Comment le hip-hop contribue à améliorer l’éducation en Afrique du Sud

Le hip-hop aide à améliorer l'éducation
Dans les écoles du monde entier, les mathématiques sont une matière de premier plan qui est nécessaire pour que les gens progressent et terminent leurs études. Bien que les systèmes éducatifs diffèrent d’un pays à l’autre, beaucoup considèrent encore les mathématiques comme l’une des compétences les plus cruciales pour développer des éléments de pensée critique qui orientent la logique et la prise de décision. Alors que les mathématiques sont tenues à un niveau élevé dans les pays d’Afrique, l’éducation en Afrique du Sud est à la traîne par rapport à ses homologues en termes de performances aux évaluations internationales standardisées. Avec un manque de professeurs de mathématiques qualifiés dans les écoles, des classes nombreuses et « une infrastructure, une instrumentation et un matériel pédagogique déficients et obsolètes », de nombreux élèves sont incapables d’atteindre leur plein potentiel. Alors que les pays recherchent différentes méthodes comme la technologie pour améliorer les résultats scolaires, une école spécifique du Cap a adopté une approche unique : le hip-hop. Le hip-hop contribue à améliorer l’éducation en Afrique du Sud en reconnaissant les différentes méthodologies d’apprentissage.

Le hip-hop contribue à améliorer l’éducation en Afrique du Sud

Kurt Minnaar, ancien danseur et actuel professeur de huitième année, a décidé de tester une approche créative lorsqu’il a vu ses élèves lutter pour saisir les concepts à l’école. Minnaar reconnaît que même si le système d’éducation actuel en Afrique du Sud a peut-être fonctionné pour la génération plus âgée, il échoue pour les enfants d’aujourd’hui. En tant qu’étudiant qui a lui-même lutté avec les mathématiques, Minnaar croit en la reconnaissance de quatre types différents de méthodologies d’apprentissage dans l’éducation. Reconnaissant ces différents styles d’apprentissage, Minnaar utilise la musique et la danse en classe pour impliquer les élèves dans leur apprentissage et améliorer les résultats en mathématiques. Avec l’essor des médias sociaux, en particulier les plateformes axées sur la musique telles que TikTok, impliquer les élèves dans les activités qui les intéressent peut aider à améliorer leurs résultats en mathématiques.

L’essor des médias sociaux

Les médias sociaux se développent en Afrique du Sud, le taux d’utilisation des médias sociaux ayant augmenté de 19% depuis 2019. Sur la population sud-africaine actuelle, environ 40% sont des utilisateurs actifs sur Facebook, Instagram et Twitter. Les jeunes de 18 à 24 ans représentent 40,4 % de ces utilisateurs.

Confirmant l’augmentation de l’utilisation des médias sociaux, une enquête menée auprès de 200 étudiants universitaires sud-africains montre que 88 % des étudiants se sont identifiés comme utilisateurs de médias sociaux. Cela illustre le rôle important et l’influence croissante des médias sociaux sur la vie de la génération actuelle d’étudiants. Bien que certains considèrent l’utilisation croissante des médias sociaux comme malsaine, les jeunes éducateurs comme Minnaar y voient une opportunité d’utiliser la culture et les tendances actuelles pour rendre l’apprentissage agréable pour tous.

Apprentissage créatif

Depuis que Minnaar a commencé à enseigner, il a créé plusieurs rythmes de rap qui stimulent l’esprit de ses élèves tout en augmentant leur capacité à retenir l’information. Certaines de ses pièces incluent «Cre-eight», «Trick-onometry» et «Van Guard», qui abordent toutes les tables de multiplication à travers des rythmes hip-hop accrocheurs. Pour s’assurer que les élèves tirent le meilleur parti de ses cours, Minnaar demande aux élèves de rapper les chansons au rythme de la musique qu’il joue sur son ordinateur portable et encourage les élèves à danser pendant les cours. Il considère que les activités créatives comme le chant et la danse sont essentielles pour aider les élèves à entrer dans un espace libre propice à l’apprentissage. Jusqu’à présent, Minnaar n’a créé que du contenu pour les tables de multiplication. Cependant, les résultats ont été si positifs qu’il travaille actuellement sur du nouveau matériel et des plans de cours pour aborder différents domaines de l’éducation en Afrique du Sud.

Bien que Minnaar aime interagir de manière créative avec ses élèves, il reconnaît également l’importance de la performance scolaire et son rôle d’éducateur pour assurer les progrès des élèves. Jusqu’à présent, il a réussi à aider ses élèves dans leurs réalisations académiques. Il reconnaît également, cependant, que certains étudiants réagissent mieux aux méthodes traditionnelles. Le seul espoir de Minnaar est que les gens restent ouverts aux nombreuses approches de l’éducation en Afrique du Sud. Après tout, les approches de certains des plus grands individus de tous les temps ont autrefois suscité le scepticisme. Ainsi, les mathématiques et le hip-hop ne sont peut-être pas la paire la plus inhabituelle après tout.

– Chloé D’Hers
Photo : Flickr

*

★★★★★