Combattre la pauvreté dans la mode : des marques qui donnent en retour

Combattre la pauvreté dans la mode, des marques qui redonnentLes conditions de travail dans l’industrie de la mode sont souvent loin d’être idéales. Bien qu’ils offrent des opportunités d’emploi aux travailleurs des pays pauvres, nombre de ces employés gagnent 42 % à 55 % sous un salaire décent. Dans la lutte contre la pauvreté dans la mode, l’amélioration des droits des travailleurs est primordiale pour aider à améliorer l’industrie. Les dons par le biais d’organismes de bienfaisance tiers sont une façon courante pour les organisations d’apporter leur soutien à l’évolution de l’industrie de la mode. Cependant, ce travail caritatif est souvent critiqué pour son manque de changement réel vu par les travailleurs. Ainsi, trois entreprises ont trouvé un moyen plus productif d’aider à accroître la transparence, la durabilité et les droits des travailleurs. Dans un effort pour changer l’industrie de la mode, Lucy et Yak, Girlfriend Collective et ABLE ont tous montré des solutions créatives et un succès rapide en tant que sociétés de vêtements dans les pays en développement du monde entier.

Lucy et Yak

Lucy et Yak ont ​​commencé en Nouvelle-Zélande. Chris Tenwick et Lucy Greenwood ont commencé leur voyage en parcourant le monde, créant des blagues à tabac, qu’ils vendaient aux voyageurs visitant le pays. Le couple est retourné au Royaume-Uni, où ils ont vendu des vêtements vintage et des combinaisons faites maison dans leur camionnette, nommé Yak. Ils ont voyagé en Chine, en Inde et en Thaïlande à la recherche d’une société de production et ont atterri sur trois tailleurs au Rajasthan, en Inde. Au Rajasthan, près de 15 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. L’industrie est l’une des composantes les plus importantes de la croissance du PIB du Rajasthan, ce qui fait du choix de l’emplacement de Lucy et Yak un choix rentable et percutant.

Depuis 2018, l’équipe de trois personnes est passée à 50, ouvrant des opportunités d’emploi pour beaucoup. Une nouvelle usine à température contrôlée et éthiquement durable fabrique des produits Lucy et Yak dans la région rurale du Rajasthan. Avec cette usine, l’entreprise peut offrir une rémunération supérieure au salaire minimum de la région et répondre aux besoins individuels de ses travailleurs. Greenwood et Tenwick rendent souvent visite à l’équipe en Inde pour superviser la production et pour rattraper leurs vieux amis de l’époque des camionnettes. Globalement, en luttant contre la pauvreté dans la mode, Lucky et Yak ouvrent la voie à un standard de production éthique.

Petite amie collective

Girlfriend Collective est une entreprise de vêtements de sport basée à Seattle, Washington. Bouteilles, chutes de coton, nylon et polyester recyclés composent les vêtements de Girlfriend Collective. L’entreprise s’approvisionne actuellement en matériaux recyclés à Taïwan et sa production principale provient de Hanoï, au Vietnam. L’usine de Hanoï dans la province de Phu Tho est un espace dédié à la réduction durable de la pauvreté. Il s’agit également d’une installation certifiée SA8000, ce qui signifie que l’usine est tenue à une norme durable et éthique de salaires équitables et de conditions de travail sûres.

De plus, Girlfriend Collective fournit à ses employés un déjeuner et un dîner gratuits, des pauses sportives guidées et des bilans de santé tous les six mois à l’usine. Dans le monde entier, Girlfriend Collective a été reconnu pour son succès. La Déclaration universelle des droits de l’homme et l’Organisation internationale du travail ont applaudi Girlfriend Collective pour ses efforts. Ainsi, avec sa mission d’assurer la santé et la sécurité de ses employés, Girlfriend Collective a fait sa marque dans la lutte contre la pauvreté dans la mode.

CAPABLE

ABLE est une entreprise de mode appartenant à des femmes qui se consacre à l’avancement des femmes dans le monde entier. Son programme d’emploi international a commencé en Éthiopie avec la production de foulards. Depuis 2019, la société a étendu des programmes similaires au Mexique, en Inde et au Brésil. L’un des objectifs généraux de l’entreprise est d’éduquer ses consommateurs sur les inégalités salariales. Dans le monde, 98% des personnes qui fabriquent des vêtements ne peuvent pas gagner leur vie. Les femmes représentent 75 % de ce chiffre. ABLE a également renforcé son propre système d’évaluation appelé Accountable. Avec ce système, ABLE peut se tenir responsable et continuer à avoir un impact positif sur son entreprise.

L’avenir de la lutte contre la pauvreté dans la mode

Dans les efforts visant à réduire la pauvreté dans le monde, ces trois entreprises prennent les devants. Leur surveillance a eu un impact nouveau et positif sur les communautés appauvries au Vietnam, en Éthiopie et en Inde. Dans l’ensemble, en garantissant des salaires décents, des conditions de travail sûres et l’autonomisation des femmes, Lucy et Yak, Girlfriend et ABLE contribuent à lutter contre la pauvreté dans la mode.

– Julia Fadanelli
Photo : Flickr

*

★★★★★