Catégories
Solidarité et entraide

Améliorer la santé mentale au Yémen

Santé mentale au Yémen
La santé mentale au Yémen nécessite une attention particulière en raison des problèmes persistants du pays. Depuis six ans maintenant, le Yémen est confronté à la pire crise humanitaire au monde – plus de 80% de la population a besoin d’une aide humanitaire, y compris plus de 12 millions d’enfants qui n’ont aucune part dans la lutte pour le pouvoir et le statut. Pour aggraver les choses, l’explosion du COVID-19 a conduit le pays dans «une situation d’urgence dans une situation d’urgence».

Seulement la moitié des établissements de santé du Yémen sont capables de fonctionner dans les pires circonstances, et face à la pénurie de masques, de gants, d’eau potable et d’assainissement, le nombre de cas est passé à 2221 au 25 février 2021, avec 624 morts. en raison du manque de fournitures pour traiter le virus. Le pays est confronté à une crise énorme, et la crise affecte la santé mentale de ses citoyens autant que leur corps physique. Au milieu du manque d’installations fonctionnelles et de la mort qui les entoure de toutes parts, la pression accrue sur les Yéménites a encore aggravé leur santé mentale. Voici quelques informations sur la santé mentale au Yémen.

Santé mentale au Yémen

En raison du stress paralysant sur le dos du peuple yéménite, on estime qu’une personne sur cinq au Yémen souffre d’un trouble de santé mentale, selon une étude menée par la Family Counseling and Development Foundation en 2017; cela comprend la dépression, l’anxiété et le trouble de stress post-traumatique (TSPT). De plus, en raison du manque d’éducation et d’installations, le nombre de psychiatres est faible avec près de 0,2 psychiatre pour 100 000 personnes en 2016. Cela représente 40 psychiatres pour l’ensemble de la population. De plus, pour ajouter à la misère et à la détérioration de la santé mentale au Yémen, certains des rares services de santé mentale existants ont fermé en raison de la pandémie.

UNFPA et centres de soutien psychologique

Cependant, malgré toutes les difficultés et toutes les difficultés auxquelles le Yémen est confronté pour tenter de se maintenir à flot, l’UNFPA n’a pas cessé d’offrir ses services de santé mentale aux survivants de la violence sexiste et d’améliorer la santé mentale au Yémen. Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) est le secteur des Nations Unies qui travaille
pour protéger le potentiel des jeunes et garantir que chaque accouchement est sans danger.

Au début, les travailleurs sociaux ont effectué le travail, mais en 2018, l’UNFPA a également offert son aide et son assistance par le biais de centres de soutien psychologique. Ces centres étaient capables de fournir «des soins de santé mentale spécialisés et cliniques, y compris par une assistance téléphonique». Actuellement, même pendant l’épidémie de coronavirus, six centres psychologiques soutenus par l’UNFPA fonctionnent et aident les personnes dans le besoin – la protection civile et l’aide humanitaire de l’Union européenne fournissent un soutien à deux de ces centres qui fournissent une assistance cruciale aux Yéménites lorsqu’ils en ont le plus besoin.

En raison des demandes croissantes de soutien psychologique, l’UNFPA a augmenté le nombre de conseillers disponibles pour la commodité des personnes. Les conseillers sont devenus disponibles pour fournir des services de téléconsultation via 18 numéros sans frais de téléconsultation afin d’aider les survivants de violence sexiste et d’éduquer la population sur la prévention du COVID-19. Les résultats ont été impressionnants: près de 18 000 personnes ont bénéficié d’un accompagnement psychologique spécialisé via la hotline gratuite à partir de 2018. De plus, plus de 25 000 survivants de violences ont bénéficié d’un accompagnement psychologique sous forme de conseils en personne. L’UNFPA vise à aider 5,5 millions de personnes via des services essentiels et vitaux d’ici 2019.

L’Organisation internationale des migrations (OIM)

De plus, l’Organisation internationale des migrations (OIM) offre aux enfants un endroit sûr pour échapper au sang et à la faim dans le pays dans lequel ils doivent résider – un endroit pour ressentir un sentiment de normalité et vivre dans la beauté de leur enfance, même pour quelques heures. Les enfants participent à une variété d’activités pour les aider à apprendre et à jouer, comme la narration d’histoires, les œuvres d’art et plus encore.

Depuis mars 2016, l’OIM a offert un soutien psychosocial communautaire à près de 400 000 enfants. Plus de la moitié de ces enfants ont vu leurs maisons se faire détruire et ont dû vivre dans des sites informels.

Le Yémen a été confronté à une crise économique et sociale épilante jusqu’à présent, et cela affecte la santé mentale au Yémen chaque jour. Cependant, avec l’aide de diverses organisations, les citoyens du Yémen recevront un traitement et des soins suffisants pour aider à reconstruire progressivement leur pays.

– Reem Agha
Photo: Flickr

*