Comment le Pakistan réduit les subventions aux carburants et à l’énergie

Le Pakistan réduit les subventions aux carburants et à l'énergie
Le Pakistan réduit les subventions au carburant et à l’énergie que le Premier ministre Imran Khan récemment évincé a instituées. Ces coupes sont intervenues à la demande du Fonds monétaire international (FMI), car elles ne s’alignent pas sur un accord intervenu en 2019 dans lequel le pays recevrait les fonds de sauvetage nécessaires pour aider son économie en difficulté.

Le rôle du FMI dans la réduction des subventions

Le FMI affirme que les subventions au carburant et à l’énergie n’ont pas reçu de financement approprié et créaient donc un fardeau financier encore plus lourd pour le pays déjà en difficulté. L’ancien Premier ministre Imran Khan a initialement institué les subventions en février 2022. Elles ont réussi à faire baisser le prix du carburant tout en obligeant le gouvernement à assumer une dette potentielle estimée à 260 milliards de roupies (1,289 milliard de dollars).

Bien qu’il s’agisse d’une décision politique difficile à prendre, le nouveau Premier ministre Shehbaz Sharif a annoncé que le gouvernement mettrait fin aux subventions et que les prix du carburant augmenteraient fortement. Si le Premier ministre Sharif n’avait pas réduit les subventions au carburant et à l’énergie, le pays aurait perdu des milliards de fonds de sauvetage nécessaires du FMI. Le Pakistan se retrouve dans une situation économique désastreuse avec son déficit de financement, que la banque américaine Morgan Stanley a estimé à près de 8 milliards de dollars. Un écart aussi substantiel signifie que ces fonds sont absolument nécessaires pour maintenir le pays à flot économiquement et politiquement stable.

Impact economique

Les taux d’inflation ont atteint les deux chiffres tandis que le pays fait face à un défaut sur sa dette sans les fonds de sauvetage du FMI. En ce qui concerne le défaut potentiel, la réduction des subventions aux carburants et à l’énergie semble absolument nécessaire. Cependant, l’administration du Premier ministre Sharif a encore hésité devant cette décision en raison de la perte potentielle de capital politique et du fardeau financier supplémentaire qu’elle imposera aux Pakistanais à travers le pays. La roupie a perdu 7 % de valeur au mois de mai, la plus forte baisse depuis mars 2020, selon Al Jazeera. La hausse de l’inflation a mis beaucoup de pression sur un pays déjà aux prises avec 21,9% de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté national en 2018.

Juste une semaine avant l’annonce des réductions de subventions, le pays avait déjà augmenté les prix du carburant de 20 % comme première étape après une réunion avec le FMI à Doha. Les prix ont ensuite augmenté de 17 % supplémentaires après la réduction des subventions sur le carburant et l’énergie à un prix de 209,86 roupies pakistanaises (1,06 $) le litre d’essence. À mesure que les prix du carburant augmenteront, les taux d’inflation augmenteront également, ce qui aggravera la situation économique désastreuse à court terme. Pourtant, les coupes sont absolument nécessaires pour les perspectives à long terme du Pakistan. Sans les réductions des subventions au carburant et à l’énergie, le Pakistan ferait défaut sur sa dette, le plongeant essentiellement dans le chaos économique. Les fonds de sauvetage du FMI offrent au pays un peu plus de temps pour déterminer comment freiner les taux d’inflation et réévaluer sa crise des prix du carburant.

Troubles politiques

L’agitation politique actuelle enveloppant le pays a rendu encore plus difficile la décision du Premier ministre Sharif de réduire les subventions aux carburants et à l’énergie. Le Pakistan n’a évincé l’ancien Premier ministre Khan du pouvoir qu’en avril 2022 après un vote de défiance au parlement pakistanais. Actuellement, les élections législatives du pays n’auront pas lieu avant 2023. Cela n’a pas empêché le Premier ministre Khan de rassembler ses partisans en affirmant que le Parlement l’avait à tort écarté du pouvoir. Fin mai, il a même conduit ses partisans au Capitole d’Islamabad où un conflit avec la police a éclaté.

De nombreux stratèges politiques au Pakistan craignaient que si le Pakistan réduisait les subventions au carburant et à l’énergie, cela pourrait aggraver la situation économique actuelle et motiver davantage l’ancien Premier ministre Khan et ses partisans à faire pression pour de nouvelles élections. Malgré les récentes turbulences financières et politiques au Pakistan, on espère que la coopération du gouvernement nouvellement installé avec le FMI contribuera à stabiliser le pays.

– Devin Welsh
Photo : Unsplash

*

★★★★★