Accès aux soins de santé parmi les demandeurs d’asile et les réfugiés

Accès aux soins de santé parmi les demandeurs d'asile
Des études révèlent que les migrants, en particulier les demandeurs d’asile et les réfugiés, rencontrent plusieurs obstacles lorsqu’il s’agit d’accéder aux soins de santé, mais sont confrontés à des risques accrus de diverses maladies et complications de santé. Les difficultés rencontrées par les réfugiés se sont intensifiées au milieu de la pandémie de COVID-19 et avec l’introduction de la loi sur la nationalité et les frontières, une loi qui augmente le niveau de preuve requis pour obtenir l’autorisation de recevoir l’asile et une aide au Royaume-Uni. plaidant pour des changements politiques vitaux, le Royaume-Uni s’efforce d’améliorer l’accès aux soins de santé pour les demandeurs d’asile et les réfugiés.

Une entrevue avec le Dr Dominik Zenner

Le Dr Dominik Zenner est un spécialiste dans le domaine de la santé, exerçant en tant que médecin généraliste à Londres et travaillant comme lecteur en épidémiologie des maladies infectieuses. Avant cela, Zenner a travaillé comme conseiller principal en matière de santé migratoire pour l’Union européenne et l’Espace économique européen.

Zenner confirme la vulnérabilité accrue des populations migrantes aux maladies infectieuses. Il cite une revue systématique de la série 2018 de la Commission Lancet sur la migration et la santé, qui a révélé qu’en moyenne, les décès dus aux maladies infectieuses sont plus élevés chez les migrants que chez les populations autochtones.

On peut attribuer ces vulnérabilités aux maladies infectieuses en partie à « l’origine et les circonstances » des migrants, dit Zenner. Cette vulnérabilité s’ajoute à des obstacles à un traitement efficace. Selon Zenner, les agents de santé au Royaume-Uni peuvent être « moins familiers avec certaines maladies, y compris les maladies tropicales, ce qui risque de retarder le diagnostic ».

La pandémie

La pandémie de COVID-19 a probablement accru les vulnérabilités existantes de manière directe et indirecte. Même avant la pandémie, de nombreux migrants n’étaient pas sûrs de leurs droits en matière de soins de santé et de la manière d’accéder aux soins de santé. L’enquête de l’OMS ApartTogether montre que pendant la pandémie elle-même, un migrant sans papiers sur six n’a pas cherché de soutien médical pour lui-même ou pour son ménage lorsqu’il souffrait des symptômes de la COVID-19. Cependant, deux fois plus de répondants ayant la citoyenneté ou la permanence ont accédé aux services de santé lorsqu’ils ont été confrontés à ces symptômes.

Le Dr Zenner cite « les fermetures et l’inaccessibilité » comme des obstacles importants aux soins de santé, en particulier « le passage aux téléconsultations », qui peuvent être plus difficiles d’accès pour les migrants. Une étude de ses collègues a révélé une baisse d’environ 20 % des taux de consultation des migrants au cours de la première année de la pandémie. Cela contraste fortement avec la baisse d’environ 9 % des consultations pour les non-migrants.

Logement et COVID-19

La pauvreté, le logement et le COVID-19 sont également étroitement liés, le taux de mortalité du COVID-19 augmentant pour les personnes issues de milieux à faible revenu. Les conditions de vie des personnes les plus pauvres, telles que les espaces de vie densément peuplés, augmentent le risque de transmission de la COVID-19.

Le Dr Zenner évoque également les conditions de vie dans les camps de réfugiés. Ces camps sont confrontés à « une transmission accrue des virus respiratoires, parallèlement à une diminution de l’accès aux soins, les camps à haute densité voyant le pire ». L’emplacement de certains camps dans des zones reculées peut augmenter les risques, ce qui signifie que «les soins d’urgence et les ambulances pourraient ne pas arriver assez rapidement». En général, le Dr Zenner déclare que les camps ne sont certainement «pas des habitats humains idéaux».

La loi sur la nationalité et les frontières

La loi sur la nationalité et les frontières peut exacerber les difficultés d’accès aux soins de santé auxquelles sont confrontés les migrants. L’introduction par la loi d’une charge de la preuve plus lourde pour obtenir le statut de réfugié pourrait rendre plus difficile pour les demandeurs d’asile l’accès aux soins de santé et à la sécurité. Le Dr Zenner souligne l’inquiétude suscitée par la difficulté accrue d’obtenir le statut de réfugié avec ces changements, qui pourraient entraîner « des résultats sanitaires défavorables et un accès aux soins de santé plus difficile pour ceux qui recherchent la sécurité ».

Les voyages et les visites du Dr Zenner dans les camps de réfugiés confirment son point de vue selon lequel « l’accès aux soins de santé devrait être universel, non seulement en termes d’éligibilité légale mais aussi d’accessibilité ». Cependant, ce n’est actuellement « pas toujours le cas pour de nombreux migrants et certainement pas pour les demandeurs d’asile », dit-il.

Rôles et responsabilités du gouvernement britannique

Le Dr Zenner affirme que les réductions de l’aide au Royaume-Uni ont entraîné « la réduction ou l’annulation de projets de recherche promouvant nos connaissances sur les maladies infectieuses, limitant davantage les avancées scientifiques ». Il soutient que l’accès aux soins peut être un problème encore plus important que l’éligibilité et que davantage de services de signalisation et de soutien aux migrants sont nécessaires. « Le gouvernement devrait veiller à ce que tout le monde ait accès à des soins gratuits. Nous avons été témoins de tragédies; les mères incapables d’accéder aux soins de maternité et criminalisées lorsqu’elles n’ont pas les moyens de se payer un traitement. Ces tragédies sont tout à fait évitables », dit-il.

Interrogé sur la divergence du Royaume-Uni par rapport aux directives de l’OMS, le Dr Zenner a déclaré que « dans la plupart des domaines, la divergence est due à de bonnes raisons ». Par exemple, le Royaume-Uni a « mené plus de dépistages de la tuberculose qu’initialement recommandé par l’OMS, mais cela s’est avéré être la bonne idée et a créé un précédent ». En fait, le Royaume-Uni joue un rôle clé dans l’information des orientations de l’OMS.

Provisions pour amélioration future

Certaines mesures visant à améliorer les soins de santé des demandeurs d’asile et des réfugiés sont visibles au Royaume-Uni. Celles-ci sont disponibles au niveau local, auprès d’organisations offrant des services de soutien en santé mentale, et au niveau gouvernemental avec le NHS Low Income Scheme, par lequel les migrants et autres personnes défavorisées les groupes peuvent demander une aide financière pour couvrir les frais de santé.

De plus, les cabinets de médecins généralistes peuvent enregistrer de nouveaux patients sans passeport et il n’y a aucune obligation de demander une preuve de statut d’immigration. Les médecins ne doivent pas refuser l’inscription à ceux qui ne peuvent pas fournir de documents et les règles sont souples à cet égard.

Le Dr Zenner est fermement convaincu que « les besoins des migrants doivent être traités de toute urgence », non seulement pour le bénéfice des individus, mais aussi pour des raisons de santé publique en général. Cela comprend un financement durable et solide et la reconnaissance qu’il n’y aura pas d’égalité tant que les communautés vulnérables ne recevront pas un soutien suffisant.

– Lydia Tyler
Photo : Flickr

*

★★★★★