Comment la crise de l'eau au Cap a été évitée

  Crise de l'eau au Cap
Le Cap, capitale législative de l’Afrique du Sud, compte environ quatre millions d’habitants, soit près de 8% de l’ensemble de la population sud-africaine. L’Afrique du Sud a réussi à cultiver un pays démocratique, mais elle a un problème d’iniquité persistant. En 2015, les 60% les plus pauvres du pays ne détenaient que 7% de la richesse nette de l’Afrique du Sud. Bien que plus de 55% des Sud-Africains vivent en dessous du seuil de pauvreté, 93% des Sud-Africains noirs vivent dans la pauvreté. Le Cap, bien que non exempt de problèmes d’iniquité, est une métropole florissante en Afrique du Sud. Lorsque la crise de l'eau au Cap a atteint son apogée en 2017, il est devenu impératif pour la ville de procéder à de sérieux changements avant de manquer complètement d'eau. Voici comment Cape Town s'est remise de sa pénurie d'eau dévastatrice et un aperçu de la situation actuelle de la ville.

Comment la crise a commencé

Le Cap est depuis longtemps loué pour ses réalisations primées en matière de gestion de l’eau et pour l’utilisation efficace des six plus grands réservoirs de la ville, qui peuvent contenir jusqu’à 230 milliards de gallons d’eau. La ville était bien consciente des changements climatiques imminents et a pris des mesures pour réduire la consommation globale d'eau.

Malgré leurs efforts, Cape Town a négligé de tenir compte de la diminution régulière des précipitations annuelles. Cet oubli était mineur à l'époque et les réservoirs de la ville étaient pleins en 2014. Cependant, une sécheresse soudaine de trois ans a drainé les réservoirs à seulement 26% de leur capacité en 2017. La ville a déclaré qu'elle fermerait les robinets d'eau municipaux lorsqu'ils atteindraient 13,5% de capacité.

Mesures de la ville

Le terme «Day Zero» est devenu le nom du jour où les robinets d’eau seraient fermés dans toute la ville, essentiellement le jour où Cape Town serait officiellement à court d’eau. Avec le jour zéro imminent et les réservoirs se vidant, la ville et ses habitants se sont mobilisés pour éviter la crise ultime de l'eau au Cap.

Au début de 2017, le citadin moyen utilisait 600 litres par jour. Les responsables de la ville ont abaissé cette limite quotidienne à 50 litres par jour. Pour mettre ce chiffre en perspective, le Californien moyen a utilisé 321 litres d'eau par jour pendant la sécheresse de 2016. Si un ménage dépassait cette limite de 50 litres, il devait faire face à de lourdes amendes et à une installation de compteur pour couper l'eau automatiquement une fois qu'elle dépassait la limite quotidienne. La ville a également mis en place des quotas sévères pour les institutions agricoles et commerciales.

Les résidents font leur part

La crise de l'eau au Cap n'aurait pas pu être évitée sans l'action innovante des habitants eux-mêmes. Les gens ont commencé à recycler l'eau des douches et des machines à laver et à limiter la chasse d'eau des toilettes à une fois par jour. Les agriculteurs ont détourné leur approvisionnement en eau de leurs propres fermes pour que la ville l'utilise. Les piscines et les pelouses n'étaient plus indispensables et les résidents n'utilisaient plus l'eau pour de tels équipements. Les médias sociaux ont également joué un rôle clé en étant une plateforme de partage de conseils avec un large public. Les restaurants et bars locaux ont lancé des concours pour voir qui pouvait s'abstenir de laver ses vêtements le plus longtemps. La combinaison de ces efforts est ce qui a sauvé les 4 millions de personnes d'avoir à faire l'expérience de Day Zero.

Le rôle de la pauvreté

Bien que la crise de l'eau au Cap ait affecté toute la ville, elle a frappé certains habitants beaucoup plus durement que d'autres. L'Afrique du Sud est déjà un pays connu pour ses problèmes d'iniquité, et la crise de l'eau a exacerbé ce fait. Les résidents aisés ont trouvé des moyens de contourner les restrictions en engageant des entreprises pour creuser des puits de 6000 dollars pour eux, en achetant de grandes quantités d'eau potable à des prix gonflés et même en installant des systèmes de filtration pour rendre les eaux souterraines potables. Les habitants pauvres, en revanche, étaient à la merci de la ville et ont dû sacrifier l'achat de nourriture pour pouvoir acheter de l'eau.

Où est Cape Town aujourd'hui?

Le Cap a finalement connu une saison des pluies moyenne en janvier 2018, permettant à la ville de reporter indéfiniment l'arrivée de Day Zero. Après que la crise immédiate ait été évitée, la ville a commencé à planifier le dessalement de l'eau de mer et l'extraction des eaux souterraines comme sources d'eau de secours. Il s’agit de solutions à plus long terme, mais elles présentent des problèmes qui leur sont propres, tels que l’abordabilité d’installations aussi intenses et l’impact sur les écosystèmes locaux.

Les limites d'utilisation de l'eau ont été légèrement assouplies; cependant, ils existent toujours et sont strictement appliqués. Cela continue d’avoir un impact négatif sur les habitants les plus pauvres de la ville. Les rapports hebdomadaires sur les capacités des barrages sont peut-être les mesures les plus utiles prises depuis la crise. En juillet 2020, tous les barrages se maintiennent à environ 80% de leur capacité.

Bien que la crise de l'eau au Cap n'ait jamais complètement abouti à une coupure d'eau à l'échelle de la ville, l'impact de l'événement résonne toujours avec les pauvres. À l'avenir, des efforts doivent être faits pour garantir l'égalité d'accès à l'eau pour tous les résidents.

Natalie Tarbox
Photo: Flickr

*

★★★★★