Ce que le tourisme de la pauvreté se trompe

Avez-vous déjà entendu parler de « tourisme de la pauvreté » ou de « visites de bidonvilles » ? Le tourisme des bidonvilles est un type de circuit dans lequel des personnes de pays riches visitent des zones pauvres par l’intermédiaire d’un voyagiste. Les voyagistes peuvent proposer des forfaits au Cap, en Afrique du Sud, ou à Mumbai, en Inde, pour visiter des communautés comme celle illustrée dans le film Slumdog Millionaire. Un guide touristique peut également vous emmener à travers le bidonville sinueux de Kibera, un grand bidonville de Nairobi, au Kenya, pour voir comment les gens vivent.

Une vendeuse de haricots dans une rue de Kibera, où certaines personnes font du tourisme de pauvreté.

Une femme vend des haricots et des céréales dans une rue de Kibera, où certaines personnes se rendent pour le « tourisme de la pauvreté ».

Ces visites ne sont-elles qu’un moyen inoffensif d’avoir un aperçu de ce que c’est que de vivre dans la pauvreté ? Dans cet article, Sidney Muisyo, qui dirige les programmes de Compassion International à travers le monde, explique les messages sous-jacents et profondément erronés sur lesquels les visites de bidonvilles sont basées et peuvent encore s’ancrer en nous. Il explique également comment vous pouvez visiter une communauté appauvrie d’une manière mutuellement honorable et bénéfique.


Récemment, j’ai lu un article d’une chaîne d’information au Royaume-Uni concernant le « tourisme des bidonvilles », également connu sous le nom de tourisme de la pauvreté. Mon pays d’origine, le Kenya, possède l’un des plus grands bidonvilles du monde, Kibera, qui est en train de devenir une destination touristique pour certains étrangers.

Un bidonville au Kenya comme celui que l'on visite parfois dans le cadre du tourisme de pauvreté

Dans le tourisme de la pauvreté, comme le dit le journaliste Jamal Osman, « la vie des gens est exposée, offrant aux touristes de nombreuses opportunités de prendre quelques photos et de partir ».

L’article a soulevé des points qui suscitent la réflexion, tant de la part des touristes étrangers que des locaux. Je ne connais pas les motivations des touristes, mais si c’était vraiment juste un moment pour eux de voir comment vit un autre groupe de personnes, et ensuite de ne pas être changé par cette expérience, je ne peux que regretter un voyage gâché.

DÉCEPTION MUTUELLE

Vous voyez, dans sa pire expression, le tourisme de la pauvreté n’est pas seulement l’exploitation d’un groupe – les pauvres – c’est l’exploitation de deux groupes, ceux qui visitent et ceux qui sont visités.

Il est souvent plus facile de prétendre que les « Occidentaux » exploitent les pauvres ; mais ce qui n’est pas aussi évident, c’est que les pauvres exploitent aussi les Occidentaux.

C’est une tromperie et un dysfonctionnement partagés.

Les Occidentaux peuvent venir dans un bidonville ou un village en pensant : « Je sais exactement ce qu’il faut pour vous aider. À un niveau inconscient, il se peut même qu’en cherchant à aider les pauvres, on se sente bien et se justifie par rapport à ceux qui ne font rien.

Peut-être qu’aider les pauvres devient une sorte d’absolution de quelque culpabilité « occidentale ». Ou peut-être que la motivation n’est pas si erronée.

D’un autre côté, ceux qui sont exploités ont appris le jeu et y joueront pour obtenir ce qu’ils peuvent. Ils adopteront la posture qui consiste à croire : « Vous avez raison, je suis ici et je suis impuissant. J’ai besoin que tu me dises ce dont j’ai besoin, tant que toi fournissez-le.

Les deux postures sont trompeuses, et toutes deux sont à l’origine de la déception mutuelle souvent commune l’une envers l’autre. Et pas de surprise, puisque les deux postures sont, après tout, des illusions.

Des femmes vendant sur un marché dans un bidonville sont connues pour leur tourisme de pauvreté

DOUBLE EXPLOITATION

Non seulement les « touristes » sont là pour regarder, mais en présumant savoir ce dont les pauvres ont besoin au lieu d’engager un dialogue respectueux, ils les déshumanisent deux fois en faisant l’hypothèse fatale que les pauvres ne peuvent pas penser par eux-mêmes, alors qu’en fait ils sont très compétents et souvent extrêmement ingénieux.

Le tourisme de la pauvreté commet l’erreur de rendre simplistes les questions concernant la pauvreté.

