Améliorer la santé mentale au Vietnam

Santé mentale au Vietnam
Les niveaux de stress accrus liés aux pénuries de nourriture, de fournitures médicales et aux longues périodes d’isolement ont augmenté en raison de la pandémie de COVID-19. Selon une enquête sur l’impact de la pandémie d’août 2021 au Vietnam, 62 % des personnes interrogées ont déclaré avoir perdu leur emploi. La réduction des heures de travail et l’enseignement à domicile en ligne ont un impact significatif sur la santé mentale au Vietnam.

Histoire de la santé mentale au Vietnam

La santé mentale au Vietnam comporte un niveau élevé de stigmatisation et de tabou. Dans la culture vietnamienne, beaucoup pensent que la santé mentale est un malheur. « Benh tam than » est l’expression que les gens utilisent pour la maladie mentale dans la société vietnamienne et signifie en fait la folie ou un trouble psychiatrique grave. De plus, les psychiatres au Vietnam sont appelés « Bac si tam than », ce qui signifie « médecins qui traitent la folie ».

Cette utilisation de mots montre que la santé mentale est stigmatisée – la société considère les personnes souffrant de maladie mentale comme des «personnes sauvages, imprévisibles et dangereuses» qui sont «daien» et «khung», ce qui se traduit par «fou» et «cinglé». Cette stigmatisation reflète les préjugés envers la santé mentale au Vietnam et rend les personnes souffrant de problèmes de santé mentale au Vietnam réticentes à demander de l’aide.

La société vietnamienne croit souvent que les circonstances négatives, y compris les maladies, servent de punitions pour les péchés antérieurs. Beaucoup pensent également que les «esprits ancestraux en colère» possèdent des personnes souffrant de maladie mentale. Les familles ont souvent honte lorsqu’un membre de la famille est aux prises avec une maladie mentale.

Statistiques

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 100 millions de personnes souffrent de problèmes de santé mentale dans la Région du Pacifique occidental. En 2014, le Vietnam a noté 10 troubles mentaux courants dans le pays avec des taux de prévalence compris entre 4,2% et 2,45%, selon l’Hôpital national psychiatrique. Les anciens combattants qui ont servi pendant la guerre sont les plus susceptibles d’avoir un taux plus élevé de problèmes de santé mentale, en particulier le trouble de stress post-traumatique (SSPT).

Un article de 2018 indique que les données du gouvernement indiquent qu’environ « 15% de la population a besoin de services de soins de santé mentale ». Cependant, des recherches indépendantes suggèrent que le taux est de 20% à 30% de la population. Pour prévenir et guérir les maladies mentales, la santé mentale a besoin de plus d’attention dans le domaine de la santé publique au Vietnam.

Certains des principaux problèmes de santé mentale dans les communautés vietnamiennes sont l’anxiété, la dépression et l’alcoolisme. Des troubles mentaux plus graves, comme la schizophrénie, sont également présents au Vietnam, selon We Bloom.

Nous fleurissons

We Bloom est une organisation à but non lucratif basée à Indianapolis, Indiana, qui comprend que les communautés peuvent grandir et se développer avec un accès aux ressources et services essentiels pour répondre à leurs besoins particuliers. Avant de commencer son aventure au Vietnam, les co-fondateurs de We Bloom, Kevin Espirito et Beth Kreitl, ont travaillé avec de nombreuses ONG aux États-Unis. Son objectif est de soutenir les communautés au Vietnam avec des formations, des réseaux et des collectes de fonds dans les domaines de la santé publique et de l’éducation. .

En matière de santé mentale, We Bloom se concentre sur trois domaines : donner la priorité aux populations à haut risque, « former et perfectionner les professionnels » et mettre en œuvre une campagne nationale de sensibilisation.

Afin d’améliorer la santé mentale au Vietnam, We Bloom met en œuvre un projet de santé mentale communautaire pour former des professionnels au diagnostic des troubles mentaux et à la fourniture de conseils aux patients. Pour améliorer la santé mentale des enfants, We Bloom met en œuvre une stratégie de conseil en milieu scolaire.

En mars 2020, l’organisation a lancé un projet COVID-19 Vietnam Response recueillant plus de 15 000 $ pour les personnes les plus touchées par la pandémie de COVID-19. En avril 2021, We Bloom a officiellement reçu sa licence pour travailler au Vietnam et espère lancer d’autres projets en 2022.

Le système de santé mentale du Vietnam continue d’évoluer. Avec l’aide des ONG actuelles reconnaissant le besoin de changement, les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale au Vietnam recevront un meilleur soutien et des ressources.

– Alexis King
Photo : Unsplash

*

★★★★★