Améliorer les droits des femmes au Pakistan

Droits des femmes au Pakistan
Une crise de violence sexiste au Pakistan prive des millions de femmes au Pakistan de protection juridique et les laisse craindre pour leurs droits et leurs moyens de subsistance. Selon l’indice Femmes, paix et sécurité, le Pakistan est classé 167e sur 170 pays en termes de santé et de bien-être des femmes. Ces dernières années, les femmes au Pakistan se sont engagées dans des manifestations pour dénoncer les inégalités et la violence et exiger que le gouvernement agisse pour améliorer les droits des femmes au Pakistan.

Abus domestiques et économiques

Les femmes au Pakistan souffrent d’un taux alarmant de violence domestique. L’Institut américain pour la paix (USIP) estime que 28% des femmes au Pakistan sont confrontées à une forme de violence physique dans leur vie avant l’âge de 50 ans. En raison de la menace constante de violence à l’égard des femmes, de nombreuses femmes doivent travailler comme domestiques. et reçoivent souvent peu ou pas de salaire en conséquence.

Les femmes représentent 49% de la population pakistanaise mais ne reçoivent que 18% de son revenu du travail, selon l’USIP. Le gouvernement pakistanais refuse souvent la protection juridique et la sécurité sociale aux femmes des classes sociales inférieures, en particulier les travailleuses à domicile. La crise des droits des femmes au Pakistan est particulièrement évidente dans des environnements tels que l’éducation et les soins de santé, où les femmes n’ont pas accès aux protections sociales et sont confrontées à des menaces de violence.

En 2018, l’ONU a signalé que seulement 48,6 % des femmes pakistanaises avaient leurs besoins en matière de soins de santé reproductive satisfaits par les ressources dont elles disposaient.

En raison de ces inégalités et injustices à l’encontre des femmes, les femmes au Pakistan sont plus susceptibles de vivre dans la pauvreté que les hommes, tout en portant le fardeau du travail domestique. La discrimination fondée sur le sexe dans l’éducation place les femmes dans une position sociale désavantageuse. En 2021, l’USIP a constaté que les femmes avaient un taux d’alphabétisation inférieur de 22 % à celui des hommes.

La relation entre les désavantages sociaux, les menaces de violence et la pauvreté est un cercle vicieux pour les femmes vivant au Pakistan. Parce qu’elles sont victimes de discrimination dans l’éducation et font face à des menaces de violence de la part d’hommes au pouvoir, elles doivent travailler à domicile et recevoir de bas salaires, ce qui les maintient dans la pauvreté.

Initiatives gouvernementales et internationales

La bonne nouvelle est que les organisations mondiales telles que les Nations Unies n’ignorent pas la crise des droits des femmes au Pakistan. En 2017, l’ONU a lancé un projet de trois ans intitulé « L’autonomisation économique des travailleuses à domicile et des groupes exclus au Pakistan ». Le but de l’initiative était de permettre aux femmes, travailleuses à domicile, de contribuer efficacement à l’économie du Pakistan et d’en bénéficier.

Cette initiative a bénéficié au secteur privé, à l’État, aux femmes du Pakistan et à l’organisation des Nations Unies. De plus, en 2020, le gouvernement pakistanais a adopté une ordonnance contre le viol qui promettait des peines sévères pour ceux qui commettent des crimes sexuels. Cette ordonnance offre un degré plus élevé de protection et de sécurité aux femmes confrontées à la violence domestique.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, le gouvernement pakistanais a apporté des améliorations modestes mais essentielles aux victimes de violence domestique, notamment des refuges, un soutien psychologique et des lignes d’assistance téléphonique nationales. En 2021, l’USAID a aidé le gouvernement pakistanais à fournir des services de conseil à environ 61 000 femmes survivantes de violence domestique, à améliorer le système de soins de santé maternelle et à former des défenseurs publics sur la manière de protéger les droits des femmes au Pakistan en vertu de la loi.

Les femmes s’expriment

Les femmes au Pakistan n’ont pas gardé le silence ces dernières années sur les injustices dont elles sont victimes. En 2018, les femmes pakistanaises ont organisé la marche Aurat lors de la Journée internationale de la femme. Des milliers de femmes se sont rassemblées à travers le Pakistan pour exiger la fin de la violence sexiste qui balaie le Pakistan depuis des décennies, a rapporté l’USIP. La marche est devenue une tradition annuelle et les femmes se sont rassemblées pour utiliser collectivement leur voix et lutter contre l’oppression de genre et de classe pour les quatre dernières Journées internationales de la femme.

Ces marches permettent au public d’entendre les voix et les revendications des femmes opprimées au Pakistan. Cependant, ils présentent également une menace accrue de violence contre les femmes de la part des talibans. Les talibans pakistanais ont critiqué la marche, l’accusant d’être un « agenda occidental ».

La lutte pour les droits des femmes au Pakistan n’est pas terminée et progresse d’année en année malgré les réactions inquiétantes des talibans pakistanais. Les femmes pakistanaises ont des organisations comme les Nations Unies et l’Institut américain pour la paix qui luttent pour la justice sociale, politique et économique. L’équité et l’égalité des sexes sont nécessaires au développement à long terme du Pakistan en tant que démocratie, ainsi qu’à sa lutte contre l’extrémisme violent.

*

★★★★★