Combattre l’acceptation sociale du mariage des enfants en Inde

Le mariage des enfants en Inde
Peu de temps après son mariage avec un homme de sept ans son aîné, Muskaan, 14 ans, a déclaré au photojournaliste de Delhi Saumya Khandelwal que son mariage « devait avoir lieu ». Muskaan, originaire de l’État indien le plus peuplé de l’Uttar Pradesh, a réfléchi à l’acceptation sociale du mariage des enfants par la région en Inde.

Le mariage des enfants en Inde

Malgré les tentatives de l’Inde pour lutter contre le mariage des enfants par le biais de la législation, la pratique dommageable persiste. Environ 27% de toutes les filles indiennes se marient avant leur 18e anniversaire, cette statistique étant plus élevée dans les zones rurales. Pendant ce temps, les États du nord du Bihar et du Rajasthan voient entre 47% et 51% de leurs jeunes filles mariées comme des enfants.

Pourtant, des progrès ont eu lieu. Alors que près de 47 % des filles indiennes de 18 ans et moins se sont mariées entre 2005 et 2006, ce taux est tombé à 18 % entre 2015 et 2016. Les principales influences ont été les programmes gouvernementaux qui promeuvent l’éducation et l’autonomisation des femmes. Les améliorations étaient sans aucun doute claires et particulièrement percutantes en augmentant la présence des femmes dans l’enseignement supérieur et la main-d’œuvre, ouvrant la voie à une génération de jeunes femmes indépendantes et instruites. Cependant, les développements locaux sous COVID-19 ont mis au jour l’acceptation sociale du mariage des enfants en Inde et les facteurs qui érodent l’approbation locale.

COVID-19 en Inde

Le nombre officiel de cas de COVID-19 en Inde s’élevait à 32,2 millions au 14 août 2021. Le pays a été confronté à un verrouillage en quatre phases en 2020 et plusieurs États ont instauré des couvre-feux rigides. Les impacts économiques de ces mesures de santé publique nécessaires ont été désastreux car le gouvernement indien estime que le PIB du pays a diminué de près de 8% depuis le début de la pandémie. Pendant ce temps, jusqu’à 75 millions de personnes sont tombées dans la pauvreté, ne gagnant qu’un maigre revenu de 150 roupies, soit environ 2 dollars par jour.

Plus précisément, l’économie informelle indienne semble avoir été la plus durement touchée. Composé d’ouvriers agricoles, d’ouvriers du bâtiment et de travailleurs migrants, ce secteur n’a accès ni à un soutien politique ni à une représentation syndicale. Avec de maigres montants d’aide gouvernementale atteignant ces travailleurs vulnérables, beaucoup sont rentrés chez eux dans l’Inde rurale dans l’espoir de réduire le coût de la vie.

Aide gouvernementale

De nombreux programmes du gouvernement indien pour aider les familles à faible revenu se sont concentrés autour des écoles pour encourager l’éducation. Les écoles gérées par le gouvernement offraient gratuitement le petit-déjeuner et le déjeuner à leurs élèves avant la pandémie, mais les élèves apprenant à domicile, le programme a rapidement pris fin. Les parents qui ont envoyé leurs filles à l’école ont reçu une compensation dans le cadre de l’un des nombreux programmes de la campagne « Beti Bachao, Beti Padhao » en 2015.

Cependant, les programmes d’éducation ont été confrontés à un manque de financement bien qu’ils aient joué un rôle déterminant dans l’équilibre du ratio hommes-femmes dans 108 districts. En termes simples, les programmes du gouvernement n’ont pas atteint leur plein potentiel, ce qui limite la capacité des dirigeants indiens à lutter contre le mariage des enfants. La pandémie n’a fait qu’aggraver l’accès au système de protection sociale indien, en particulier pour les travailleurs migrants des zones rurales qui voient le mariage des enfants comme une solution pour améliorer les opportunités financières de leurs filles.

Les familles confrontées à des situations financières désastreuses envisagent souvent de marier leurs jeunes filles à des hommes appartenant à des familles locales stables. Le départ d’une fille de chez elle signifie que ses parents n’ont plus à lui fournir nourriture, vêtements et éducation. Pourvu qu’elle soit jeune et en bonne santé, elle peut épouser un marié avec beaucoup d’argent pour subvenir à ses besoins. Pour les parents accablés par les conséquences économiques de la pandémie, la voie semble séduisante.

Pressions sociales

De nombreux parents considèrent le mariage comme un moyen d’assurer la stabilité de leurs filles dans un pays où règnent de nombreuses violences sexistes. Les rapports de police issus d’enquêtes sur les mariages d’enfants locaux montrent que les parents de jeunes filles craignent que les laisser aller à l’école et travailler tout en étant célibataires puisse signaler leur disponibilité aux hommes prédateurs.

Cet état d’esprit prévaut généralement dans les zones rurales. Les données du Bihar, un État indien qui enregistre le plus grand nombre de mariages d’enfants, ont montré que 44,5 % des femmes des zones rurales se sont mariées avant l’âge de 18 ans de 2015 à 2016, contre 29,1 % des femmes des zones urbaines. Dans les zones rurales, la communauté locale s’est unie et a affirmé que le mariage apporte sécurité financière, respect et sécurité aux jeunes filles.

Solutions

Une législation historique telle que la loi de 2006 sur l’interdiction du mariage des enfants (PCMA) a créé une peine de prison pouvant aller jusqu’à deux ans pour les parents et les anciens du village autorisant les mariages d’enfants illégaux en Inde. La loi a également établi des comités locaux pour intervenir dans des cas individuels, mais a laissé l’application aux gouvernements des États. Dans de nombreux cas, les représentants de l’État n’ont tout simplement pas nommé les membres du comité ou assigné le travail du comité aux travailleurs sociaux ayant déjà une charge de travail élevée. Alors que les statistiques sur le mariage des enfants sont en baisse constante, une grande partie de ces progrès est due à une croissance similaire de l’alphabétisation et de l’accès à l’éducation plutôt qu’à l’impact de la PCMA. La législation indienne est puissante, mais elle fait face à des revers dans la réalisation de son potentiel.

Actuellement, la police locale joue un rôle déterminant dans l’arrêt des mariages d’enfants en arrivant sur les lieux et en arrêtant les anciens qui organisent des mariages, mais elle travaille grâce à des conseils anonymes et fait face à la résistance des habitants. Ils sont incapables d’arrêter tous les mariages d’enfants ou de vraiment combattre l’état d’esprit des parents. Des équipes spécialisées avec des travailleurs sociaux pourront communiquer avec les parents et les anciens du village et prévenir de futurs mariages. Il est important que ces groupes reçoivent un financement et un soutien des gouvernements mondiaux, car ces solutions vont au-delà du simple envoi d’individus en prison – la véritable solution au mariage des enfants en Inde consiste à changer les mentalités.

Regarder vers l’avant

Malgré les tentatives déterminées du gouvernement indien de limiter le mariage des enfants en Inde par le biais de la législation, la pratique destructrice se poursuit. La pandémie de COVID-19 a mis au jour les motivations économiques et sociales qui font avancer le mariage des enfants dans la société indienne. Les solutions comprennent la réalisation du potentiel de la législation et la promotion de la présence de travailleurs sociaux et d’ONG travaillant sur le terrain pour changer l’acceptation sociale du mariage des enfants en Inde.

– Shruti Patankar
Photo : Wikipédia Commons

*

★★★★★