Comment le tramadol alimente la crise mondiale des opioïdes

Crise mondiale des opioïdes
Les experts politiques et les décideurs politiques ont reconnu la gravité de la crise des opioïdes aux États-Unis. Cependant, il existe également un médicament qui fait discrètement des ravages dans les pays en développement. Beaucoup ont présenté le tramadol comme une alternative plus sûre aux autres opioïdes. Cependant, il a plutôt favorisé la dépendance dans les pays les plus pauvres et financé les terroristes. Les autorités craignent que la popularité croissante de la drogue ne déstabilise même des régions entières, provoquant la crise mondiale des opioïdes.

Le tramadol est-il sûr ?

À première vue, on ne sait pas comment le tramadol alimente la crise mondiale des opioïdes. En 2021, le National Institute of Health (NIH) a publié une étude déclarant que le tramadol a « un faible potentiel d’abus » et a un taux d’utilisation non médicale nettement inférieur à celui des opioïdes de comparaison.

En outre, le comité d’experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la pharmacodépendance a examiné le médicament à plusieurs reprises. Il a recommandé de ne pas réglementer dans son rapport le plus récent. Les principales raisons sont ses craintes que la réglementation puisse entraver l’accès au médicament dans les pays en développement.

Cependant, un examen plus approfondi de la drogue et de ses effets sur le monde en développement montre clairement comment le tramadol alimente la crise mondiale des opioïdes. Le tramadol est un opioïde utilisé par les professionnels de la santé pour traiter la douleur modérée à sévère. Il peut provoquer des nausées, des étourdissements, de la constipation, des maux de tête, une dépression respiratoire et même la mort.

Le tramadol et la crise mondiale des opioïdes

Malgré sa présentation comme une alternative sûre aux opioïdes tels que Vicodin, il existe de nombreux exemples de la façon dont le tramadol alimente la crise mondiale des opioïdes :

  1. Le marché illicite du tramadol est en plein essor. Grünenthal, une société allemande, fabriquait à l’origine le médicament à des fins médicales. Cependant, l’accès insuffisant aux médicaments dans les pays en développement a permis au marché illicite de s’épanouir. La baisse des prix et l’accès immédiat aux analgésiques illicites ont permis de combler les lacunes des structures de soins de santé médiocres, comme l’a signalé l’ONUDC. La plupart de ces médicaments viennent d’Inde. Les usines de pilules ont répondu à la demande de pilules de tramadol en les expédiant à travers la planète en quantités illégales. La demande pour ces drogues et l’absence de réglementation rendent ce commerce illicite rentable. Les forces de l’ordre américaines ont estimé que leurs saisies de comprimés de tramadol quittant l’Inde au cours de la période 2017-2018 ont dépassé le milliard.
  2. La dépendance au tramadol est endémique en Afrique de l’Ouest. Selon le rapport de l’ONUDC, « les opioïdes et leur usage non médical ont atteint un état alarmant en Afrique de l’Ouest ». Le rapport a collecté des données du Ghana, du Burkina Faso, du Bénin, du Niger et du Togo. Le tramadol saisi en Afrique de l’Ouest en 2017 représentait 77% du tramadol saisi dans le monde. Il a également reconnu que l’utilisation non médicale du tramadol est omniprésente au Niger, où ce sont les stupéfiants que les gens connaissent le mieux. Le nombre de stupéfiants saisis au Nigeria a presque doublé, passant de 53 à 92 tonnes entre 2016 et 2017. Le rapport a montré que dans l’ensemble, le tramadol est l’opioïde le plus populaire car il représente 91 % de tous les opioïdes pharmaceutiques saisis en Afrique de l’Ouest en 2017.
  3. Le rapport de l’ONUDC sur le tramadol en Afrique de l’Ouest a mis en évidence l’un des aspects les plus sinistres de la façon dont le tramadol alimente la crise mondiale des opioïdes. Le rapport a déclaré qu’« on ne peut nier… qu’il peut y avoir un lien entre le trafic de tramadol et les groupes terroristes ». Le rapport cite des exemples d’Al-Qaïda incitant ses partisans à échanger du tramadol pour financer ses opérations terroristes ainsi que des combattants de Boko Haram dépendant de la drogue avant les attentats. Les statistiques corroborent ces affirmations. Selon le SCRS, les forces de l’ordre ont intercepté 75 millions de dollars de tramadol à destination du groupe État islamique en provenance d’Inde en 2017. Les autorités ont également confisqué 600 000 comprimés supplémentaires à destination de Boko Haram et trouvé 3 millions dans un camion au Niger. En mai 2017, les autorités ont saisi 37 millions de pilules en Italie. Isis les avait achetés et avait l’intention de les vendre à profit.

Dépannage du tramadol

Malgré le problème croissant, beaucoup ont prêté attention. Par exemple, l’ONUDC s’est réuni en juillet 2019 pour discuter de son rapport sur l’Afrique de l’Ouest. Des représentants d’Afrique de l’Ouest, d’Inde, de l’Union européenne (UE), d’Interpol et de l’OMS étaient quelques-uns des invités qui ont assisté à la réunion pour discuter de la façon dont le tramadol alimente la crise mondiale des opioïdes.

Non seulement les organisations, les nations et les individus y prêtent attention, mais ils élaborent également activement des stratégies pour atténuer la crise. La réunion a souligné la nécessité d’une coopération internationale et d’une application accrue de la loi. Enfin, l’accent a été mis sur la nécessité d’une réglementation uniforme des produits pharmaceutiques, dans l’espoir que la coopération écraserait le marché illicite tout en répondant à la demande.

-Richard Vieira
Photo : Unsplash

*

★★★★★