Comment les femmes somaliennes utilisent un système de prêt d’argent

Système de prêt d'argent
Les femmes déplacées en Somalie utilisent un système séculaire de prêt d’argent pour s’entraider. Le système est connu sous le nom d’Ayuuto, qui signifie « aide » en somalien. Le programme informel permet à de petites communautés de femmes en situation de pauvreté en Somalie d’accéder à de l’argent pour les besoins et les urgences.

Comment fonctionne Ayuuto

Le concept d’Ayuuto existe dans différents pays à travers le monde. Il s’agit d’un type de système informel de prêt d’argent qui peut aider à fournir de l’argent aux personnes des communautés pauvres en cas d’urgence. Ayuuto fonctionne principalement en petits groupes ; dans ce cas, de petits groupes de femmes somaliennes qui vivent dans des campements à travers la Somalie. Les femmes se réunissent une fois par mois dans leurs camps respectifs et ajoutent une somme d’argent fixe à un pot. Le responsable du groupe sélectionne une personne à qui prêter de l’argent chaque mois, qui est généralement celle qui a le plus besoin de fonds. Comme le résume Al Jazeera, Ayuuto est « un système d’épargne rotatif sans intérêt basé sur la confiance mutuelle ».

Comme Ayuuto est un système informel, il est complètement séparé de tout système bancaire officiel. Cela peut rendre plus risqué, mais aussi plus rapide et moins complexe, la fourniture d’une aide financière en cas d’urgence. L’aide des agences formelles a diminué et il y a très peu d’opportunités de travail formel dans les villes. Ayuuto permet aux femmes d’acheter les produits de première nécessité et leur fournit des fonds pour démarrer leur propre petite entreprise.

L’utilisation du système Ayuuto a également permis aux femmes de ces camps de se soutenir mutuellement d’autres manières. Les femmes se réunissent et se lient par la conversation, écoutent les besoins de l’autre et se soutiennent émotionnellement. Dans l’ensemble, le système contribue à favoriser une communauté de confiance et de sécurité.

Pauvreté en Somalie

Un rapport du Groupe de la Banque mondiale de 2019 indique qu’environ 70 % de la population somalienne vit dans la pauvreté, ce qui fait du pays l’un des plus pauvres d’Afrique subsaharienne. Un nombre notable de personnes en Somalie vivent juste au-dessus du seuil de pauvreté. Environ neuf ménages sur 10 en Somalie souffrent de privation dans au moins une dimension, soit « monétaire, électricité, éducation ou eau et assainissement ». Les zones urbaines connaissent moins de pauvreté extrême que les communautés rurales et les personnes déplacées connaissent la pauvreté la plus extrême.

Depuis 1991, la Somalie a connu des niveaux extrêmes de famine, d’instabilité politique et de sécheresse qui ont entraîné le déplacement de près de 3 millions de personnes. Des enquêtes montrent que les conséquences de la sécheresse et de la pandémie de COVID-19 constituent les difficultés les plus importantes pour les communautés pauvres en Somalie. Ces conditions ont forcé des familles, pour la plupart des zones rurales, à abandonner leurs maisons et leurs moyens de subsistance et à fuir vers des camps situés à l’intérieur et autour des villes dans l’espoir de trouver un moyen de survivre. En fait, les trois quarts des personnes déplacées habitent dans les villes. Les camps dans lesquels s’installent les déplacés somaliens sont souvent surpeuplés et ne disposent pas de ressources suffisantes en nourriture et en eau pour tout le monde.

Comment la pauvreté affecte les femmes de manière disproportionnée

La plupart des femmes déplacées en Somalie ne remplissent pas les conditions requises pour demander un compte bancaire formel, telles que l’historique de crédit existant ou l’identité financière. Les données montrent également que près de deux fois plus de femmes que d’hommes n’ont aucune source de revenu.

Depuis le début de la pandémie, un nombre croissant de filles ont abandonné l’école. Les données montrent également que seulement environ un quart des femmes chefs de famille ont suivi un quelconque type d’éducation formelle, contre plus de 40 % des hommes chefs de famille.

Les rapports montrent que plus d’un tiers des filles vivant dans des camps ont déclaré que leur plus grande inquiétude était de subir des violences sexuelles, suivies de difficultés d’accès aux ressources et de violences au sein du foyer. Les femmes dirigent environ quatre ménages somaliens sur 10 et seulement 37 % des femmes sont actives sur le marché du travail, contre 58 % des hommes.

Tous ces défis contribuent au fait que la pauvreté en Somalie touche de manière disproportionnée les femmes. Ayuuto sert de filet de sécurité pour les femmes qui rencontrent de nombreux obstacles pour établir un revenu et des moyens de subsistance stables.

– Mélissa Hood
Photo : Flickr

*

★★★★★