Cinq pays qui ont besoin du plan d’action pour l’eau

Plan d'action sur l'eauLe 1er juin 2022, la Maison Blanche a dévoilé son plan d’action sur la sécurité mondiale de l’eau, dirigé par le vice-président Kamala Harris. La Maison Blanche vise à aider à assurer la sécurité de l’eau au pays et à l’étranger, citant le lien entre l’eau et les intérêts de sécurité nationale des États-Unis. En particulier, cinq pays qui ont besoin du plan d’action pour l’eau bénéficieront de l’accès à l’eau potable et de la réduction des décès.

Trois piliers

La Maison Blanche a déclaré qu’elle considérait la sécurité de l’eau comme « l’accès durable à l’eau potable, aux services d’assainissement et d’hygiène, ainsi qu’à l’eau pour soutenir les écosystèmes et pour l’agriculture, l’énergie et d’autres activités économiques ».

Le plan d’action pour l’eau se concentre sur trois piliers pour mettre en œuvre ses objectifs :

  • Accroître le rôle des États-Unis dans la réalisation de la sécurité universelle de l’eau et assurer la durabilité sans augmenter les émissions de carbone.
  • Encourager les pratiques durables de gestion et de construction des ressources en eau et des écosystèmes pour renforcer les économies et la coopération.
  • Utiliser la coopération entre des organisations telles que le Sommet du G-20 et l’ONU pour assurer la sécurité de l’eau.

Bien que le plan ne précise pas les nations, cinq pays qui ont particulièrement besoin du plan d’action pour l’eau sont l’Angola, la Somalie, l’Éthiopie, l’Ouganda et la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Angola

L’Angola est un pays d’Afrique australe avec une population d’environ 35 millions d’habitants. Environ la moitié seulement des Angolais ont accès à des installations sanitaires de base et à de l’eau potable. En 2020, l’ONU a signalé que l’accès aux deux avait stagné, entravant les efforts pour atteindre l’ODD 6 d’ici 2030.

Les décès dus au paludisme représentent plus de 11 000 décès en 2020. En outre, l’Angola a l’un des taux de mortalité infantile les plus élevés, avec 71,5 décès sur 1 000 naissances vivantes avant l’âge de 5 ans.

Le traitement de l’eau n’est qu’un des moyens de lutter contre le paludisme et la mortalité infantile dans le pays. Les investissements du plan d’action pour l’eau pourraient financer le traitement de l’eau et les services d’assainissement de base, en particulier dans les zones rurales.

Somalie

Comme l’Angola, la Somalie figure sur la liste des pays les moins avancés (PMA) de l’ONU. Les services d’eau potable et d’assainissement ne sont pas facilement accessibles dans ce pays d’Afrique de l’Est, car seulement 32 % de la population utilisait un service d’assainissement en 2020. Dans un pays d’environ 15 millions d’habitants, cela représente plus de 10 millions de personnes sans cet accès.

La Somalie connaît également une grave sécheresse. L’ONU estime que la Somalie se dirige vers la quatrième année consécutive sans saison des pluies réussie. Cela a dévasté la Somalie, avec plus de 100 000 personnes déplacées pour trouver un accès à l’eau.

La Maison Blanche a souligné le lien entre la sécurité mondiale de l’eau et la sécurité nationale. La Somalie en est un excellent exemple : en 2014, au plus fort de sa guerre civile, le groupe terroriste al-Shabaab a utilisé le « terrorisme de l’eau » pour aggraver le conflit entre les citoyens et le gouvernement somalien. En coupant une ressource aussi cruciale, les tensions ont éclaté et la colère envers le gouvernement a grandi, faisant avancer la guerre.

La Somalie pourrait bénéficier du financement du plan d’action sur l’eau pour étendre l’accès et le traitement de l’eau, ce qui pourrait avoir un impact retentissant.

Ethiopie

Le voisin occidental de la Somalie partage son statut d’insécurité hydrique, en plus d’être l’un des 46 PMA, selon l’ONU, l’Éthiopie a été au centre de l’aide étrangère pendant des décennies, à la suite de la guerre civile éthiopienne dans les années 1970.

L’Éthiopie a atteint son objectif du Millénaire pour le développement (OMD) relatif à l’eau potable, précurseur de l’ODD 6. Depuis 1990, elle a réduit de moitié le pourcentage de personnes n’ayant pas accès à l’eau potable, 57 % des personnes ayant accès à l’eau potable. . Ce succès vient du programme gouvernemental pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène (WASH).

Pourtant, l’Éthiopie est aux prises avec des problèmes d’assainissement et de maladies d’origine hydrique, ce qui contribue aux taux de mortalité infantile. Selon l’UNICEF, le manque de traitement et d’assainissement de l’eau contribue à 60 % à 80 % des maladies transmissibles en Éthiopie. En termes de mortalité infantile, ce niveau d’insécurité hydrique entraîne chaque année 70 000 décès d’enfants de moins de 5 ans.

Ouganda

L’Ouganda figure également sur la liste des PMA de l’ONU. L’Ouganda a stagné sur l’ODD 6, avec seulement 55,9 % de la population ayant accès à l’eau potable.

L’assainissement est l’un des problèmes critiques liés à la crise de l’eau en Ouganda. En Ouganda, 8,8 millions de personnes pratiquent la défécation à l’air libre, contaminant l’approvisionnement en eau naturelle. Selon l’organisation à but non lucratif Water.org, 28 millions d’Ougandais n’ont pas accès à des services d’assainissement sûrs, ce qui joue un rôle vital dans l’ODD 6.

Le plan d’action pour l’eau de la Maison Blanche pourrait contribuer à enrichir les programmes d’aide existants par l’intermédiaire de l’Agence américaine pour le développement international, en donnant à 750 000 Ougandais un accès à de l’eau potable et en fournissant des ressources pour se libérer de la défécation à l’air libre.

Papouasie Nouvelle Guinée

Bien qu’elle ne figure pas sur la liste des PMA, le rapport sur le développement durable constate que la Papouasie-Nouvelle-Guinée a toujours besoin de services d’eau essentiels. Seuls 45,3 % des citoyens de Papouasie-Nouvelle-Guinée ont accès à l’eau potable et seuls 19,2 % ont accès aux services d’assainissement. L’ONU rapporte que seulement 30% de la population a accès au savon et à l’eau à la maison pour une installation de lavage des mains.

Selon l’UNICEF, 30% de la population utilise quotidiennement les eaux de surface. Cela est probablement en corrélation avec la maladie et la pauvreté chez ceux qui contractent des maladies d’origine hydrique.

Solutions

Le plan d’action de la Maison Blanche sur la sécurité mondiale de l’eau pourrait aider ces cinq pays qui ont désespérément besoin d’aide pour créer la stabilité et la santé grâce aux services d’eau et d’assainissement. La Banque mondiale estime que les programmes et infrastructures WASH mondiaux coûteraient 35 milliards de dollars à entretenir chaque année, selon un rapport de la Maison Blanche.

Alors que davantage de financements sont nécessaires, l’USAID s’est engagée à fournir 1,2 milliard de dollars d’aide pendant trois ans pour renforcer la sécurité mondiale de l’eau. Le plan d’action pour l’eau est un pas dans la bonne direction et fournit un point de départ à ces cinq pays et à d’autres pour parvenir à la sécurité de l’eau.

–Emma Rushworth
Photo : Wikimédia

*

★★★★★