Bidonvilles au Ghana: les défis de la croissance

À mesure que la population urbaine du Ghana augmentait, le nombre de personnes vivant dans des bidonvilles au Ghana augmentait également. En 2014, selon la Banque mondiale, environ 37,4% des personnes vivant dans les régions urbaines du Ghana vivaient dans des bidonvilles. Après l’indépendance du Ghana en 1957, sa population urbaine a augmenté parce que de nombreuses personnes ont quitté les communautés rurales pour les régions urbaines. La communauté urbaine du pays est passée d’environ 36,4% en 1990 à environ 56,7% en 2019, ce qui en fait l’un des pays les plus urbanisés d’Afrique. Un bidonville est défini par l'ONU comme "une colonie contiguë où les habitants sont caractérisés comme ayant un logement et un service de base inadéquats. » Avec environ 5,5 millions de personnes vivant dans des bidonvilles au Ghana, des organisations non gouvernementales travaillent dans la communauté pour aider à résoudre certains des problèmes auxquels la population est confrontée, tels que l'assainissement et les expulsions du gouvernement.


Crise du logement au Ghana

Au fur et à mesure que les jeunes s'installent en ville pour chercher des emplois et d'autres opportunités, ils finissent par déménager dans des établissements informels parce que vivre dans des établissements formels peut être trop coûteux. Le logement au Ghana peut être inabordable pour les «citadins pauvres» car le coût du terrain et des matériaux de construction peut être trop cher pour que les gens investissent dans des logements abordables. En outre, le gouvernement tarde à répondre au besoin croissant de logements au Ghana. Cependant, en 2015, le gouvernement a créé une nouvelle politique nationale du logement pour répondre aux besoins de logement du Ghana.


Comment le gouvernement voit-il les bidonvilles?

Old Fadama, l'un des plus grands bidonvilles d'Accra, est surnommé par le gouvernement ghanéen et certains membres du public comme «Sodome et Gomorrhe». Ces deux villes bibliques ont été détruites en raison de leurs actions pécheresses. Pour les habitants de Old Fadama, le surnom est blessant car ils le voient comme le gouvernement peignant une image condamnée de la ville pour justifier les expulsions. L'image ignore également le fait que de nombreuses personnes y vivent. Certains résidents ont recyclé des déchets électroniques pour gagner leur vie. Les organisations locales, comme l'Union des bidonvilles du Ghana et ses partenaires internationaux tels que Slum Dwellers International, militent en permanence contre les expulsions.


Les personnes vivant dans des bidonvilles risquent des expulsions

Les bidonvilles, comme Akwatia line et Old Fadama au Ghana, sont sujets aux expulsions en raison de l'emplacement dans lequel ils sont intégrés. Lors des expulsions, le gouvernement ne fournit souvent pas de logement alternatif aux habitants des bidonvilles. En avril 2020, le gouvernement a ordonné la démolition de maisons à Old Fadama, l'un des plus anciens bidonvilles du Ghana. Environ 1 000 personnes ont été expulsées. La raison de la démolition, selon des sources d'information locales, était de retirer les sédiments de la lagune pour réduire le risque d'inondation.

Ce n'est pas la première fois que des démolitions ont lieu. Les démolitions entre 2003 et 2006 ont laissé plus de 7 000 personnes sans logement. La démolition qui a eu lieu cette année a été critiquée car elle s'est produite pendant le COVID-19 lorsque les gens ont été invités à rester chez eux et à pratiquer la distanciation sociale. Amnesty International a condamné le gouvernement pour ses actions. Le traitement de la démolition fait qu'il est difficile pour les personnes qui vivent dans des bidonvilles d'investir dans les endroits où elles vivent car elles peuvent être expulsées.


Manque d'assainissement

Un autre problème majeur auquel sont confrontés les bidonvilles au Ghana est le manque d'assainissement adéquat. De nombreuses personnes qui vivent dans des bidonvilles n'ont pas de salle de bain dans leur lieu de résidence, elles dépendent donc souvent des toilettes publiques. Le manque de toilettes privées ou individuelles au Ghana ne s'arrête pas aux bidonvilles. Les lieux de résidence et les écoles peuvent être construits sans toilettes.
Pour résoudre ce problème, des groupes tels que la Coalition des médias pour la défécation à l'air libre au Ghana préconisent que le gouvernement travaille à limiter le nombre de défécations publiques. Le manque d'assainissement adéquat augmente le risque de contracter la diarrhée et des maladies comme le choléra. Bien que le manque de salles de bains privées ait un impact négatif sur une communauté, le besoin de toilettes a fourni aux entrepreneurs de nouvelles entreprises commerciales, car ils peuvent facturer de l'argent pour l'utilisation des salles de bains publiques. Selon le Water and Sanitation for the Urban Poor (WSUP), l'utilisation des toilettes publiques fait désormais partie de la culture au Ghana. Actuellement, 60% des ménages des bidonvilles utilisent les toilettes publiques.

Pour résoudre le problème des salles de bains limitées dans la communauté des bidonvilles, WSUP travaille avec le ministère de l'Éducation du Ghana pour fournir aux écoles des «blocs sanitaires». En outre, l'une des façons innovantes que l'organisation a aidées est de construire des toilettes qui ne sont pas connectées aux réseaux d'égouts. Ces toilettes stockent les déchets humains dans des cartouches qui sont acheminées vers une installation de traitement des déchets par une équipe propre dont le travail consiste ensuite à envoyer les déchets dans une usine et à remplacer la cartouche. L'équipe propre reçoit des frais mensuels pour éliminer les déchets. Les toilettes peuvent être placées dans des zones résidentielles où certaines personnes peuvent avoir des difficultés à accéder aux toilettes publiques.

Bien que la crise du logement au Ghana puisse paraître sombre, le gouvernement, les citoyens et les organisations non gouvernementales sont passionnés par la résolution du problème. En 2019, le gouvernement du Ghana a conclu un accord avec l'ONU pour construire 100000 maisons d'ici 2022, un projet qui fournirait également des emplois aux habitants de la communauté.

*

★★★★★