Aide aux réfugiés palestiniens au Liban

Réfugiés palestiniens au Liban
Dans un essai sur le but humanitaire, Ilana Feldman a exprimé un sentiment partagé par de nombreux travailleurs humanitaires. Elle a exprimé son désespoir dans sa capacité à changer la vie des Palestiniens qui souffrent. Elle pense que ce découragement a conduit de nombreux travailleurs humanitaires à promouvoir l’endurance et la résilience dans une dure réalité. Au lieu d’une détermination à modifier cette réalité, les réfugiés palestiniens doivent la supporter, y compris ceux du Liban. Ce désespoir n’était pas aussi répandu en 1947.

La Nakba

Entre 1947 et 1949, la fuite des Palestiniens a atteint un nombre effarant. En 1949, environ 750 000 Palestiniens avaient fui Israël. Selon le récit palestinien, ces réfugiés ont été expulsés par la force. En fait, des preuves existent pour le suggérer. Un document de renseignement israélien estime que 75% des Palestiniens ont fui à la suite d’une action militaire sioniste. Les Israéliens affirment le contraire.

Leur vol a suivi le plan de partition de l’ONU. En 1947, en raison des querelles croissantes entre les habitants palestiniens, britanniques et juifs de Palestine, les Britanniques ont décidé de mettre fin à leur mandat sur la Palestine et de transférer le contrôle à l’assemblée générale de l’ONU. L’ONU a choisi de partitionner la Palestine en deux États distincts. Les Juifs recevraient environ 56% des terres et les Arabes environ 43%.

La majorité des Arabes, cependant, ont été déçus par ce résultat, car leur population dépassait de plus d’un demi-million les Juifs. Ainsi, la guerre qui a suivi a conduit à ce que les Arabes appellent la nakba ou la catastrophe et ce que les sionistes appellent la guerre d’indépendance israélienne. Cette nomenclature met en évidence les récits contrastés du conflit israélo-palestinien.

Après la victoire israélienne en 1948, bon nombre des 750 000 réfugiés palestiniens ont fui vers les pays voisins. L’un de ces pays était le Liban. Aujourd’hui, le nombre de réfugiés palestiniens est passé à environ 5 millions. Pas moins de 476 000 résident au Liban et sont enregistrés auprès de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA).

Le poids du déclin économique sur les Palestiniens

Le 4 août 2020, une catastrophe a frappé le Liban. Un port de Beyrouth abritant du nitrate d’ammonium, un produit chimique hautement explosif, a explosé. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 178 personnes sont mortes et 300 000 personnes sont sans abri à la suite de l’explosion. Ces difficultés manifestes accompagnent le déclin économique.

Environ la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et la monnaie libanaise a chuté de 80%. Avant l’explosion et la montée du COVID-19, la dette était de près de 80 milliards de dollars, le troisième ratio dette / PIB le plus élevé au monde. Certains ont attribué cette crise économique à la corruption. D’autres pensaient qu’il s’agissait des vestiges de la guerre civile libanaise qui durait depuis 15 ans. Aujourd’hui, la dette s’élève à 93,4 milliards de dollars, soit une augmentation de 8,9% par rapport à février 2020.

De telles circonstances ont affecté de manière disproportionnée les réfugiés palestiniens au Liban. La crise financière a favorisé une baisse des services fournis par l’UNRWA, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et l’Autorité palestinienne (AP). Pendant des années, les réfugiés palestiniens au Liban n’ont pas pu obtenir d’emploi dans pas moins de 39 professions différentes.

Aujourd’hui, la crise financière a engendré le chômage des quelques Palestiniens qui ont la chance de trouver un emploi au Liban. Parallèlement à une électricité inadéquate et à un manque d’eau potable, les 12 camps de réfugiés palestiniens au Liban ont également connu un pic de dépression.

Conclusion

Malgré des circonstances sinistres, diverses organisations – la Croix-Rouge libanaise, la Banque alimentaire libanaise, Impact Liban et l’Association Amel – ont levé des millions de dollars pour atténuer les impacts économiques et sanitaires de l’explosion. De plus, l’UNRWA améliore la propagation du COVID-19. Les efforts vont de la stérilisation régulière des camps à l’éducation sur le virus pour les réfugiés palestiniens. Beaucoup plus peut se produire pour reconnaître le sort des réfugiés palestiniens au Liban, et la possibilité de retourner dans leur patrie autoproclamée est encore un espoir lointain. Mais ces efforts ne contribuent pas simplement à l’endurance des réfugiés palestiniens. Ils ne constituent pas un résultat par défaut. Bien qu’ils devraient se sentir insatisfaisants pour tout travailleur humanitaire ambitieux, ils donnent toujours des résultats concrets pour les réfugiés palestiniens. Au milieu du désespoir croissant, c’est néanmoins quelque chose à louer.

Blake Dysinger
Photo: Flickr

*

★★★★★