Bombes de la guerre froide et agent orange en Asie du Sud-Est

L'agent Orange affecte l'Asie du Sud-Est
Pendant la guerre froide, la politique d’endiguement a dominé la politique étrangère américaine. La politique d’endiguement est le concept selon lequel on peut combattre le plus efficacement le communisme en le combattant quand et où il apparaît. Le Vietnam est entré dans le collimateur des États-Unis parce que les États-Unis craignaient l’influence soviétique qui s’emparait du pays. De toute évidence, cette politique distinguait à peine la neutralité de l’hostilité ouverte et a conduit à l’utilisation de l’agent orange et aux bombardements américains du Cambodge et du Laos officiellement neutres.

Bombes de la guerre froide en Asie du Sud-Est

De 1961 à 1975, en commençant par la guerre secrète au Laos et en terminant avec la fin de la guerre du Vietnam, les États-Unis ont largué 2,7 millions de tonnes de munitions, dont 26 millions de bombes à fragmentation au Cambodge. Les États-Unis ont largué plus de 2,1 millions de tonnes de munitions au Laos et 8 millions de tonnes de munitions au Vietnam.

En 2021, les blessures et les décès dus aux campagnes comptaient près de 64 931 personnes au Cambodge, 25 000 personnes au Laos et plus de 100 000 personnes au Vietnam. La crise actuelle est que l’héritage de ces guerres affecte encore gravement les personnes vivant en Asie du Sud-Est. Une quantité notable de bombes n’ont pas explosé à l’impact, les UXO (Unexploded Ordnances), et ces UXO font encore des morts au Laos, au Cambodge et au Vietnam aujourd’hui. Les pourcentages estimés de munitions non explosées restantes sont respectivement de 25% pour le Cambodge, 33% pour le Laos et 10% pour le Vietnam.

Agent Orange en Asie du Sud-Est

L’agent orange était un mélange d’herbicides créé pour éliminer la végétation que l’armée américaine a pulvérisée au Vietnam et le long du sentier Ho Chi Minh, un sentier qui se déverse au Cambodge et au Laos, dans le but de tuer la végétation que les combattants de la guérilla utilisaient comme couverture. À la fin de la guerre du Vietnam, les États-Unis avaient pulvérisé plus de 11 millions de gallons d’agent orange sur le Vietnam, avec des pulvérisations dérivant vers le Cambodge et le Laos.

L’agent a entraîné des générations de malformations congénitales et de problèmes de santé chroniques, notamment le cancer, les maladies cardiaques, des membres raccourcis ou manquants et des troubles du développement qui affectent à la fois ceux qui ont été exposés à l’agent orange et leurs descendants. Les dommages causés par l’utilisation de l’agent orange sont considérables, car il détériore encore la santé de centaines de milliers de personnes et de leurs enfants au Vietnam, au Cambodge, au Laos et aux États-Unis dans le cas des anciens combattants qui ont servi.

Améliorer cette situation a une difficulté supplémentaire, le Département d’Etat a une position partagée. La VA admet publiquement que le spray d’agent orange a dérivé vers le Cambodge et le Laos. Après avoir été interrogé sur la dioxine [Agent Orange], un porte-parole du Département d’État a répondu que « l’héritage de la dioxine est une question complexe ; et celui sur lequel les gouvernements américain et vietnamien collaborent depuis 2000 », se référant exclusivement au Vietnam alors que le Laos et le Cambodge ont également subi les effets de la façon dont l’utilisation américaine de l’agent orange complique les efforts mondiaux pour réparer les torts.

Enlèvement des UXO : Cambodge et Laos

Un partenaire du Département d’État qui fait la différence au Cambodge et au Laos est le HALO Trust, une organisation humanitaire notable d’élimination des mines terrestres et des UXO. Grâce en partie aux efforts de plaidoyer du HALO Trust, il y a eu une augmentation du financement du Congrès pour les efforts de déminage au Vietnam et dans la région, 7 millions de dollars pour le Vietnam et 25 millions de dollars pour la région. Les efforts combinés de HALO Trust et de leurs partenaires communautaires locaux ont permis de démanteler plus de 575 000 mines terrestres et UXO au Cambodge et au Laos.

Agent de combat Orange : Vietnam

Le Dr Charles R. Bailey, directeur de la Fondation Ford et économiste agricole, a financé une étude qui a conduit à une percée monumentale dans la lutte contre l’agent Orange. Jusqu’à cette étude, il y avait une peur et une incertitude généralisées quant à la façon de traiter avec l’agent Orange. Cependant, cette étude a conduit à la découverte que la dioxine [Agent Orange] n’était plus un danger dans le paysage général du Vietnam, il était plutôt concentré uniquement dans quelques points chauds. Cette découverte a permis de nettoyer les contaminations de l’Agent Orange afin que les peuples du Vietnam, du Laos et du Cambodge puissent enfin commencer à guérir de ce misérable héritage de la guerre.

De plus, cette découverte a transmis l’héritage de la guerre froide en Asie du Sud-Est aux cercles politiques américains, à l’exécutif et au Congrès. Alors que le Dr Bailey se souvenait de son séjour au Vietnam à la fin des années 1990, il a découvert que les diplomates américains à l’ambassade étaient sous la direction du Département d’État pour ne même pas prononcer les mots « Agent Orange ».

La nature du débat a dépassé ce point au cours des 20 dernières années, d’où le soutien bipartisan qui s’est manifesté pour financer l’enlèvement des UXO et le nettoyage de l’agent Orange. En 2022, le gouvernement américain a dépensé 400 millions de dollars pour lutter contre le nettoyage de l’environnement et les effets sur la santé de l’agent orange, l’argent étant destiné au nettoyage et aux personnes handicapées au Vietnam depuis 1991. Cette évolution présente un changement prometteur dans la politique étrangère américaine, prenant plus responsable de l’héritage de sa guerre au Vietnam. Un début plein d’espoir vers l’extension non seulement des enlèvements d’UXO au Laos et au Cambodge, mais aussi une reconnaissance de la nécessité de combattre l’agent orange dans les pays également.

Chester Lanford
Photo : Flickr

*

★★★★★