Anciens compatissants sur l'impact du parrainage

Il y a beaucoup d'opinions sur le parrainage – de votre pasteur vous encourageant à parrainer un enfant, à votre collègue qui pense que c'est une arnaque, à nos invitations à parrainer, et tout le reste!

Mais que pensent ceux qui étaient parrainés quand ils étaient enfants du parrainage d'enfants? Nous avons rencontré quelques anciens du programme Compassion pour obtenir leurs réflexions sur l’impact du parrainage. Rencontrez-les ci-dessous, puis lisez la suite pour entendre leurs expériences de première main dans le programme de Compassion.

Rencontrez les anciens

Tête de Kiwi CookKiwi Cook a fait partie du programme Compassion à Bacolod City et Bulacan, Philippines, de 1986 à 2001. Elle vit à Dallas, au Texas, et travaille en tant que physiothérapeute. Elle parle également régulièrement au nom de Compassion dans les églises et les conférences.

Ria CelizRia Kalaw a fait partie du programme Compassion à Baguio City, aux Philippines, de 1999 à 2013. Elle travaille comme comptable à Toronto, en Ontario, et elle et son mari attendent également leur premier enfant ensemble. Elle est maintenant volontaire Compassion et a récemment parrainé un enfant du centre Compassion dans lequel elle a grandi.

Silas Irungu HeadshotSilas Irungu a fait partie du programme Compassion à Nairobi, au Kenya, de 1992 à 2007. Il vit à Nairobi et est le directeur du contenu multimédia de Compassion International pour la région Afrique.

Luciano Latouche HeadshotLuciano Latouche a fait partie du programme Compassion à Léogâne, en Haïti, de 1993 à 2010. Après avoir obtenu son diplôme de l'Université Kingswood à Sussex, au Nouveau-Brunswick, Luciano est retourné en Haïti, où il travaille avec sa confession religieuse en tant que travailleur auprès des jeunes et professeur de langue.

Rechelle Enolpe HeadshotRechelle Enople a fait partie du programme Compassion à Cebu City, aux Philippines, de 2000 à 2015. Elle vit aux Philippines, où elle travaille comme enseignante dans une école publique. Elle enseigne également aux élèves après l'école et est impliquée dans son église locale en tant que professeur d'école du dimanche et bénévole dans le ministère de l'alimentation de l'église.

Aider les familles touchées par COVID-19

Les familles pauvres ne disposent d'aucun filet de sécurité en temps de crise. Aidez à fournir de la nourriture, des soins médicaux et du soutien pendant cette pandémie.

Nous avons demandé à ces cinq anciens du programme Compassion d’accepter ou de rejeter les affirmations suivantes.

Voici leurs points de vue sur le fait de grandir dans la pauvreté et l'impact du parrainage par compassion.

«Je suis venu à Christ parce que je faisais partie du programme de compassion.»

Graphique montrant l'accord de la déclaration que je suis venue au Christ parce que je faisais partie du programme de compassion.«Ma mère est une fervente croyante, alors j'ai été présentée à l'église très jeune. Cependant, Compassion a joué un grand rôle en nourrissant ma foi et en me fournissant une communauté formidable pour m'enseigner, prendre soin de moi et m'encourager chaque fois que j'en avais besoin. » – Luciano

«La compassion m'a fait découvrir le christianisme. Je connaissais à peine le Christ et sa vie ou la Bible avant de rejoindre le programme. Dans Compassion, vous devenez un témoin de la façon dont Dieu transforme des vies et comment il communique avec nous. » – Ria

«Dieu m'a parlé par le biais de notre camp pour enfants (compassion) en juin 2004. Le thème était« Debout pour Jésus! »Mon professeur m'a parlé en privé de Jésus et j'ai eu une rencontre personnelle avec Dieu, ce qui m'a amené à décider de vraiment «défendre Jésus» à partir de ce jour-là. » – Rechelle

«Enfant, je considérais ma famille comme« pauvre ».»

Graphique montrant l'accord de la déclaration En tant qu'enfant, je considérais ma famille comme pauvre.«En tant que famille, nous n'avons pas pu acheter plus que ce dont nous avions besoin. Nous vivions une vie simple et sans aide, nous ne pouvions pas nous permettre une éducation appropriée. Mis à part la pauvreté physique, nous étions pauvres d'esprit. Tout a changé quand je suis entré dans la compassion et j'ai accepté Jésus comme mon Seigneur et sauveur. » – Ria

«Je ne ressentais pas à quel point nous étions pauvres jusqu'à mon entrée à l'école et j'ai vu des enfants qui avaient de meilleurs vêtements et chaussures, des paniers-repas mieux préparés, des fournitures scolaires et des cartables plus beaux. Je ne sais pas si j'ai bien compris la pauvreté quand j'étais enfant, mais je me souviens que je me sentais moins parce que j'étais pauvre. " – Kiwi

«En tant que jeune enfant, je ne pouvais pas faire de différence entre ma famille et les autres familles et, par conséquent, je ne considérais pas mes parents comme pauvres. C'est lorsque j'ai grandi et que j'ai pu comprendre les difficultés auxquelles ils étaient confrontés chaque jour que je considérais mes parents comme financièrement pauvres. Être étiqueté «pauvre» est venu avec un sentiment de honte et d’insuffisance. » – Silas

«Le programme de compassion m'a préparé pour l'avenir.»

Graphique illustrant l’accord du programme Compassion qui m’a préparé pour l’avenir.«Le programme de compassion est holistique. Dans le programme, j'ai développé des compétences en leadership que je peux utiliser à ce jour. De plus, j'ai acquis une passion pour servir et soigner les perdus, les moindres et les derniers. » – Luciano

«Ce programme m'a vraiment préparé pour être prêt à affronter le monde après l'université, non seulement en tant que professionnelle, mais aussi en tant que femme chrétienne mature avec une solide base spirituelle. Au cours de nos camps de leadership, nos séances de formation étaient vraiment conçues pour nous aider à saisir le plan et le but de Dieu pour nos vies et à voir à quel point il est important de le rechercher tous les jours de nos vies. Cela ne nous a pas seulement équipés pour réussir dans notre domaine d'expertise, mais pour être porteurs de la lumière de Jésus-Christ partout où nous allons. " – Kiwi

«La compassion a changé mon attitude envers la valeur de l'éducation et de l'apprentissage d'autant de compétences que possible. J'ai été exposé à la musique, à la menuiserie, au théâtre et à la prise de parole en public. Ces compétences ont été importantes pour renforcer ma confiance et mes capacités cognitives. » – Silas


Cet article a été initialement publié par Compassion Canada.


*

★★★★★