Catégories
Solidarité et entraide

Autonomisation des femmes en politique et mortalité maternelle

Autonomisation des femmes en politiqueLe taux élevé de taux de mortalité maternelle évitables dans les pays en développement reste une source de préoccupation. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit la mortalité maternelle «comme le décès d’une femme de causes liées à la grossesse pendant la grossesse ou dans les 42 jours suivant la grossesse». La mortalité maternelle survient presque entièrement (99%) dans les pays à faible revenu. Le taux de mortalité maternelle (TMM) des pays pauvres estime 239 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes. Ce taux est de 12 pour 100 000 dans les pays à revenu élevé. La recherche montre que l’autonomisation des femmes en politique est liée à une réduction des taux de mortalité maternelle.

Raisons de la mortalité maternelle élevée dans les pays en développement

Représentation féminine au gouvernement

La représentation féminine mondiale au sein du gouvernement est passée à plus de 20% tandis que la mortalité maternelle a diminué de 44% depuis 1990. S’agit-il d’un scénario de cause à effet ou simplement d’une coïncidence? Une étude récente intitulée «Mortalité maternelle et participation politique des femmes» offre des données pour soutenir qu’il ne s’agit pas simplement d’un hasard et que l’autonomisation des femmes en politique a un effet direct sur les niveaux de mortalité maternelle.

En 2020, la participation des femmes au parlement a atteint 24,9% dans le monde. L’une des raisons de l’augmentation de la représentation des femmes au gouvernement est le fait que plusieurs pays adoptent des quotas de genre. Les quotas de genre garantissent un certain nombre de sièges au gouvernement pour les femmes. Au moins 130 pays ont adopté des quotas de genre et ont en moyenne 26,9% de représentation féminine. Les pays qui ont mis en œuvre des quotas ont vu la mortalité maternelle diminuer à un rythme accéléré. Des estimations ont déterminé que l’application des quotas par sexe entraîne une baisse moyenne de 9 à 12% de la mortalité maternelle.

Les décideurs politiques accordent la priorité à la santé des femmes

La santé est un facteur essentiel de l’autonomisation des femmes. Les femmes donnent statistiquement la priorité aux politiques visant à améliorer les conditions des femmes à un rythme plus élevé que leurs homologues masculins. Ces politiques ciblent souvent des questions telles que l’éducation, le mariage des enfants et la santé maternelle. Les pays avec des quotas de genre en place montrent une augmentation estimée de 8 à 11% de la «présence qualifiée à l’accouchement» et une augmentation de 6 à 11% de l’utilisation des soins prénatals.

Un article publié par l’Université de Cambridge en 2016 affirmait qu’une augmentation de seulement 1% de la représentation des femmes au gouvernement entraînait cinq décès maternels de moins et 80 décès de nourrissons de moins sur 100000 naissances vivantes. Ces études et statistiques concluent que la participation des femmes aux législatures améliore la santé de ses électrices.

Éradiquer la mortalité maternelle

L’autonomisation des femmes en politique contribue aux objectifs de développement durable (ODD). Les objectifs de développement durable, que l’ONU a établis, comprennent la réduction de la mortalité maternelle (ODD 3.1) et l’augmentation du nombre de femmes au gouvernement (ODD 5.5). Ces objectifs sont complémentaires les uns des autres. En travaillant à la réalisation de l’ODD 5.5, qui consiste à «garantir la participation pleine et effective des femmes et l’égalité des chances de leadership à tous les niveaux de prise de décision dans la vie politique, économique et publique», il est raisonnable de conclure que le monde pourrait atteindre l’ODD 3.1. , qui consiste à «réduire le taux mondial de mortalité maternelle à moins de 70 pour 100 000 naissances vivantes» d’ici 2030, en tandem.

Rachel Proctor
Photo: Flickr

*