Catégories
Solidarité et entraide

Ce qu’il faut savoir sur la traite des enfants au Kenya

Traite des enfants au Kenya Le Kenya a le plus haut niveau de trafic d’enfants dans la région africaine. Le Kenya a reçu la désignation de niveau 2 pour la traite des êtres humains. Ce classement fait référence aux pays qui ne se conforment pas pleinement aux normes d’élimination de la traite des êtres humains mais qui font des efforts pour s’y conformer, comme le définit la Trafficking Victims Protection Act, une loi fédérale que le Congrès américain a promulguée en 2000.

Traite des enfants au Kenya

Les villes de Nairobi, Kisumu et Mombasa sont celles où le trafic est le plus fréquent. Les trafiquants trafiquent des enfants à des fins de servitude domestique et d’exploitation sexuelle ainsi que pour le travail forcé, la mendicité forcée et le mariage forcé.

Le marché africain de la traite des enfants est devenu un système raffiné et il est difficile pour les autorités de suivre l’ampleur du problème. La sensibilisation contre la traite des êtres humains (HAART) rapporte qu’au mieux, seuls 2% des enfants kényans victimes de la traite rentrent chez eux.

Avec ces statistiques préoccupantes, il est crucial de sensibiliser à ces problèmes et de créer un plan judicieux pour mettre fin à la traite des enfants au Kenya.

La vulnérabilité des migrants et des réfugiés

Le rapport de l’ONU sur le développement économique en Afrique 2018 note que les migrants, à la fois légaux et illégaux, des pays frontaliers tels que la Somalie, l’Éthiopie et le Soudan du Sud transitent par le Kenya à la recherche d’une vie meilleure en Afrique australe ainsi qu’en Europe et dans les Amériques. Beaucoup de ces migrants pleins d’espoir sont victimes d’exploitation. Au Kenya, des recruteurs illégaux font des offres d’emploi frauduleuses au Moyen-Orient et en Asie pour tromper les migrants, les piégeant ainsi, et souvent leurs enfants, dans le réseau de la traite.

Le Kenya accueille environ 470 000 réfugiés et demandeurs d’asile. Ces réfugiés vivent dans des camps avec un accès limité à l’éducation et aux moyens de subsistance, ce qui les rend vulnérables aux abus et à l’exploitation.

L’enlèvement et la vente de bébés

En novembre 2020, le programme de journalisme d’investigation Africa Eye de la BBC a révélé le commerce florissant du marché noir de Nairobi en matière de bébés volés. Les enfants de mères vulnérables disparaissent et sont vendus à des fins lucratives et d’autres mères vendent leurs bébés pour la simple survie. Cette forme de trafic illégal d’enfants se produit dans les cliniques de rue et même à la vue d’un grand hôpital gouvernemental de Nairobi. De nombreux Kenyans pauvres ont recours au vol des bébés afin de les vendre à des prix lucratifs – environ 460 dollars pour une fille et 725 dollars pour un garçon.

De nombreuses jeunes femmes font face à des défis tels que la grossesse chez les adolescentes. Le Kenya a l’un des taux les plus élevés d’Afrique puisque 20 828 filles âgées de 10 à 14 ans sont devenues mères, tandis que 24 106 filles plus âgées de 15 à 19 ans sont déjà enceintes ou mères. Certaines filles se lancent dans le commerce du sexe pour survivre, ce qui les éloigne de l’école. Au Kenya, l’avortement est illégal sauf en cas d’urgence. Faute d’éducation en matière de procréation et de connaissance des options juridiques, les femmes peuvent recourir à la vente de leurs enfants au marché noir.

Absence de réponse du gouvernement

Africa Eye de la BBC a rapporté que le gouvernement n’a pas de rapports ou d’enquêtes nationales précises sur la traite des enfants au Kenya et que les agences manquent de ressources et de personnel pour réussir à traquer les enfants disparus sur le marché noir. Le rapport sur la traite des personnes 2019 du Département d’État américain sur le Kenya a noté que des ONG se sont affiliées aux autorités kényanes pour aider à fournir des services aux victimes tels que des soins médicaux, des conseils psychosociaux, une aide à la réadaptation et à la réintégration, les besoins de base, l’aide juridique et le transport. Dans certains cas, les ONG ont agi seules lorsque les engagements du gouvernement sont devenus insensibles ou stagnants.

Des ONG et des organisations internationales ont également travaillé avec le gouvernement pour mettre en œuvre une formation régulière à l’intention des fonctionnaires du parquet et de la justice, des gardes-frontières, des policiers et des agents d’immigration sur la détection et la gestion adéquate de la traite des enfants au Kenya. Ce projet répond à la tendance des autorités kényanes à traiter les victimes comme des criminels et à qualifier les affaires de traite de violations du droit de l’immigration ou du travail plutôt que de crimes en vertu de la loi anti-traite, conduisant ainsi à des peines moins sévères pour les trafiquants.

Organisations de lutte contre la traite des enfants au Kenya

Les groupes d’activistes et les ONG prennent des mesures pour lutter contre le marché noir en pleine croissance. De sa création en 2016 à décembre 2020, Missing Child Kenya a retrouvé et réuni 496 enfants avec leurs familles, a confié 73 enfants à des foyers gouvernementaux pour les soins et la garde en toute sécurité, 21 sont documentés comme décédés et est toujours à la recherche de 190 autres. C’est un total. de 780 enfants dans ses dossiers.

En outre, une ONG basée au Kenya, HAART Kenya, est engagée dans des efforts de lutte contre la traite des êtres humains depuis 10 ans. Il a organisé plus de 1 500 ateliers sur la traite pour éduquer et sensibiliser à la question et a aidé 585 survivants de la traite des êtres humains.

Les efforts d’organisations comme celles-ci garantissent que la traite des enfants au Kenya est éradiquée une fois pour toutes.

Alyssa McGrail
Photo: Flickr

*