Comment combattre le défaitisme à propos de la pauvreté dans le monde

Il y a vingt ans, j’étais à l’université – une époque où un jeune adulte concrétise une vision du monde et une compréhension de sa place dans le monde.

À ce moment-là, près d’une personne sur trois dans le monde vivaient dans une pauvreté extrême. Vingt-neuf pour cent des personnes vivaient avec moins de 1,25 $ par jour — pas assez pour subvenir aux besoins les plus élémentaires, comme l’éducation et les soins de santé, pour leurs enfants. En raison de cette réalité, j’ai développé un profond désir de faire partie du changement à cette statistique dévastatrice.

Mais tu sais quoi? Beaucoup de choses peuvent se passer en 20 ans. Et, en fin de compte, le monde peut changer beaucoup plus rapidement qu’une vision du monde.

Aujourd’hui, seulement 9 % des personnes vivent dans l’extrême pauvreté, définie aujourd’hui comme vivant avec moins de 1,90 $ par jour.

Ouah! De 29 % à 9 %. Quel progrès incroyable pour louer et remercier Dieu ! En réalité, le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté a été presque réduit de moitié depuis que j’étais à l’université, ce qui ne me semble pas si lointain de mon point de vue !

Pourtant, beaucoup d’entre nous fonctionnent encore sur une compréhension dépassée du monde.

Comment combattre le défaitisme à propos de la pauvreté dans le monde

Hans Rosling, dans son livre Factualitédétaille comment il a interrogé des milliers de personnes à travers le monde de tous horizons sur des faits de base sur l’état du monde, y compris des choses comme l’espérance de vie moyenne, combien de filles peuvent accéder à l’éducation, combien de bébés sont vaccinés contre des maladies potentiellement mortelles, et combien de personnes vivent dans l’extrême pauvreté.

Ce qu’il a découvert à maintes reprises, c’est que tout le monde se trompe radicalement sur le monde.

Selon Rosling,

« Chaque groupe de personnes à qui je demande pense que le monde est plus effrayant, plus violent et plus désespéré – en bref, plus dramatique – qu’il ne l’est réellement. »

En répondant à la question de savoir si au cours des 20 dernières années, la proportion de la population mondiale vivant dans l’extrême pauvreté a doublé, est restée la même ou a presque diminué de moitié, seulement 5% des personnes répondent correctement.

Ce que les gens ne savent pas (encore) sur la pauvreté

[Check out The Good News About Global Poverty study by Barna and Compassion to learn more! View a larger version of this graph.]

Alors, quelle est l’une des principales raisons pour lesquelles nous nous trompons tellement sur le monde ? Selon Rosling, cela a à voir avec notre conception erronée des riches et des pauvres :

« En divisant le monde en deux boîtes trompeuses – pauvres et riches – cela déforme complètement toutes les proportions mondiales dans l’esprit des gens. »

Beaucoup d’entre nous fonctionnent encore sur des visions du monde sur la pauvreté mondiale qui auraient pu être vraies en 1950 ou même en 1980, mais qui ne sont tout simplement plus représentatives de l’état du monde. Nous pouvons souvent nous concevoir comme «nous» en Amérique du Nord et en Europe comme les riches, et la plupart des autres en Amérique latine, en Asie et en Afrique comme «les pauvres entassés».

Mais la majorité des gens sont sortis de l’extrême pauvreté dans laquelle la majeure partie de l’humanité a vécu et est morte tout au long de notre histoire – maintenant 75 % des gens vivent dans des pays à revenu intermédiaire !

« L’idée d’un monde divisé avec une majorité coincée dans la misère et les privations est une illusion », déclare Rosling. « Une idée fausse complète. »

C’est une raison de célébrer. Cela signifie qu’il y a d’innombrables mères et pères qui n’enterrent pas l’enfant pour lequel ils ont prié et espéré avant même qu’il n’atteigne l’âge de 5 ans. Cela signifie que des millions de filles ont un accès égal à l’éducation. Cela signifie que la moitié des personnes meurent à la suite de catastrophes naturelles.

