C’est ici que j’habite : 7 enfants partagent leurs maisons

Vous êtes-vous demandé à quoi pourrait ressembler la maison de l’enfant que vous parrainez ? Des enfants de chacun des sept pays où nous travaillons en Amérique centrale et dans les Caraïbes nous ont fait visiter leurs maisons ! Nous espérons qu’avoir un aperçu des foyers d’enfants parrainés typiques dans cette région vous aidera à savoir comment vous pouvez prier pour eux – et à quel point votre soutien compte !

Nahomy au Guatemala

Une fille vêtue d'une robe bleue et blanche est assise en haut d'un escalier en béton raide avec une clôture métallique en chaîne de chaque côté.
Nahomy vit au sommet d’une colline à Flores, au Guatemala. Elle monte chaque jour 96 marches pour arriver chez elle ! Elle en fait un jeu et compte chaque pas à mesure qu’elle grimpe, faisant parfois semblant d’être une grenouille, sautant de marche en marche.

Au sommet de la colline, elle vit avec sa maman et son petit frère Fernando. Leur maison fait 20 mètres carrés et est faite de bois et de tôles ondulées. Ils ont une ampoule qui éclaire leur maison et un lit, que Nahomy a reçu de Compassion.

Une fille vêtue d'une robe blanche et bleue se tient devant une petite maison d'Amérique centrale faite de bois et de tôles.  En arrière-plan, des collines verdoyantes et des arbres.

Récemment, lors d’un examen médical de routine, on a découvert que Nahomy souffrait d’insuffisance pondérale. Elle a immédiatement commencé à recevoir une aide supplémentaire chaque mois pour l’épicerie. La famille n’a pas de cuisine chez elle, alors ils descendent la colline pour cuisiner dans la cuisine de la grand-mère de Nahomy.

« Je ne vois rien de mal dans ma maison », dit Nahomy. « Je l’aime parce que j’ai des arbres et de l’eau. J’ai une maison et, grâce au centre Compassion, j’ai maintenant un nouveau lit où nous dormons.

Yaretzi et Julieth au Honduras

Une fille en robe bleue et une fille en robe violette sourient largement à la caméra, bras dessus bras dessous, devant un mur en bois vert.

Deux filles souriantes portant des robes violettes et bleues s'embrassent à l'extérieur d'une maison faite de bois et de tôles, sur une colline.Yaretzi et Julieth du Honduras ont tout perdu lorsque des membres de gangs les ont chassés de chez eux, ainsi que leur grand-mère et leur grand-père. Les hommes violents ont dit qu’ils tueraient toute la famille s’ils ne trouvaient pas un autre endroit où vivre. Ils ont été forcés de déménager dans une communauté près de la décharge municipale où leur grand-père a construit une simple maison en bois.

Dans leur nouvelle maison, ils n’ont pas accès à l’électricité, à l’eau potable, à un système d’égouts ou à un centre de santé. Les jours chauds et humides, la pollution et la puanteur de la décharge de la ville sont insupportables.

Deux filles sont allongées dans un lit dans un coin d'une pièce, lisant une Bible.  Une ligne de séchage de vêtements est suspendue au plafond et les murs et les sols sont recouverts de sacs en plastique, utilisés pour le stockage.

Leur endroit préféré dans leur maison est leur lit où ils s’allongent ensemble et lisent la Bible et les lettres de leurs parrains avec leur grand-mère, Maria.

« L’inscription de mes petits-enfants au centre Compassion a fait une énorme différence dans leur vie », dit Maria. « Ils mangent des repas sains, passent des examens médicaux deux fois par an et reçoivent des fournitures scolaires et un enseignement biblique. Nous étions sans espoir quand nous avons déménagé ici, mais le personnel est devenu notre nouvelle famille.

Dodson en Haïti

Une femme portant un chapeau sourit largement, avec ses bras autour de trois jeunes enfants souriants.  Ils sont à l'intérieur d'une maison en béton avec une pile de vêtements dans le coin.
Une maison en briques de béton avec un toit en tôle ondulée se dresse sur un terrain en terre battue entouré d'une clôture tissée.  Il y a un grand arbre derrière la maison.

