Catégories
Solidarité et entraide

Ce qu’il faut savoir sur la crise du logement aux Pays-Bas

La crise du logement aux Pays-Bas
Les Pays-Bas sont un petit pays d’Europe occidentale. Sa population commence à dépasser le nombre de logements disponibles et abordables. Il y a une pénurie globale de logements de plus de 300 000 logements aux Pays-Bas. De plus, la population des sans-abri a augmenté de plus de 70% au cours de la dernière décennie. Certaines listes d’attente de logements sociaux peuvent durer jusqu’à 15 ans dans certaines villes. En conséquence, la crise du logement aux Pays-Bas devient un problème plus important pour la nation.

De nombreux étudiants ont retardé leur projet de quitter leur domicile familial. Cela est dû au manque de logements abordables. Ainsi, cela retarde certains jalons de la vie comme trouver un partenaire à long terme ou fonder une famille. La crise du logement aux Pays-Bas présente également des obstacles à l’emploi, car les gens ne peuvent pas trouver un logement dans les centres-villes. De plus, l’incapacité des étudiants à trouver un logement génère une vulnérabilité économique au sein de leur famille. Aucune prestation sociale n’existe pour les ménages si une personne de plus de 21 ans vit à la maison.

Qu’est-ce qui cause le problème?

Un manque de chantiers de construction, une augmentation des bâtiments, une augmentation des coûts fonciers et une pénurie dévastatrice de travailleurs de la construction sont à l’origine de la crise du logement aux Pays-Bas. Cette pénurie de travailleurs de la construction découle de la récession financière de 2008. De nombreuses entreprises de construction ont déclaré faillite en raison de la crise économique. De plus, environ 483 000 travailleurs de la construction se trouvaient aux Pays-Bas en 2008. De plus, environ 251 000 travailleurs de la construction y vivaient en 2016. Seuls 15% des travailleurs de la construction sont retournés dans le secteur depuis 2008.

La privatisation croissante affecte également la crise du logement aux Pays-Bas. Plus de 100 000 foyers ne font plus partie du secteur social. Ils ont été privatisés ou démolis. Il n’est pas rare que les investisseurs achètent des terres rurales privées qu’ils refusent de développer. Les investisseurs font cela pour faire grimper les prix dans les zones urbaines. En outre, les refuges pour les personnes psychologiquement vulnérables ont reçu moins de soutien de la part du gouvernement au pouvoir. En tant que tel, un afflux de patients psychiatriques nécessitant des soins en établissement est apparu. Ainsi, la politique du parti au pouvoir est de réduire le secteur social au profit du secteur privé. La privatisation a affaibli les droits des locataires. En conséquence, les propriétaires et promoteurs privés ont obtenu le monopole du marché du logement. Dans certains cas, les propriétaires gardent des centaines d’espaces de vie vides en raison de leur sélectivité vis-à-vis des locataires.

Taxe Verhuurdersheffing

La politique de privatisation signifie que les promoteurs de projets sont responsables de la majorité de la construction de logements. Ces promoteurs ont considérablement réduit les activités de construction après l’introduction d’une nouvelle taxe. Cette taxe s’appelle verhuurdersheffing (prélèvement du propriétaire) et elle taxe les propriétaires de plus de 50 immeubles locatifs.

Le coût du loyer dans les secteurs social et privé a également augmenté de manière significative. Le pouvoir d’achat des ménages à revenu faible ou intermédiaire n’ayant pas augmenté, nombre d’entre eux n’ont pas les moyens de se loger convenablement. Cela est particulièrement vrai pour les personnes à revenu moyen, qui ont parfois des difficultés financières mais qui ne répondent pas aux exigences de l’aide au logement social.

Quelles sont les solutions?

Les Pays-Bas ont une réputation bien cultivée pour proposer des solutions créatives aux défis auxquels ils sont confrontés. La plupart des partis politiques aux Pays-Bas ont reconnu l’urgence de la crise du logement aux Pays-Bas et chacun a proposé diverses politiques pour remédier à ce problème. Certaines de ces politiques se concentrent sur la suppression de la taxe foncière, l’augmentation de la construction et la protection des formes alternatives de logement et l’acquisition de terrains privés inutilisés.

Il existe également de nombreux groupes humanitaires qui se concentrent sur la fourniture de solutions à la crise. Kamers a rencontré Aandacht (Rooms with Regard) est une organisation qui rassemble des jeunes en difficulté, en particulier ceux qui sortent du système de protection des jeunes à l’âge adulte. Les propriétaires sympathiques ou les organisations de logement leur fournissent une aide.

Humanitas Onder Dak (Humanitas Under Roof) est une organisation qui propose également des abris, des conseils et des conseils aux sans-abri. Le but est de les aider à devenir pleinement indépendants. Enfin, Vluchteling Onder Dak (Refugee Under Roof) met en relation des réfugiés qui deviennent souvent sans-abri après le rejet de leur première demande d’asile. Grâce à un réseau national d’aide humanitaire, les demandeurs d’asile obtiennent un logement, de la nourriture, une éducation et plus encore.

En plus des groupes susmentionnés, un nombre croissant de personnes recherchent également des formes de logement alternatives telles que les Cube Homes de Rotterdam. Bien que la situation semble désastreuse, de nombreux acteurs cherchent à améliorer la situation du logement aux Pays-Bas. Les projections ont déterminé que la crise du logement aux Pays-Bas s’aggravera dans les années à venir. Cependant, les efforts des acteurs locaux en coopération les uns avec les autres pourraient inverser cette tendance.

– Olivia Nelson
Photo: Flickr

*