Comment combattre le défaitisme à propos de la pauvreté dans le monde

Si nous ne nous arrêtons pas et ne célébrons pas les progrès étonnants qui se sont produits, si nous croyons le mensonge selon lequel tout ne fait qu’empirer tout le temps, nous perdrons espoir. Pire, nous perdrons espoir à cause d’une conception du monde effroyablement erronée.

Mais, comme un examen attentif des statistiques du monde entier nous le montrera, la pauvreté est ne pas inévitable. Le changement est possible. Nous ne luttons pas sans cesse contre une marée immuable. Le changement est déjà en train de se produire, et nous pouvons continuer à être une petite partie de ce processus.

Cependant, bien que seulement 9 % des personnes vivent aujourd’hui dans l’extrême pauvreté, cela représente encore des centaines de millions de personnes. Environ 385 millions d’enfants vivent dans l’extrême pauvreté. Et bien que ce nombre ait chuté de 15 millions depuis la dernière fois que je l’ai entendu, c’est toujours un nombre inacceptable d’enfants qui n’ont pas la sécurité, la santé et les opportunités qu’ils méritent.

Alors, à la lumière de ce que nous tenons entre nos mains – à la fois l’espoir de ce qui a été accompli et l’urgence de ce qui reste à faire – je propose ceci :

1. Louez Dieu.

Comment combattre le défaitisme à propos de la pauvreté dans le monde

Nous cessons de céder à des sentiments de défaitisme et de fatalisme lorsque nous regardons ce monde. Les données sont du côté de l’humanité.

Louez Dieu que des millions de bébés qui, il y a 25 ans, seraient morts de diarrhée, de malnutrition ou de maladie ont dépassé leur cinquième anniversaire. Louez Dieu que des millions de filles étudient à l’école, assises à côté de leurs frères. Louez Dieu que tant d’économies dans le monde connaissent une croissance telle que les gens pourront aller au-delà de l’agriculture de subsistance et frôler la famine.

Louez Dieu.

2. Éduquez-vous.

Comment combattre le défaitisme à propos de la pauvreté dans le monde

Nous travaillons à changer notre conception du « reste du monde ». Je déteste l’admettre, mais j’ai parfois voyagé au nom de Compassion et j’ai été surpris de voir à quel point les autres pays sont gentils.

L’hiver dernier, je me suis rendu en Thaïlande pour couvrir un reportage sur les personnes déplacées vivant à la frontière du Myanmar. Alors que ces personnes à la frontière vivent dans une grande pauvreté, une grande partie de la Thaïlande défie toute notion de «pays pauvre» (ce qui, en effet, n’est pas le cas; c’est un pays à revenu intermédiaire supérieur). L’année précédente, j’ai visité le Ghana en Afrique de l’Ouest et j’ai été surpris de toute la richesse dont j’ai été témoin dans la capitale Accra, avec des centres commerciaux bien plus agréables que ceux de ma propre ville natale.

Afin d’avoir une image précise du monde, nous devons cesser de concevoir « le reste du monde » comme pauvre et sous-développé.

3. Parlez.

Comment combattre le défaitisme à propos de la pauvreté dans le monde

Nous refusons qu’il soit inévitable que 385 millions d’enfants vivent dans l’extrême pauvreté sans accès à l’éducation, aux soins de santé, aux emplois et aux opportunités. Nous nous appuyons sur les progrès que nous avons constatés et nous continuons d’exiger, d’espérer et de prier pour mieux.

Notre vision nouvelle et plus précise de l’état du monde ne nous rend pas apathiques envers les 9 % encore dans l’extrême pauvreté. Au contraire, cela allume un feu en nous pour continuer à agir et à parler au nom de ces enfants, sachant que leur pauvreté peut aussi un jour appartenir au passé.

Commençons à être motivés par l’œuvre rédemptrice que Dieu accomplit déjà à travers Son peuple !

Rejoignez ce combat contre le défaitisme en parrainant un enfant ou en recherchant d’autres mouvements locaux qui font un travail rédempteur dans le royaume !


Cet article a été publié pour la première fois sur le blog de Compassion Canada.

*

★★★★★