Dodson vit avec sa mère et ses trois frères et sœurs dans une maison en briques de béton d’une pièce dans la campagne haïtienne. Leur maison est entourée de clôtures en feuilles de coco tressées, ce qui est courant dans cette région. Ils n’ont pas d’électricité, alors la lumière entre dans leur maison par la porte et une petite fenêtre.

La famille n’a pas de commodes, alors ils rangent leurs vêtements dans une valise. Pour dormir, la mère de Dodson pose plusieurs couches de vêtements sur le sol pour en faire un matelas. Ils cuisinent une fois par jour dans leur cuisine extérieure, car un repas par jour est la norme. Dodson aime être dehors. Après avoir fait ses devoirs, il joue au football avec un ballon de fortune composé de plusieurs paires de chaussettes.

Un garçon vêtu d'une chemise jaune et d'un short en jean se tient à l'extérieur avec des murs en briques de béton derrière lui, debout devant une petite casserole argentée surélevée à côté d'une petite table en bois.

Dodson cuisine à l’extérieur dans sa cuisine.

Bien que cette famille n’ait pas grand-chose matériellement, elle a de l’amour et des rêves.

« Quand je m’allonge sur le sol pendant la nuit, je souris parce que je peux rêver qu’un jour je deviendrai un grand médecin », dit Dodson.

Keyli du Salvador

Une fille tient un ours en peluche devant une maison d'Amérique centrale faite de boue et de bâtons.  Il y a de nombreux trous dans les murs.  Une corde à linge pend devant.
Une fille dans un "Anna et Elsa" chemise et jupe en jean est assise sur une chaise en plastique verte dans sa maison en Amérique centrale.  Il y a de grandes bâches en plastique suspendues au plafond pour servir de murs.  Un poulet mange du maïs sur le sol.

Keyli du Salvador vit dans une maison faite de boue et de branchages. À l’intérieur, sa maison est divisée en pièces à l’aide de bâches en plastique. Ses choses préférées dans sa maison sont son ours en peluche bien-aimé et son poulet, ses deux seuls biens. Elle adore chasser son poulet et serrer son ours en peluche dans ses bras.

Keyli et sa famille vivent dans une communauté rurale et montagneuse au Salvador où la plupart des gens travaillent comme agriculteurs de subsistance. Ses parents peuvent gagner 5 $ par jour, mais le revenu est instable à certaines saisons. Bien que ses parents aient du mal à fournir tout ce dont elle a besoin à la maison, elle reçoit le soutien de ses parrains et de l’église locale !

« En tant que famille, nous sommes reconnaissants parce que nos deux filles grandissent avec foi et elles iront loin avec le soutien du centre Compassion », dit Mirian, la mère de Keyli.

Denison, Yosaira et Ilsa en République dominicaine

Trois jeunes enfants sont assis sur une poutre en béton qui est un pont traversant un fossé plein d'eau.  En arrière-plan, des palmiers et des maisons en tôle ondulée.

Denison, Yosaira et Ilsa s’assoient au-dessus du fossé où ils se baignent.

Un homme se tient avec trois enfants à l'extérieur d'une maison en bois usée peinte en vert clair.  Il y a une clôture en bois au premier plan.

Yosaira, Ilsa et Denison vivent dans un batey en République dominicaine, une communauté rurale pour les personnes qui travaillent dans les moulins à sucre. Les habitants des bateys n’ont pas accès à l’eau potable, à l’électricité, aux services sanitaires, aux soins de santé ou à l’éducation.

Les murs et le toit du foyer pour enfants fuient, et quand il pleut, le sol est inondé. Les lits sont sur des blocs de béton pour les protéger de l’eau. La cuisine familiale se trouve dans le coin de leur maison, à côté du lit des filles où elles aident leur maman à cuisiner. Ils n’ont pas de salle de bain, mais ils se baignent dans un fossé près de chez eux.

Deux filles sont assises sur un lit, le visage couvert de prière.  Le lit est surélevé avec des blocs de béton.  Une moustiquaire est suspendue au-dessus du lit et le toit est en tôle ondulée.

Les filles prient sur leur lit chaque matin et avant de se coucher le soir. Le lit est sur des blocs de béton pour les protéger des inondations.

Une fille en chemise bleue et jupe beige se penche sur des casseroles et des poêles sur un sol en terre battue.  Il y a une table d'un côté.  Les murs sont faits de lattes de bois percées de trous.

