Cause et effets du mariage des enfants en Afghanistan

Effets du mariage des enfants en Afghanistan
Le mariage des enfants est une tradition séculaire qui prévaut en Afrique subsaharienne et dans certaines parties de l’Asie du Sud. Plus précisément, il est très courant dans les régions rurales d’Afghanistan. Le mariage d’enfants est un type de mariage forcé où il n’y a que le consentement des parents au lieu du consentement de l’enfant. Certaines familles recourent au mariage des enfants dans le but de « renforcer les liens avec des familles et des tribus rivales » afin de régler des dettes ou des disputes tandis que d’autres familles à faible revenu vendent leurs filles pour de l’argent pour survivre. Dans un article de novembre 2021, l’UNICEF estime qu’environ 28 % des femmes afghanes âgées de 15 à 49 ans se sont mariées avant d’avoir atteint leur 18e anniversaire. En outre, l’UNICEF a reçu « des rapports crédibles de familles offrant des filles aussi jeunes que 20 jours pour un futur mariage en échange d’une dot ». Comprendre la cause et les effets du mariage des enfants en Afghanistan permet aux organisations de développer des solutions efficaces.

Cause : Nécessité économique

L’instabilité économique de l’Afghanistan plonge les familles dans la pauvreté, ne laissant aux familles désespérées d’autre choix que de considérer le mariage des enfants comme un moyen d’échapper à leur situation financière. Avant le retour au pouvoir des talibans en 2021, environ 50 % des Afghans vivaient dans des conditions de pauvreté. Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a averti que « 97 % [of Afghans] pourrait tomber sous le seuil de pauvreté d’ici la mi-2022. Rien qu’en 2021, 700 000 Afghans ont été confrontés à la sécheresse, aux déplacements internes et à d’autres crises. Ces circonstances désastreuses poussent les familles à marier leurs filles pour survivre.

L’UNICEF a noté un lien entre l’augmentation du mariage des enfants en Afghanistan et la survenue de sécheresses défavorables. L’année 2018 a apporté « des niveaux sans précédent de sécheresse et d’insécurité alimentaire ». La sécheresse de 2021 a conduit plus de 12 millions d’Afghans à faire face à une crise ou à des niveaux d’insécurité alimentaire d’urgence. Astrid Sletten, directrice nationale du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) en Afghanistan, a expliqué cette crise comme « la goutte qui fait déborder le vase pour des millions d’Afghans qui luttent pour survivre après des décennies de conflit et plus d’un an après le début de la pandémie de COVID-19 ».

L’Afghanistan est une société agraire qui dépend de l’agriculture, de sorte que les sécheresses, en plus de l’instabilité politique et économique, créent un nouveau désespoir. L’UNICEF a noté dans un rapport que la sécheresse avait augmenté la prévalence des mariages d’enfants. Un minimum de 161 enfants « de la population touchée par la sécheresse[s] dans les provinces de Badghis et Herat » ont fait face au mariage des enfants en 2018.

Effet : Risque accru de violence

Le mariage des enfants en Afghanistan augmente considérablement le risque de violence domestique. Une étude publiée en 2021 a examiné la relation entre le mariage des enfants et la violence domestique en Afrique subsaharienne. Les chercheurs ont conclu que «les filles âgées de 20 à 24 ans qui se sont mariées avant d’avoir 18 ans étaient 20% plus susceptibles d’être victimes de violence conjugale que celles qui se sont mariées à l’âge adulte».

Hommes victimes de mariage d’enfants

En Afghanistan, il est courant que des garçons se marient avec des femmes de plus du double de leur âge pour des raisons financières. Cependant, personne ne suit ces informations et constitue donc une histoire inédite. Sans ces données, on ne peut pas comprendre toute l’étendue du mariage des enfants en Afghanistan. Farzan Hussaini, responsable de la protection de l’enfance à l’UNICEF pour l’ouest de l’Afghanistan, a expliqué que « les recherches qui ont été menées ne mettent pas en lumière la situation des garçons. C’est maintenant un point pour nous que nous prendrons certainement en compte lors de la conception de futures études sur le mariage des enfants.

Comment Afghanaid aide

Bien que l’Afghanistan soit confronté à une instabilité politique continue, les organisations à but non lucratif de base ont comblé le vide en soutenant les Afghans par le renforcement de la communauté et la réduction de la pauvreté. Les efforts axés sur l’autonomisation économique réduiront la probabilité que des familles pauvres aient recours au mariage des enfants.

Afghanaid est une organisation britannique fournissant une aide humanitaire aux personnes en Afghanistan depuis environ 40 ans. L’organisation vise à « créer des services de base, améliorer les moyens de subsistance, renforcer les droits des femmes et des enfants, aider les communautés à se protéger contre les catastrophes naturelles » et aider les communautés à s’adapter aux conditions météorologiques extrêmes tout en faisant face aux crises humanitaires. Son approche communautaire aide à réduire l’impact de la pauvreté en Afghanistan et développe des compétences tout au long de la vie qui créent une indépendance financière. Rien qu’en 2021, Afghanaid a aidé plus de 1,2 million de personnes.

Les efforts d’Afghanaid incluent la réduction des risques et des impacts des catastrophes environnementales, telles que les sécheresses et les inondations. Pour aider à cet égard, l’organisation a construit 126 infrastructures, « bénéficiant à plus de 60 015 ménages ». Afghanaid a également planté plus de 570 000 arbres pour protéger le sol et fournir aux ménages des produits à vendre sur les marchés.

Regarder vers l’avant

Aussi dévastateurs que soient les taux élevés de mariage d’enfants en Afghanistan, il est essentiel de comprendre toute l’étendue des causes et des effets du mariage d’enfants en Afghanistan pour que les organisations commencent à formuler des solutions efficaces qui ont des impacts durables. Les organisations à but non lucratif peuvent apporter le soutien qu’un gouvernement en crise est incapable de fournir en renforçant la communauté.

– Iman Chaudhry
Photo : Flickr

*

★★★★★