Améliorer l’éducation au Sahel

L'éducation au Sahel
Une éducation de qualité est l’un des moyens les plus sûrs pour un individu d’échapper à la pauvreté. Cependant, lorsque l’éducation est soit inaccessible soit de mauvaise qualité, les individus ont des chances limitées de promotion sociale. Tel est le cas dans la région du Sahel en Afrique. En raison en grande partie de l’instabilité régionale et du manque de ressources scolaires, l’éducation au Sahel produit actuellement certains des résultats d’apprentissage les plus médiocres au monde. Heureusement, une coalition de gouvernements sahéliens s’est récemment réunie et a déclaré conjointement ses plans de réforme de l’éducation.

Le Sahel

Le Sahel est la zone de transition en Afrique centrale qui sépare le désert du Sahara des savanes tropicales de l’Afrique subsaharienne. Dans la région du Sahel se trouve le G5 Sahel, qui est un partenariat de développement entre cinq pays sahéliens : le Tchad, le Niger, le Mali, la Mauritanie et le Burkina Faso. Des donateurs comme la Banque mondiale et le Programme des Nations Unies pour le développement ont soutenu cette alliance. L’alliance est le point central de l’aide internationale dans la région.

Le Sahel est l’une des régions du monde à la croissance la plus rapide – les pays sahéliens du G5 ont un taux de fécondité moyen de 5,6 naissances par femme, soit plus du double de la moyenne mondiale de 2,4 naissances par femme. En conséquence, le Sahel produit chaque année près d’un million d’enfants d’âge scolaire, ce qui met à rude épreuve les systèmes scolaires et les infrastructures éducatives de la région.

L’éducation au Sahel

L’état de l’éducation au Sahel peut sembler prometteur à première vue : le nombre d’enfants sahéliens inscrits à l’école primaire a augmenté d’environ 50 %, passant de 5,9 millions en 2005 à 10,8 millions en 2018, tandis que le nombre d’élèves inscrits à l’école secondaire a plus que triplé. de 1,4 million à 4,6 millions d’étudiants sahéliens. Cependant, la qualité actuelle des résultats d’apprentissage est préoccupante. Seuls 60 % des enfants achèvent l’enseignement primaire et environ 90 % des enfants ne peuvent pas atteindre les normes minimales de lecture et d’écriture à la fin de l’école primaire.

Ces faibles niveaux de scolarité sont dus en grande partie à un manque de ressources dans les salles de classe. Selon le Livre blanc sur l’éducation au Sahel de la Banque mondiale de 2021, seul un élève du primaire sur six en Mauritanie dispose de manuels scolaires. Au Niger, le nombre tombe à un étudiant sur 11. La région du G5 Sahel a également l’un des ratios élèves-enseignant les plus élevés au monde, à 41, soit environ trois fois le ratio moyen des pays à revenu élevé. Dans de telles conditions, il est difficile pour les élèves de recevoir une attention et un enseignement adéquats.

Inégalité des genres

Les résultats scolaires sont les plus faibles pour les filles et les femmes. Étant donné que quatre pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Tchad, Mali et Niger) possèdent les 10 taux de mariage d’enfants les plus élevés au monde, de nombreuses étudiantes de ces pays abandonnent avant d’atteindre l’école secondaire en raison du mariage et de la grossesse. En conséquence, le taux d’alphabétisation des femmes adultes du G5 Sahel est abyssal de 27,4 % selon les données les plus récentes de chaque pays, par rapport à la moyenne mondiale de 83 % en 2020.

Déclaration de Nouakchott sur l’éducation

Malgré ces sombres circonstances, il y a lieu d’être optimiste. En décembre 2021, les dirigeants des pays du Sahel se sont réunis à Nouakchott, la capitale mauritanienne, pour discuter des défis actuels en matière d’éducation. Ici, les nations ont signé la Déclaration de Nouakchott, qui fournit un cadre pour améliorer l’éducation au Sahel. La Déclaration comprend quatre objectifs principaux :

  1. Enseignants de soutien : Les gouvernements s’efforceront de doter les enseignants des outils nécessaires à la réussite des élèves. Cela comprend des programmes de formation, des ressources technologiques et des programmes scolaires renouvelés adaptés aux besoins régionaux.
  2. Contrôle systématique : Les gouvernements créeront des systèmes indépendants pour surveiller les conditions scolaires et garantir de meilleurs résultats d’apprentissage. Ces systèmes identifieront les élèves à haut risque de décrochage et favoriseront également l’inclusion du genre dans la salle de classe.
  3. Augmenter le budget de l’éducation : Les gouvernements alloueront plus de fonds à leurs écoles. Environ 3 % du PIB du Sahel est consacré à l’éducation, ce qui est inférieur à la moyenne subsaharienne de 4 %. D’ici 2030, le Sahel doit au moins respecter cette norme de 4 %.
  4. Donner la priorité aux enfants non scolarisés : Les programmes de sensibilisation du gouvernement contribueront à renforcer les compétences de base en littératie et en calcul des jeunes qui ont déjà quitté le système éducatif. Cela les aidera à trouver un emploi convenable et compensera au moins partiellement leur manque d’opportunités pendant la petite enfance.

Regarder vers l’avant

Alors que les conditions actuelles sont sombres, les pays du Sahel commencent à augmenter leurs investissements dans l’éducation et la Déclaration de Nouakchott marque une première étape importante pour assurer un accès équitable à une éducation de qualité et à la promotion sociale dans toute la région.

– Jack Leist
Photo : Flickr

*

★★★★★