Après la guerre, la trêve au Yémen redonne espoir

Trêve au Yémen
Après plus de sept ans de guerre et ce que les Nations Unies ont décrit comme « la pire crise humanitaire au monde », une trêve au Yémen a offert un répit aux millions de personnes touchées par le conflit en avril.

La guerre civile au Yémen et ses effets

Les racines de la guerre civile au Yémen remontent à 2012, lorsque le président yéménite a démissionné en raison du printemps arabe. L’ancien président et ses partisans se sont alliés aux rebelles houthis, un groupe de résistance musulman chiite soutenu par l’Iran. Les rebelles houthis ont attaqué le gouvernement yéménite en 2014, s’emparant de la capitale yéménite. À la suite de l’assaut des Houthis, le nouveau président s’est enfui en Arabie saoudite et une collation dirigée par les Saoudiens a commencé des opérations militaires contre les rebelles Houthis. Les rebelles houthis et la coalition dirigée par l’Arabie saoudite ont continué à s’attaquer au cours des sept dernières années et les tentatives des États-Unis et de l’ONU pour faciliter une résolution diplomatique du conflit se sont révélées largement infructueuses.

La guerre civile au Yémen a eu de graves conséquences pour le peuple yéménite. En 2021, l’ONU estimait que le nombre de morts de la guerre civile au Yémen approchait les 377 000. L’ONU a estimé que 60% des décès étaient le résultat d’effets indirects de la guerre, tels que le manque d’accès à l’eau, à la nourriture ou aux ressources médicales. L’ONU a estimé que 70 % des personnes décédées à la suite du conflit étaient des enfants. En 2021, les approximations de l’ONU ont montré qu’un enfant yéménite mourait toutes les neuf minutes à cause de la guerre.

En plus de tuer le peuple yéménite, la guerre au Yémen a plongé des millions de personnes dans l’extrême pauvreté et entraîné une augmentation de la malnutrition. En raison de la guerre, 15,6 millions de Yéménites sont tombés dans l’extrême pauvreté et le nombre de personnes souffrant de malnutrition a plus que doublé. L’ONU a estimé que la guerre pourrait entraîner la malnutrition de 8,6 millions de Yéménites supplémentaires, dont 1,6 million d’enfants d’ici 2030.

La trêve du Yémen

Après près de huit ans de violence, le 1er avril, le gouvernement yéménite et les rebelles houthis ont signé une trêve négociée par l’ONU, qui est entrée en vigueur le 2 avril. La trêve comprenait un accord pour cesser les opérations militaires offensives, la fin de la Blocus des navires-citernes par les Houthis et réouverture de l’aéroport commercial contrôlé par le gouvernement dans la capitale du Yémen, Sanaa. Alors que la trêve initiale devait expirer le 2 juin, le gouvernement yéménite et les rebelles houthis ont convenu de prolonger la trêve de deux mois supplémentaires jusqu’au 2 août.

En juillet, la trêve a entraîné plus d’une douzaine de vols commerciaux au départ de l’aéroport commercial de Sanaa et plus de 20 navires-citernes entrant dans le port yéménite de Hudaydah. Avant la mise en œuvre de la trêve au Yémen, le gouvernement yéménite n’avait pas autorisé les vols commerciaux depuis l’aéroport de Sanaa pendant près de six ans.

En plus de rouvrir le port de Hudaydah aux expéditions de carburant et de rouvrir l’aéroport de Sanaa aux vols commerciaux, la trêve a contribué à réduire la violence entre le gouvernement yéménite et les rebelles houthis. Fin avril, l’ONU a signalé que les frappes aériennes et les attaques de drones et de missiles avaient complètement cessé. Avant le traité, la coalition dirigée par l’Arabie saoudite effectuait en moyenne plus de 40 frappes aériennes par semaine et les rebelles houthis effectuaient en moyenne quatre frappes de drones et de missiles par semaine. Parallèlement à la réduction de la violence, le rapport de l’ONU sur les deux premiers mois du traité a révélé que ces deux mois avaient les taux de mortalité les plus bas au Yémen depuis 2015. Les décès dus au ciblage de civils avaient diminué de 50 %.

Regarder vers l’avant

Malgré le succès de la trêve au Yémen, sa mise en œuvre a rencontré quelques difficultés. La trêve comprenait un accord pour rouvrir les rues de la ville contrôlée par les Houthis, Taiz, un objectif vers lequel les parties belligérantes ont peu progressé. Les deux parties ont signalé des violations de l’accord de cessation des opérations militaires offensives. Même en tenant compte des barrages routiers, cette trêve représente une étape sans précédent vers la paix pour le Yémen.

Anna Inghram
Photo : Flickr

*

★★★★★