Améliorer la qualité de vie des enfants haïtiens

Qualité de vie des enfants haïtiensL’hémisphère occidental abrite certains des pays les plus stables au monde, comme les États-Unis et le Canada. Mais, il y en a encore d’autres qui luttent beaucoup. L’île d’Haïti est l’une de ces nations. Haïti est aux prises avec de nombreux problèmes : la violence des gangs, la pauvreté, le manque d’éducation et la médiocrité des soins de santé. La violence et la pauvreté si répandues dans l’enfance ont le plus d’impact sur la qualité de vie des enfants haïtiens. Tous ces problèmes s’entremêlent pour finalement créer un nœud de dommages apparemment irréversibles. Ensemble pour Haïti travaille à améliorer la qualité de vie des enfants haïtiens à travers quatre piliers clés.

Violence des gangs haïtiens

La capitale de l’île, Port-au-Prince, souffre de la violence des gangs au détriment de ses enfants. Plus récemment, depuis le 24 avril 2022, la violence des gangs belligérants a entraîné le déplacement de près de 17 000 personnes et la mort de 188 personnes au minimum, au 3 juin 2022. Les Haïtiens déplacés ont cherché refuge dans des écoles transformées en abris alors que d’autres ont fui vers le nord de la ville, causant d’énormes problèmes de déplacement. Rien qu’en mai 2022, Port-au-Prince a relevé 200 enlèvements aléatoires.

La prévalence des gangs et la violence qui s’ensuit est souvent le produit de zones souffrant de pauvreté – Haïti est l’un des pays les plus pauvres du monde, avec un PIB par habitant de 2 925 dollars en 2020. De plus, Haïti se classe 170 sur 189 pays sur l’indice de développement humain des Nations Unies 2020. L’indice du capital humain d’Haïti indique qu’« un enfant né aujourd’hui en Haïti n’aura que 45 ans[%]aussi productifs qu’ils auraient pu l’être s’il avait bénéficié d’un accès complet à une éducation et à des soins de santé de qualité.

Dans ces circonstances, la vie de gang peut devenir un moyen de survivre et de gagner de l’argent alors que les possibilités de forger un autre mode de vie et de s’assurer un avenir meilleur sont limitées. L’appartenance à un gang offre une protection dans les environnements dangereux dans lesquels les enfants haïtiens sont forcés de grandir, et assez tôt, le gangstérisme devient une occupation générationnelle. En Haïti, en particulier, les gangs détiennent un pouvoir important. Sans véritable armée ni force de police forte, il y a peu d’espoir d’arrêter de grands gangs mieux équipés que les petites forces gouvernementales qui tentent de protéger les 11 millions de personnes qui vivent sur l’île.

Mortalité et santé des enfants

La violence généralisée des gangs entraîne la mort d’innombrables civils, y compris des enfants. Mais, Haïti a également des taux de mortalité infantile, juvénile et maternelle plus élevés que partout ailleurs dans l’hémisphère occidental. En fait, ces taux sont plus comparables à ceux de l’Afghanistan et de nombreux pays africains.

Comme tant d’autres endroits qui souffrent de la pauvreté, cela est dû à un manque de financement pour le secteur de la santé. En 2020, le taux de mortalité des moins de 5 ans en Haïti était de 60,5 % de décès pour 1 000 naissances vivantes. En chiffres, cela équivaut à 16 214 décès d’enfants de moins de 5 ans.

La pauvreté augmente la probabilité de décès prématuré des enfants haïtiens, car les ménages pauvres ont tendance à manquer de ressources ou d’accès aux services nécessaires à la bonne santé et au bien-être d’un jeune enfant. Les familles confrontées à la pauvreté souffrent souvent de malnutrition et de plusieurs maladies qui peuvent devenir mortelles, car de nombreuses familles pauvres ne peuvent pas payer les frais de soins de santé et de médicaments.

La pauvreté en Haïti n’affecte pas seulement ses citoyens, mais aussi les installations médicales. Le sous-financement signifie que le système de soins de santé manque « de personnel, de fournitures et d’infrastructures adéquats » nécessaires pour aider la population du pays.

Ensemble pour Haïti assiste

Ensemble pour Haïti s’efforce de fournir des ressources aux familles haïtiennes pauvres afin qu’elles puissent s’assurer un avenir meilleur. Le chef de l’organisation, Jean Alix Paul, a créé quatre écoles, deux foyers pour enfants et un refuge contre la traite des êtres humains, parmi de nombreuses autres initiatives. L’organisation se concentre sur le développement spirituel, le développement éducatif, le développement économique et le développement physique pour créer une meilleure qualité de vie pour les Haïtiens pauvres, en particulier les enfants les plus vulnérables du pays.

En mettant l’accent sur l’éducation, Ensemble pour Haïti scolarise environ 2 000 enfants dans quatre écoles situées dans quatre communautés haïtiennes défavorisées. Ensemble pour Haïti propose également des formations pédagogiques, des bourses universitaires et des formations professionnelles. L’organisation vise à renforcer l’économie d’Haïti en offrant des micro-prêts, en aidant les gens à créer des entreprises et en offrant une formation sur les pratiques agricoles améliorées.

Les efforts d’Ensemble pour Haïti et d’autres organisations ayant des objectifs similaires améliorent la qualité de vie des enfants haïtiens, leur donnant l’espoir d’un avenir meilleur.

– Kelsey Jensen
Photo : Flickr

*

★★★★★