Accroître le soutien aux personnes handicapées au Brésil

Accroître le soutien aux personnes handicapées au BrésilLe taux de pauvreté du Brésil était de 13,10 % en 2020, bien au-dessus du taux de pauvreté moyen mondial d’environ 9 % au cours des dernières années. Parmi les résidents à faible revenu du Brésil, beaucoup ont des handicaps physiques et mentaux. Une enquête mondiale montre une forte corrélation entre le handicap et la pauvreté dans les pays à revenu faible et intermédiaire comme le Brésil. L’augmentation de l’aide aux personnes handicapées au Brésil est cruciale pour réduire son taux de pauvreté.

Statistiques sur le handicap et la pauvreté au Brésil

En 2019, l’Enquête nationale sur la santé (PNS) a rapporté que 17,3 millions d’adultes et d’enfants au Brésil vivaient avec un handicap mental ou physique. PNS a constaté que près de la moitié, 8,5 millions, avaient 60 ans et plus. Actuellement, la loi brésilienne reconnaît le handicap chez ceux qui vivent avec une déficience à long terme qui entrave la pleine participation à la société.

Mauvaises conditions trouvées dans les institutions

Le Brésil a été critiqué pour son mauvais traitement des personnes handicapées. En 2018, Human Rights Watch a publié un rapport de 83 pages exposant les conditions inhumaines dans les institutions pour personnes handicapées. Le rapport a révélé un manque de services alimentaires et d’hygiène de base, de la négligence, des abus et peu ou pas de droits légaux pour les personnes détenues dans des institutions. L’HRW a visité huit institutions qui maîtrisaient de force les patients et les attachaient parfois à leur lit. Bien que le gouvernement ait adopté la loi brésilienne pour l’inclusion des personnes handicapées en 2015, les mauvais traitements infligés aux personnes handicapées continuent de se produire, comme le montre le rapport 2018 de HRW.

Un besoin de plus de soutien gouvernemental

L’article 11 de la loi sur l’inclusion des personnes handicapées stipule que les personnes handicapées conservent le droit légal de refuser une intervention médicale ou une institutionnalisation forcée. Cependant, bon nombre de ces personnes n’ont guère le choix. Souvent, eux-mêmes ou leurs soignants n’ont pas suffisamment de moyens financiers pour que les personnes handicapées puissent vivre de manière autonome.

Le gouvernement offre le Benefício de Prestação Continuada (BPC), une pension sociale mensuelle pour les personnes handicapées qui ne peuvent subvenir à leurs besoins. BPC fournit 954 reals brésiliens, 259 dollars, par mois à un individu, mais les familles déclarent que cela ne suffit pas. Le rapport 2018 de HRW présente des témoignages de Brésiliens appelant à davantage de services tels que la physiothérapie et les appareils de mobilité.

HRW déclare que le recours excessif à l’institutionnalisation se produit en partie parce que le gouvernement brésilien ne fournit pas suffisamment de soutien à ces ménages. De plus, BPC n’est pas suffisant à lui seul : dans de nombreux cas, les personnes handicapées ne recevaient pas directement leur pension sociale, et HRW a constaté que les employés de l’institution avaient utilisé ces pensions sans autorisation.

Accroître le soutien et le financement des personnes handicapées

Le gouvernement brésilien a répondu aux rapports de HRW et a élargi le programme BPC à partir de mars 2020. Plus de personnes handicapées sont devenues éligibles à une pension mensuelle dans le cadre de l’expansion. Les actions entreprises par d’autres pays peuvent également fournir des modèles pour soutenir les personnes handicapées. L’Italie recalcule chaque année les prestations d’invalidité en fonction de l’évolution de l’inflation et du coût de la vie. Le Japon offre une indemnisation mensuelle basée sur la gravité de l’invalidité plutôt qu’un montant fixe.

Suite aux recommandations de HRW, les critiques appellent le Brésil à faire plus pour ses personnes handicapées : continuer à étendre le BPC, réglementer les institutions tout en travaillant à la désinstitutionnalisation, adopter des réformes juridiques qui protègent l’autonomie et développer davantage de services communautaires tels que les soins de santé et l’inclusion. éducation.

– Luke Sherrill
Photo : Wikimédia Commons

*

★★★★★