Comment la communauté Maasai s’attaque à la pauvreté

La communauté Maasai lutte contre la pauvreté
Alors que la communauté autochtone Maasai fait face à des pertes négatives de ses maisons, principalement en raison de la perte des droits fonciers autochtones, elle est confrontée à des conditions de pauvreté qui affectent sa capacité de survie. Cependant, les efforts de la communauté pour récupérer leurs terres, garantir leurs droits et s’engager dans des entreprises capitalistes rentables sont la façon dont la communauté Maasai s’attaque à la pauvreté.

La communauté autochtone Maasai

Originaire de la communauté autochtone Maasai au Kenya, le Maasai Mara est une savane ouverte qui fournit de la nourriture, de l’eau et des terres à la communauté pastorale depuis des générations. Cependant, un déclin de l’accès et de la liberté dans le Maasai Mara a eu des effets néfastes, car les taux de pauvreté augmentent au sein de la communauté Maasai. Le principal défi est la perte croissante des droits fonciers autochtones, la communauté Maasai devant abandonner ses terres pour des moyens de subsistance inhabituels alors que le tourisme occupe le devant de la scène.

Perte de biodiversité et pauvreté

Les connaissances autochtones de la communauté Maasai sur la conservation de la biodiversité sont pertinentes et impératives dans les conversations contemporaines sur la durabilité. Cependant, avec des stratégies visant à saper la pleine réalisation des droits fonciers autochtones, la communauté Maasai est confrontée à une dure réalité de pauvreté. Selon Nelson Ole Reiyia, co-fondateur de la Nashulai Maasai Conservancy, « nous avons vu un avenir sombre, menacé par la vente de terres, l’accaparement des terres pour la marchandisation, par les réserves touristiques, par l’effondrement de nos rivières et de nos prairies, et par une fragmentation non durable alors que des clôtures électriques découpaient et fermaient les couloirs de migration de la faune. En réalité, la perte de biodiversité entraînée par la marchandisation des écosystèmes indigènes conduit à des taux de pauvreté élevés dans les communautés indigènes touchées.

Par conséquent, alors que la perte de biodiversité met à rude épreuve l’écosystème, affectant davantage le tourisme et d’autres activités économiques, la marginalisation de la communauté Maasai pose des risques substantiels pour son bien-être. Le comté de Narok, qui abrite le parc national du Maasai Mara, a signalé un taux de pauvreté absolue de 33,7 %, avec 12 % de la population souffrant de pauvreté alimentaire. De plus, la perte des droits fonciers autochtones a entraîné une insécurité alimentaire à long terme, car les membres manquent de ressources pour vivre leur mode de vie pastoral. On peut dire que l’incapacité du gouvernement à soutenir leurs moyens de subsistance et à intégrer leurs connaissances autochtones dans la conservation de la biodiversité a aggravé leurs conditions financières, plongeant de nombreuses personnes dans la pauvreté.

Efforts de la communauté autochtone Maasai pour éradiquer la pauvreté

La manière dont la communauté Maasai s’attaque à la pauvreté est une question d’efforts locaux, nationaux et mondiaux pour réaliser ses droits fonciers autochtones et les engager dans des activités commerciales dans le monde contemporain. Alors que la conservation de la biodiversité accélère la reconnaissance des défis de la communauté Maasai, ses membres sont de plus en plus proactifs dans la promotion de la conservation de la biodiversité en articulant des moyens d’éradiquer la pauvreté. La Nashulai Maasai Conservancy est l’une de ces initiatives qui a facilité un programme de restauration de la rivière pour fournir de l’eau potable, un potager biologique de village et des campagnes de collecte de fonds pour atténuer l’insécurité alimentaire.

Conservation de la biodiversité et éradication de la pauvreté

La conservation de la biodiversité idéalise des solutions innovantes basées sur la nature comme nécessaires pour atténuer la pauvreté, d’autant plus qu’elles intègrent de multiples perspectives, y compris locales. La communauté Maasai a fait preuve de résilience en protégeant les écosystèmes existants, avec leurs modes de vie indigènes à la base de leurs connaissances. Grâce au leadership communautaire, la communauté Maasai de Nashulai Maasai Conservancy a établi un plan de gestion basé sur le pâturage en rotation pour saisir les avantages des schémas migratoires observés dans le Maasai Mara. Ce développement joue sur les connaissances indigènes de la communauté Maasai à travers leurs coutumes et traditions séculaires. En fin de compte, une infusion de connaissances actuelles sur l’agriculture capture le meilleur des deux mondes.

Concrétiser les droits fonciers autochtones

L’établissement de cadres sociaux, politiques et économiques autour des droits fonciers autochtones est la façon dont la communauté Maasai s’attaque à la pauvreté. La communauté Maasai en Tanzanie a encouragé la reconnaissance politique et juridique des droits fonciers autochtones alors qu’elle lutte contre les efforts du gouvernement pour les expulser de la terre. Au Kenya, les efforts déployés par la communauté Maasai pour mettre en place des programmes capitalistes et d’éradication de la pauvreté ont été essentiels pour faire progresser leurs capacités économiques à conserver leurs droits fonciers. De plus, le financement des conservancies a contribué à la reconnaissance de la communauté autochtone Maasai.

La perte de biodiversité entraînant des difficultés notables dans l’accès aux ressources, la World Wild Life (WWL) a salué la réalisation des droits fonciers autochtones comme une étape nécessaire pour lutter contre le changement climatique et assurer un avenir financièrement durable. Notamment, les collaborations avec des organisations nationales et mondiales telles que le groupe Nawiri pour créer des pratiques durables sont la façon dont la communauté Maasai lutte contre la pauvreté.

Alors que la communauté Maasai maintient le mode de vie indigène, la conservation de la biodiversité grâce aux efforts communautaires et à la réalisation des droits fonciers s’attaque à la pauvreté. Cependant, il incombe au gouvernement kenyan d’accélérer ses efforts par le biais de politiques et de lois qui préservent leur culture et leurs traditions.

– Hanying Wang
Photo : Flickr

*

★★★★★