusieurs jours. Plus de 400 personnes sont mortes des premières inondations en avril seulement. De fortes pluies ont provoqué de nouvelles inondations au cours du week-end des 22 et 23 mai, frappant encore plus la région. Les inondations ont détruit des milliers de maisons, ce qui n’a fait qu’exacerber la crise du logement qui existait déjà en Afrique du Sud depuis des décennies. Le KwaZulu-Natal n’a même pas eu la chance de commencer la reconstruction avant que ces dernières inondations n’aggravent la dévastation. Les efforts de secours ont repris car des centaines de personnes sont portées disparues ou peut-être mortes et des dizaines de milliers ont été déplacées.

Forte pluie

La côte orientale de l’Afrique du Sud n’est pas étrangère aux inondations et aux fortes pluies pendant les saisons d’automne et de printemps. Un système de coupure de basse pression, qui n’est pas rare en Afrique du Sud à cette période de l’année, a déclenché ces dernières inondations. Cependant, cet intense système dépressionnaire a produit des précipitations anormalement importantes dans la région en avril. Il est possible que les averses les plus fortes aient eu lieu entre le 11 et le 12 avril, certaines régions du KwaZulu-Natal ayant enregistré plus de 30 cm de précipitations. Les scientifiques indiquent que le changement climatique est une raison probable de la sévérité accrue de ce système de basse pression, notamment en raison de la hausse de la température de l’océan Indien entraînant une plus grande humidité dans l’atmosphère au-dessus du sud-est de l’Afrique.

La crise du logement en Afrique du Sud

Le KwaZulu-Natal fait partie des provinces les plus pauvres d’Afrique du Sud avec le deuxième plus grand nombre de personnes vivant dans la pauvreté derrière la seule province du Cap oriental. L’égalité d’accès à un logement sûr en Afrique du Sud est depuis longtemps un problème pour les pauvres. Le gouvernement sud-africain affirme qu’il a tenté de résoudre le problème national qui sévit dans le pays depuis des décennies, mais les récentes inondations n’ont fait qu’exacerber davantage la crise du logement. Cette crise a eu un impact important sur le KwaZulu-Natal car il abrite Durban, l’une des plus grandes zones urbaines du pays.

Depuis l’apartheid, la majorité de la population noire d’Afrique du Sud n’avait pas un accès égal à un logement sûr. En conséquence, de nombreuses personnes ont dû construire leurs propres maisons, souvent dans des zones moins habitables en dehors des villes. Ces maisons construites à la main ressemblent souvent à des cabanes ou à des hangars, car les propriétaires les ont construites à partir de tout ce sur quoi ils pouvaient mettre la main. Au fur et à mesure que le nombre de ces maisons augmente dans une certaine zone et commence à ressembler à un quartier, celui-ci devient reconnu comme un établissement informel.

Malheureusement, le nombre élevé de morts et une grande partie de la dévastation causée par ces inondations peuvent être liés à la forte proportion de ces établissements informels qui abritent les plus pauvres du pays. Les estimations ont déterminé que 11,8% de la population sud-africaine vit dans des établissements informels à travers le pays. Au KwaZulu-Natal, de nombreux établissements informels sont situés dans des vallées et sont donc plus sujets aux inondations contre lesquelles les maisons construites à la main n’ont aucune chance. Notamment, les inondations d’avril ont détruit plus de 4 000 maisons à elles seules, la majorité étant des établissements informels qui n’ont fait qu’exacerber la crise du logement. Incluez le fait qu’il y a plus de 40 000 personnes qui ont perdu leur maison et une image encore plus inquiétante apparaît. Ces personnes auront besoin d’avoir accès à de l’eau potable, à de la nourriture et à un abri.

Les autorités locales du KwaZulu-Natal, en réponse aux inondations d’avril, prévoyaient déjà de mettre en place 4 396 sites d’hébergement temporaires pour les personnes déplacées, selon Reliefweb. Après les inondations plus récentes de mai, la demande de logements temporaires a continué d’augmenter car il y a encore plus de Sud-Africains déplacés.

Le rôle du gouvernement

Non seulement les inondations ont détruit les maisons locales, mais elles ont également eu un impact sur l’infrastructure locale. Les inondations ont endommagé une installation locale de traitement de l’eau dans la ville d’Umdloti, limitant ainsi l’accès de la région à l’eau potable. Les inondations ont emporté de nombreuses routes et détruit des ponts, ce qui rend difficile le transport dans la région des victimes qui tentent de s’échapper ainsi que des sauveteurs qui tentent d’atteindre les personnes dans le besoin. Selon la MEC provinciale des transports et de la sécurité communautaire, Peggy Nkonyeni, il en coûtera au gouvernement plus de 12,4 milliards de rands pour restaurer à elle seule l’infrastructure routière de la province. Alors que le gouvernement concentre ses efforts de reconstruction sur les infrastructures, le moment serait également opportun pour s’occuper de la crise du logement de longue date que les récentes inondations n’ont fait qu’exacerber.

Le gouvernement prétend avoir construit environ 2,7 millions de logements à bas prix au cours des 15 dernières années, mais il y a encore environ 2 millions de Sud-Africains sur une liste qui attendent la maison qui leur a été promise. Ses sites d’hébergement temporaires sont nécessaires à court terme pour aider les personnes déplacées, mais il est impératif que le gouvernement remédie au manque de longue date de logements abordables et sûrs. Bien que les deux derniers mois aient été très difficiles, les Sud-Africains peuvent maintenant attendre les mois généralement plus secs de juin et juillet comme une opportunité de se rétablir et de se reconstruire.

– Devin Welsh
Photo : Flickr

*

★★★★★