Améliorer les soins de santé au Rwanda | Le projet Borgen

Santé au Rwanda
Le Rwanda, petit État enclavé avec une population de 12,5 millions d'habitants, a fait d'énormes progrès dans les années qui ont suivi le fameux génocide rwandais de 1994. L'État fertile et vallonné borde la République démocratique du Congo, beaucoup plus grande et plus riche, la Tanzanie, l'Ouganda et le Burundi. Le Rwanda fait actuellement l'objet de quelques initiatives décrites dans le plan des stratégies nationales de transformation. Par exemple, le Rwanda s'emploie actuellement à obtenir le statut de pays à revenu intermédiaire d'ici 2035 et le statut de pays à revenu élevé d'ici 2050. Parmi de nombreuses améliorations, beaucoup considèrent largement que les soins de santé universels au Rwanda sont parmi la plus haute qualité en Afrique et la plus grande réussite de l'État.

Structure des soins de santé au Rwanda

Les soins de santé au Rwanda comprennent des subventions conçues et un système à plusieurs niveaux pour les utilisateurs basé sur le statut socio-économique. De 2003 à 2013, la couverture des soins de santé au Rwanda a décuplé, passant de moins de 7% à près de 74%. Le système de gouvernance rwandais permet ce niveau de couverture généralisée. Au niveau du district, le financement et les soins de santé sont décentralisés pour permettre l’autonomie de programmes spécifiques, en fonction des besoins de chaque communauté. La formulation des politiques vient du gouvernement central tandis que les districts planifient et coordonnent la prestation des services publics. En 2005, le Rwanda a lancé un programme d'incitation basé sur la performance, qui récompense les coopératives de santé communautaires en fonction de facteurs tels que les femmes accouchant dans les établissements et les enfants recevant des cycles complets de vaccination.

Le système de santé innovant du Rwanda ne va pas sans difficultés. Près de 85% de la population cherche des services de santé dans les centres. En raison d'une telle utilisation, il faut souvent de longues périodes aux centres de santé pour être remboursés par le gouvernement fédéral des services rendus.

Améliorations de l'accès aux soins de santé et des vaccinations

Le rythme auquel les Rwandais consultent le médecin a également considérablement augmenté. En 1999, des Rwandais auraient rendu visite au médecin tous les quatre ans. Aujourd'hui, la plupart des Rwandais consultent le médecin deux fois par an. De plus, les taux de vaccination ont considérablement augmenté pour les Rwandais. Plus de 97% des nourrissons sont vaccinés contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l'hépatite B, Haemophilus influenza Type B, la polio, la rougeole, la rubéole, le pneumocoque et le rotavirus.

Une partie de l'amélioration des soins de santé au Rwanda est la lutte de l'État contre le cancer. La cause la plus courante de cancer en Afrique est le cancer du col utérin lié au papillomavirus humain. Dans le cadre de l'objectif du Rwanda d'éliminer le cancer du col de l'utérus d'ici 2020, plus de 97% de toutes les filles âgées de 11 à 15 ans reçoivent des vaccins contre le VPH. Le Rwanda élabore actuellement un plan national de lutte contre le cancer et un registre de données pour aider à suivre et à combattre la propagation du cancer. Enfin, pour améliorer les tests de dépistage des marqueurs cancéreux, le gouvernement a construit le Nucleic Acid Lab dans le cadre du centre biomédical de Kigali.

Douleurs de croissance

Malgré de grandes améliorations, le pays a encore beaucoup à faire en matière de soins de santé au Rwanda. Au cours des deux dernières décennies, les soins de santé rwandais ont régulièrement réduit l'écart dans les États développés, comme la France et les États-Unis. L'espérance de vie des Rwandais à la naissance est respectivement de 66 et 70 ans pour les hommes et les femmes.

En France et aux États-Unis, l'espérance de vie à la naissance est de près de 15 ans de plus pour les hommes comme pour les femmes. En pourcentage du PIB (7,5), le Rwanda dépense près de 10% de moins par an en soins de santé que les États-Unis et 4% de moins que la France. La malnutrition sévit chez les enfants; 44,2% de tous les enfants rwandais sont classés comme souffrant de malnutrition. De 2008 à 2010, les niveaux d'anémie ont connu de fortes augmentations. Alors que la planification familiale est plus répandue, l'accès à la contraception n'est pas largement, ou pas du tout disponible, dans la plupart des régions du pays. Malgré la baisse des taux de mortalité infantile, les décès de nouveau-nés représentent 39% de tous les décès d'enfants.

Avancer

Avec le gouvernement de l'État rwandais, des organisations telles que Partners in Health (PIH) ont contribué à apporter de grandes améliorations aux soins de santé au Rwanda. Connu localement sous le nom d'Inshuti Mu Buzima, PIH fournit des soins de santé à plus de 860 000 Rwandais via trois hôpitaux. Le joyau de la couronne de PIH est son hôpital de district de Butaro, qui dessert une région du Rwanda qui n'avait pas d'hôpital auparavant. Aujourd'hui, l'hôpital est bien connu pour son éducation et sa formation médicales dans toute l'Afrique de l'Est.

Alors que l'accès généralisé aux soins de santé continue de s'étendre et que les efforts de vaccination augmentent, les soins de santé au Rwanda peuvent ouvrir la voie à de nouvelles améliorations à l'échelle de l'État. Grâce à ces efforts, l’objectif visé par le Rwanda d’obtenir le statut de pays à revenu intermédiaire d’ici 2035 se rapproche.

Max Lang
Photo: Flickr

*

★★★★★