Il est tout aussi vrai que les pauvres qui acceptent de s’engager dans le jeu se trompent en niant leur propre sens de la dignité et leur capacité à concevoir leurs propres solutions. En fin de compte, ils s’engagent dans l’exploitation des «riches occidentaux» et, tragiquement, échouent à s’approprier les solutions à leur situation.

PAUVRETÉ TOURISME VS. PÈLERINAGE

Le tourisme de la pauvreté n’oblige pas le spectateur à s’engager. Lors d’une visite guidée, vous pouvez regarder et regarder, mais vous ne serez pas nécessairement changé.

Et pourtant, il y a une manière différente d’entrer dans une rencontre avec les pauvres. C’est ce que je vois se produire à Compassion tout le temps lorsque les parrains rendent visite aux enfants qu’ils parrainent ; c’est un pèlerinage.

Quand votre désir est de voir, de savoir, de toucher, de comprendre, avec une ouverture d’esprit et de cœur, c’est un pèlerinage. Et comme tous les pèlerinages, vous ne pouvez pas rester le même à la fin d’un tel voyage. Les pèlerinages vous amènent à réfléchir sur votre propre identité et votre propre objectif.

Un pèlerinage conduit à des relations changées et restaurées. C’est le résultat de ne pas visiter les pauvres, mais de visiter avec les pauvres. Elle est fondée sur le sens du désir de Dieu pour la plénitude individuelle et relationnelle et en résulte.

Deux femmes marchent sur un chemin de terre en s'enlaçant l'une l'autre.

UNE VISITE CHEZ UN VOISIN

Si nous choisissons de considérer les pauvres comme des invités au royaume de Dieu, alors nous commençons à saisir l’essence même de la compréhension de Jésus de son appel aux pauvres, et nous commençons à comprendre pourquoi la Bonne Nouvelle est bonne et nouvelle pour les pauvres.

A un autre niveau, nous commençons à voir les pauvres comme « notre prochain ».

En Afrique du moins, vous ne pouvez pas ne pas rendez visite à votre voisin. Qui aime son voisin et ne veut pas lui rendre visite ?!

La visite aux pauvres devient une autre expression de l’amour de Dieu et de la communauté. Et cette idée est profondément enracinée dans le désir et le don de plénitude de Dieu.

Je pense à l’enfant dont le parrain parcourt des milliers de kilomètres pour le rencontrer, voir où il habite et lui faire un câlin. Le parrain qui dit à l’enfant, tu comptes. L’enfant commence à penser : « Mon parrain m’apprécie suffisamment pour voyager et voir où j’habite. je dois compter !

Le pèlerinage réaffirme la dignité des pauvres au lieu de la leur enlever.

Une femme tient une jeune fille dans ses bras

COMPRÉHENSION MUTUELLE

Le pèlerinage rappelle à tous ceux qui sont impliqués qu’ils font partie du Royaume de Dieu, Sa communauté mondiale. C’est la dignité de partager l’expérience d’une tasse de thé.

Au Kenya, un hôte sert toujours quelque chose à manger ou à boire. Refuser est considéré comme impoli. Ainsi, lorsqu’une personne de l’Ouest mondial vient rendre visite, l’un des actes les plus dignes qu’elle puisse apporter est de partager une tasse de thé.

Même une gorgée ou un goût avec gratitude pour le cadeau en dit long. C’est le partage de ce moment qui transcende le tourisme de la pauvreté.

C’est une étreinte mutuelle de la vie telle qu’elle peut être.

Vraiment rendre visite aux pauvres aboutit à une compréhension mutuelle que même si vous et moi sommes dans des circonstances économiques très différentes, nous reconnaissons tous les deux que nous sommes en voyage.

Cette reconnaissance laisse les deux parties responsabilisées et dans des relations restaurées basées sur des perspectives véridiques et non sur une tromperie mutuelle.

Chez Compassion, nous ne sommes pas intéressés à contribuer au tourisme de la pauvreté. Au contraire, nous voulons offrir une opportunité de pèlerinage à ceux qui parrainent, ce qui se traduit par des vies transformées et des relations modifiées.


Apprenez-en plus sur la façon dont vous pouvez faire un pèlerinage pour rencontrer l’enfant ou l’adolescent que vous parrainez et voyez de première main comment l’église locale responsabilise les jeunes dans leurs communautés.

Si vous n’avez pas déjà une relation amoureuse avec un enfant de notre programme, décidez dès aujourd’hui d’être le catalyseur d’un changement durable dans la vie d’un enfant en situation de pauvreté !

PARRAINER UN ENFANT ›››


Cet article a été initialement publié le 25 juin 2015.

*

★★★★★