Comment la santé et la pauvreté en Inde se chevauchent

Santé et pauvreté en Inde
Selon la Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2017, au moins 50 % de la population mondiale n’a pas accès aux « services de santé essentiels ». Les coûts écrasants des examens médicaux annuels, des soins de santé d’urgence et du traitement des maladies chroniques plongent souvent les ménages en difficulté dans l’extrême pauvreté. La relation dynamique entre la santé et la pauvreté a un impact sur la vie de millions de personnes dans le monde, en particulier en Inde. Selon l’Horloge mondiale de la pauvreté, en 2021, le taux d’extrême pauvreté en Inde s’élevait à 7 % et les revenus de 84 % des ménages indiens ont plongé. Les problèmes de santé restent l’une des principales causes de la pauvreté dans le pays. En examinant de plus près comment la santé et la pauvreté en Inde se chevauchent, on peut comprendre l’interdépendance des problèmes.

Pauvreté et dette de soins de santé en Inde

Le ministère indien de la Santé a déclaré qu’entre 2011 et 2012, « 18 % des ménages ont dû faire face à des coûts de santé catastrophiques », un taux qui ne fait qu’augmenter à mesure que la pauvreté s’aggrave et que l’aide sociale reste minime. Ces coûts de santé inabordables plongent des ménages déjà en difficulté dans l’extrême pauvreté. Il est important de noter que les habitants des zones rurales et des pays pauvres constituent la grande majorité des personnes qui supportent le fardeau des frais médicaux. Les pauvres de l’Inde ne reçoivent que peu ou pas d’aide gouvernementale, car les dépenses publiques vont ailleurs.

Le gouvernement indien continue de sous-financer le secteur de la santé car il dépense environ « 1 % du PIB pour la santé ». Ce pourcentage est « parmi les plus bas de toutes les grandes économies ». La rareté du financement gouvernemental pour soutenir le secteur des soins de santé pousse souvent les citoyens indiens à utiliser leurs économies et leurs débours pour couvrir les dépenses médicales. Les recherches montrent qu’en 2018, près de 63 % des « dépenses totales de santé » des citoyens indiens ont été consacrées aux dépenses personnelles, ce qui augmente la vulnérabilité des personnes à l’endettement écrasant et à la pauvreté.

Pauvreté et assurance maladie en Inde

Les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables de l’Inde considèrent l’assurance maladie comme un luxe. Un rapport du National Survey Office (NSO) du ministère indien des statistiques et de la mise en œuvre des programmes indique qu’entre 2017 et 2018, seuls 14,1% des Indiens résidant dans les zones rurales et 19,1% des Indiens résidant dans les zones urbaines avaient accès à n’importe quel formulaire. de l’assurance maladie. En outre, les soins de santé privés en Inde sont inaccessibles à la majorité des groupes les plus vulnérables du pays en raison de leur coût élevé. Selon IndiaSpend en 2017, l’Inde avait le sixième rang des dépenses de santé privées « parmi les pays à revenu faible et intermédiaire ». En ce qui concerne l’assurance gouvernementale, les rapports de l’ONS ont révélé qu’entre 2017 et 2018, seuls 9,9 % des Indiens ruraux les plus pauvres et 7,5 % des Indiens urbains « bénéficiaient d’une protection de la santé parrainée par le gouvernement ».

Pauvreté et pandémie de COVID-19 en Inde

La pandémie de COVID-19 a dévasté les économies mondiales et détruit les systèmes de santé à l’échelle internationale. Plus précisément, le COVID-19 a eu de graves répercussions sur les pauvres de l’Inde. Au cours de la première année de la pandémie, le virus a causé 7 millions de pertes d’emplois en Inde. En particulier, le secteur agricole indien a été durement touché à plusieurs égards.

Par exemple, les limitations de la main-d’œuvre et des transports ont eu un impact sur « la production et la commercialisation », tandis que l’impact économique de la COVID-19 sur le pays a entraîné un « choc des revenus » qui a augmenté le prix des aliments et modifié les habitudes de consommation des ménages. Une enquête du National Bureau of Economic Research (NBER) confirme ces chocs économiques. En utilisant les données d’une « enquête par panel auprès de 197 000 ménages » mise en œuvre « tous les quatre mois » jusqu’en juillet 2021, les chercheurs ont déduit que l’extrême pauvreté avait considérablement augmenté dans toute l’Inde en raison des restrictions de confinement liées au COVID-19, en particulier dans les villes. En raison des impacts du COVID-19, 44 millions de personnes supplémentaires sont tombées dans l’extrême pauvreté en Inde en juillet 2021.

La Fondation DevaMitra offre de l’espoir

Alors que les plus vulnérables de l’Inde continuent de lutter contre la hausse du coût des soins médicaux, plusieurs organisations visent à réduire la pauvreté liée aux soins de santé et à rendre les services de santé plus accessibles. La Fondation DevaMitra est une organisation basée à New Delhi qui vise à réduire les impacts de la détérioration de la santé et de la pauvreté en Inde.

L’objectif principal de DevaMitra est d’améliorer la santé des plus vulnérables en offrant des services et des installations de soins de santé et en fournissant des traitements et des médicaments dans les zones reculées et rurales de l’Inde. L’organisation met également en œuvre des programmes pour accroître la sensibilisation à la santé et l’éducation à la santé dans les communautés.

En permettant aux personnes vulnérables et défavorisées un accès équitable aux soins de santé, les organisations non gouvernementales offrent de l’espoir et ouvrent la voie au développement de la société.

– Nohad Awada
Photo : Flickr

*

★★★★★