Comment la mode peut contribuer à la pauvreté

La mode peut contribuer à la pauvretéLa mode peut contribuer à la pauvreté, mais c’est aussi une force puissante qui sort les femmes de la pauvreté car elle a suscité un mouvement féministe. Les marques qui offrent un salaire décent aux travailleuses du vêtement leur permettent de mener une vie digne. De plus, ces marques de mode donnent aux femmes accès à une chaîne d’approvisionnement équitable, à un travail correct et à des salaires équitables. Par conséquent, les consommateurs de mode qui soutiennent les marques de mode éthiques aident à défendre les droits des femmes à travers leurs décisions d’achat.

Le mouvement féministe

Le mouvement féministe soutient les femmes du monde entier. L’industrie de la mode fait partie du mouvement féministe car c’est une industrie dominée par les femmes. Selon Labour Behind the Label, 80% des ouvriers du textile dans le monde sont des femmes. Les femmes produisent des t-shirts avec des citations féministes trouvées dans les magasins du monde entier. En 2019, les t-shirts #IWannaBeASpiceGirl des Spice Girls vendus pour la campagne « justice de genre » de Comic Relief ont été fabriqués par des travailleurs du textile bangladais. Pourtant, Oxfam a rapporté la même année qu’aucun travailleur du textile bangladais ne gagnait un salaire décent. Ces travailleurs ont reçu 35 pence de l’heure pendant les semaines de travail de 54 heures, ce qui représente environ 82 £, ce qui est bien en deçà de l’estimation du salaire vital. C’est un exemple clair de la façon dont la mode peut contribuer à la pauvreté.

Mode rapide

La mode rapide donne la priorité à la production rapide de vêtements bon marché fabriqués par des ouvriers du vêtement du monde entier. Selon la Clean Clothes Campaign, il est courant qu’un ouvrier du vêtement travaille 96 heures par semaine. Cela équivaut à 10 à 18 heures par jour pour des salaires deux à cinq fois inférieurs à ce qui est nécessaire pour vivre suffisamment. La majorité des bénéfices réalisés grâce à la mode rapide sont reversés aux meilleurs PDG de la mode. En fait, Oxfam déclare que les PDG gagnent en quatre jours ce qu’un ouvrier du vêtement gagnera en une seule vie.

Les marques qui paient aux travailleurs du vêtement un salaire décent permettent aux employés de subvenir aux besoins essentiels tels que le logement, la nourriture, le transport, l’éducation et certaines économies. En 2017, le rapport de Deloitte Access Economics pour Oxfam Australie indiquait que payer un salaire décent aux travailleurs du vêtement n’augmenterait le prix de détail des vêtements que de 1 %. Des chercheurs de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud et de l’Université du Queensland ont également découvert qu’augmenter le coût des vêtements de 20 cents garantirait aux travailleurs indiens du vêtement un salaire décent.

SOKO : Mode éthique

SOKO responsabilise les travailleurs du vêtement en s’attaquant à la violation des droits humains la plus vitale dans l’industrie de la mode : le non-paiement d’un salaire vital. Cette marque de bijoux éthiques dirigée par des femmes produit des collections réalisées par plus de 2 300 artisans kenyans indépendants. La plate-forme de fabrication virtuelle de SOKO se connecte à un marché mondial pour recevoir les commandes et les paiements. En tirant parti de la technologie, les artisans gagnent cinq fois plus avec SOKO par rapport à un lieu de travail artisanal moyen. Cette marque approuvée par l’ONU garantit la liberté et la souveraineté des travailleurs en limitant le travail des artisans à 50 % ou moins de leur capacité totale. Les artisans de SOKO ont connu une augmentation de 12% du revenu moyen des artisans et les ventes de SOKO ont touché 11 400 bénéficiaires.

Autonomiser les filles et les femmes

Les Nations Unies rapportent qu’investir dans les filles et les femmes contribue à améliorer leurs moyens de subsistance à long terme. De plus, des études de la Banque mondiale montrent qu’offrir une éducation de base aux filles jusqu’à l’âge adulte leur permet de mieux gérer la taille de leur famille, de mieux s’occuper de leur famille et d’envoyer leurs enfants à l’école. Cela contribue à améliorer la vie des enfants et des femmes partout dans le monde. L’autonomisation des femmes entraîne également une réduction des taux de mortalité maternelle et infantile. Lorsque les ouvriers du textile peuvent se permettre d’envoyer leurs enfants à l’école, la croissance économique s’améliore et la pauvreté diminue.

La vie des ouvriers du vêtement sous-payés témoigne de la façon dont la mode peut contribuer à la pauvreté. Les marques qui soutiennent leurs ouvrières du vêtement contribuent au mouvement féministe. Les marques soutiennent le mouvement en investissant dans l’éducation des femmes, en offrant des salaires décents, en établissant des conditions de travail sûres et en autonomisant les travailleuses. Les consommateurs peuvent soutenir le mouvement en soutenant les marques éthiques qui s’efforcent d’élever les ouvriers du vêtement qui fabriquent leurs vêtements.

Giselle Magana
Photo : Flickr

*

★★★★★