Aider les enfants pauvres en Nouvelle-Zélande

Enfants appauvris en Nouvelle-Zélande
En Nouvelle-Zélande, la pandémie de COVID-19 a plongé 18 000 enfants dans la pauvreté, en plus du nombre déjà important d’enfants aux prises avec des besoins fondamentaux non satisfaits. Cependant, une organisation, Share My Super, travaille dur pour changer ces statistiques et réduire le nombre d’enfants pauvres en Nouvelle-Zélande.

Enfants appauvris en Nouvelle-Zélande

Dans le contexte des 4,8 millions d’habitants de la Nouvelle-Zélande, plus de 235 000 enfants vivaient dans la pauvreté avant les effets de la pandémie. Bien que la réduction de la pauvreté des enfants soit l’un des objectifs principaux de la Première ministre Jacinda Ardern, le pays n’a vu qu’augmenter le nombre d’enfants en difficulté ces dernières années.

Une étude récente montre une augmentation de 10 % de la pauvreté des enfants en raison des politiques pandémiques du pays, affectant principalement les groupes minoritaires tels que les Maoris et les Pasifika. Le rapport énumère plusieurs raisons principales de la pauvreté des enfants en Nouvelle-Zélande, notamment le manque de soutien gouvernemental, les « interruptions du chômage et de l’éducation » dues à la pandémie de COVID-19 et « un soutien du revenu inadéquat pour les enfants ».

Partager mon super

Une organisation, Share My Super, reconnaît les effets néfastes de ce problème et s’efforce de réduire la pauvreté des enfants en Nouvelle-Zélande. Fondée par Liz Greive, l’organisation fonctionne en unissant des citoyens âgés de plus de 65 ans et en leur permettant de partager leurs retraites restantes avec des organisations caritatives qui aident à éliminer la pauvreté chez les enfants.

« Je suis arrivé à la conclusion que les personnes les plus nécessiteuses en Nouvelle-Zélande, où de réels progrès pourraient être réalisés, seraient avec des enfants qui commençaient difficilement », a déclaré Greive à The Spinoff, un magazine basé en Nouvelle-Zélande. « J’étais bien consciente de la pauvreté que vivent de nombreuses personnes et de la difficulté d’élever une famille lorsqu’il n’y a tout simplement pas assez d’argent qui rentre. »

Share My Super sélectionne manuellement les organismes de bienfaisance en lesquels il croit et en qui les donateurs peuvent faire un don. L’organisation favorise les relations avec ces organisations et s’assure qu’il existe une variété d’organisations, afin que les gens puissent choisir de consacrer leur argent à des besoins immédiats comme un logement ou de la nourriture, ou alternativement, ils peuvent investir leur argent dans des solutions à long terme comme le mentorat ou l’éducation .

De plus, l’organisation bénéficie d’un financement 100 % privé. Par conséquent, l’intégralité des dons va directement à l’organisation que la personne choisit. Les utilisateurs n’ont pas non plus besoin d’avoir atteint l’âge de la retraite pour faire un don – tout le monde peut faire un don via Share My Super.

Impacter

Selon le rapport annuel 2020 de Share My Super, l’organisation a recueilli 294 296 $ en dons pour des œuvres de bienfaisance par le biais de Superannuants, ce qui fait référence aux personnes à l’âge de la retraite qui font don de leur pension excédentaire par l’intermédiaire de l’organisation. Share My Super présente également des avantages dans les deux sens : les enfants de la Nouvelle-Zélande en bénéficient et la population plus âgée du pays est également en mesure de faire une différence pour la prochaine génération. L’organisation gère également un blog détaillant les impacts tangibles des œuvres de bienfaisance sur les enfants du pays afin que les retraités puissent voir l’impact direct de leurs dons.

Bien que les taux de pauvreté des enfants aient augmenté en Nouvelle-Zélande, en particulier à la suite de la pandémie de COVID-19, des organisations comme Share My Super s’efforcent d’aider les enfants pauvres de Nouvelle-Zélande par le biais de dons, unissant les générations plus âgées aux jeunes générations.

– Laya Neelakandan
Photo : Flickr

*

★★★★★