Braconnage des tortues marines en Amérique centrale et pauvreté

Braconnage des tortues marines en Amérique centrale
Le braconnage des tortues marines en Amérique centrale reste une pratique majeure malgré l’augmentation des réglementations interdisant cet acte. Les œufs de tortues marines sont vendus illégalement comme mets délicats dans les centres urbains et les tortues imbriquées sont vendues dans le commerce international des écailles de tortue. Pour cette raison, la population de tortues imbriquées le long de la côte atlantique du Panama a diminué d’environ 98 % au XXe siècle. Maintenant, au milieu d’une population de tortues marines de retour en raison d’efforts de conservation accrus, la récolte illégale refait surface. Un article de 2019 de People Not Poaching déclare qu’au Nicaragua, « Sur les plages non protégées, les braconniers détruisent plus de 90% des nids de tortues marines pour vendre les œufs au commerce illégal d’espèces sauvages ». Le Costa Rica reste un point focal pour ce commerce car Tortuguero maintient la plus grande population de tortues vertes de l’hémisphère occidental. L’instabilité économique exacerbe en partie ce problème, le braconnage fournissant un moyen d’obtenir rapidement des revenus.

Le problème du braconnage

Un examen du braconnage des tortues marines en Amérique centrale montre qu’il est principalement soutenu par la dynamique de l’offre. Au Costa Rica, peu de ménages dépendent réellement du commerce pour la nutrition ou d’autres besoins. À Tortuguero, les consommateurs obtiennent principalement des œufs de tortues directement auprès des braconniers au lieu de se braconner eux-mêmes. Par conséquent, les efforts de lutte contre le braconnage doivent se concentrer sur les auteurs du braconnage plutôt que sur les consommateurs.

Un article de recherche de Pheasey et al. a déclaré que « à l’inverse, la dynamique de l’offre peut se concentrer sur des moyens de subsistance alternatifs pour les braconniers, une application accrue de la loi ou des interventions de réduction de la pauvreté qui s’éloignent de la dépendance à l’égard des espèces en question ». En outre, les tortues marines peuvent offrir aux résidents des communautés côtières des opportunités de s’engager dans l’écotourisme, fournissant une importante source de revenus. L’écotourisme des tortues marines peut rapporter jusqu’à trois fois plus d’argent que le braconnage des tortues marines, ce qui rend les tortues vivantes plus précieuses. Par conséquent, le braconnage peut menacer ces moyens de subsistance basés sur l’écotourisme.

Les braconniers sont pour la plupart issus de communautés rurales qui connaissent des taux de pauvreté élevés. En Amérique latine, qui comprend l’Amérique centrale, seulement 18 % de la population réside dans des communautés rurales, mais elles représentent 29 % des pauvres de la région, selon une analyse des Nations Unies de 2018. Les migrations involontaires massives de ces zones rurales sont à l’ordre du jour. augmentent à mesure que leur sécurité régionale et leurs opportunités économiques diminuent.

Selon le rapport 2018 de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, un « renversement historique » s’est produit pour la première fois en 10 ans lorsque les niveaux de pauvreté rurale ont augmenté de 2 millions de personnes en Amérique latine et dans les Caraïbes. Poussé en partie par ces circonstances, le braconnage fournit une source supplémentaire de revenus, comme au Nicaragua, où il complète les petits revenus en espèces de la pêche artisanale et de l’agriculture de subsistance. Cependant, il faut noter que bien qu’elle reste un facteur d’influence, la pauvreté ne cause pas le braconnage et d’autres facteurs stimulent également le braconnage.

TECHO fournit une solution

Une partie de la solution au problème persistant du braconnage des tortues marines en Amérique centrale comprend l’expansion des programmes de réduction de la pauvreté afin de minimiser l’influence de la pauvreté dans cet acte. En offrant d’autres sources de revenus et de développement économique, en particulier dans les communautés rurales, les gouvernements peuvent réduire le nombre de personnes qui braconnent pour obtenir rapidement des récompenses en espèces.

TECHO est une organisation internationale créée en 1997 qui est active dans 19 pays des Caraïbes et d’Amérique latine. Son objectif est de surmonter le besoin d’établissements où les familles en situation de pauvreté sans accès à un logement adéquat se regroupent. Le besoin de colonies découle de l’inégalité endémique qui existe dans la région. Souvent, ces établissements n’ont pas accès aux services et ressources essentiels.

  • Seul un quartier sur quatre dispose d’un raccordement au réseau d’égouts.
  • Environ 50% des colonies n’ont pas accès à l’eau potable.
  • Environ 37% des colonies n’ont pas d’électricité fiable.

Pour y remédier, TECHO mobilise une communauté de volontaires pour soutenir les efforts de plaidoyer et construire des systèmes d’eau et d’assainissement ainsi que des logements. TECHO ajoute également à l’infrastructure communautaire pour améliorer la qualité de vie des personnes dans le besoin. Jusqu’à présent, TECHO a fourni à plus de 657 000 personnes un logement décent tandis que près de 11 000 personnes ont eu accès à l’eau potable.

Sea Turtle Conservancy (STC) intervient

Le Sea Turtle Conservancy (STC) est une organisation créée en 1959 qui vise à réduire les effets du braconnage des tortues marines en Amérique centrale. STC travaille en coordination avec les forces de l’ordre pour réduire le braconnage, notamment en repiquant les œufs obtenus illégalement interceptés par des agents et en signalant les activités de braconnage sur les plages locales. STC soutient également des programmes de formation pour les gardes du parc chargés de la protection des plages et de leur faune. Les efforts combinés de TECHO et de STC peuvent contribuer à accroître la conservation des espèces de tortues marines menacées.

L’augmentation des taux de braconnage des tortues marines en Amérique centrale représente un problème plus profond dans la région. Avec l’augmentation des populations de tortues marines et une accessibilité accrue, le braconnage devient un moyen plus pratique de compléter les revenus et d’offrir de plus grandes opportunités économiques. La pauvreté n’est pas la cause du braconnage, mais elle peut en être le moteur. Ainsi, en travaillant à réduire la pauvreté dans la région, les taux de braconnage peuvent commencer à diminuer.

– Kimberley Calugaru
Photo : Flickr

*

★★★★★