Yosaira travaille dans la cuisine de sa famille dans sa chambre.

Mais au centre de cette communauté où les enfants vivent dans des circonstances aussi extrêmes, se trouve une église locale et un centre de compassion qui aide les enfants. Récemment, le père des enfants, Wilkinson, a eu un accident de moto qui l’a rendu incapable de travailler. L’homme à qui ils ont loué les a chassés de leur maison, alors Compassion a aidé la famille à trouver un endroit où vivre.

«Compassion a apporté de la nourriture pour ma famille pendant que j’étais hospitalisé et a donné des bonbons à ma femme, afin qu’elle puisse les vendre pour générer des revenus», explique Wilkinson. « Je ne peux pas imaginer ma famille sans Compassion. »

Marcela au Nicaragua

Une fille vêtue d'une chemise rose et d'un jean se tient devant la porte d'une maison en bois en Amérique centrale.

Marcela est originaire d’Ochomogo, une communauté du sud du Nicaragua. Elle vit dans une maison en bois d’une pièce. Elle adore aider sa mère à cuisiner dans leur cuisine. Son père ne trouve pas de travail régulier. Bien que ses parents fassent de leur mieux, ils ne peuvent pas toujours donner à Marcela ce dont elle a besoin.

Mais grâce aux cadeaux envoyés par son parrain, Marcela a maintenant une commode, un lit et un ventilateur.

Une fille en chemise rose ajuste une moustiquaire au-dessus d'un lit.  Il y a une commode en plastique aux couleurs vives en arrière-plan, devant des murs en tôle ondulée usée.

Marcela a obtenu un lit, une commode et un ventilateur grâce à son parrain.

Une fille en chemise rose se tient devant un bloc de bois avec une casserole noire dessus, remuant quelque chose dans la casserole avec une spatule.  le mur est fait de tôles ondulées.

Marcela cuisine dans la cuisine familiale.

La mère de Marcela, Jahaira, dit qu’elle est tellement reconnaissante pour le cœur généreux du parrain, surtout quand il y a quelque chose qu’elle n’est pas en mesure de fournir.

« Je suis plus que reconnaissante que son parrain, quelqu’un qui est si loin et ne l’a jamais rencontrée, garde ma fille dans ses prières et pense à elle avec tant d’amour », déclare Jahaira.

Leslie et Felipe au Mexique

Un adolescent vêtu d'une chemise rose et d'un short en jean et une adolescente vêtue d'une chemise rose et d'un short en jean se tiennent devant une maison simple faite de contreplaqué et d'un toit en tôle.  En arrière-plan, des arbres.

Un tremblement de terre dévastateur à Oaxaca, au Mexique, en 2017, a détruit des communautés entières. La maison de Leslie et Felipe a été réduite à un tas de décombres. Après le tremblement de terre, ils ont dû dormir sous un arbre avec juste une bâche pour se protéger.

Mais grâce aux fonds en cas de catastrophe, Compassion a pu reconstruire des maisons temporaires pour 132 familles, dont celles de Leslie et Felipe. Leur maison a une pièce avec une cuisine dans un coin et des hamacs suspendus au toit. Ils prévoient de construire une maison plus permanente avec le soutien du gouvernement plus tard en 2019.

Un garçon vêtu d'une chemise rose et d'un short en jean se tient à l'intérieur d'une maison construite en contreplaqué et en tôle.  Des hamacs colorés pendent du plafond et des objets personnels, comme des sacs à dos, sont accrochés aux murs.  Il y a une petite table dans un coin.

Felipe et Leslie croient que Dieu a répondu à leurs prières à travers cette maison.

« J’aime ma maison parce qu’elle est belle », dit Leslie. « Nous avons ce dont nous avons besoin et nous ne dormons plus sous un arbre. Je me sens en sécurité! »


Nous espérons que visiter les maisons de ces beaux enfants en Amérique centrale et dans les Caraïbes vous rappellera pourquoi votre soutien est si important ! Vous ne parrainez pas encore ? Découvrez quelle grande différence le parrainage peut faire !

Textes et photos de Nora Diaz, Junieth Dinarte, Javier Elis, Yrahisa Mateo, Jonathan Morency et Juana Ordonez Martinez

*

★★★★★