Aborder la santé mentale au Burundi

Santé mentale au Burundi
Les conséquences de la longue guerre civile burundaise se manifestent par la pauvreté, les traumatismes et les inégalités au Burundi. Ces facteurs dévastent la santé mentale des Burundais ; la dépression, l’anxiété et le TSPT sont courants chez les adultes comme chez les enfants.

Un aperçu du Burundi

De 1993 à 2005, la République du Burundi, pays situé en Afrique de l’Est, a connu une violente guerre civile résultant de conflits ethniques entre la majorité Hutu et la minorité Tutsi. Bien que la guerre civile ait officiellement pris fin il y a 17 ans, la violence ethnique et l’injustice persistent, poussant de nombreuses personnes à vivre dans la peur ou à fuir en tant que réfugiés. De plus, les impacts à long terme de la guerre civile persistent sous la forme de pauvreté et de maladie mentale.

Selon le Programme alimentaire mondial des États-Unis, le Burundi est l’un des pays les plus pauvres au monde, avec un taux de pauvreté stupéfiant de 65%. De plus, sur l’indice de développement humain (IDH) de 2019, le Burundi se classe 185e sur 189 pays. « L’IDH est une mesure synthétique pour évaluer les progrès à long terme dans trois dimensions fondamentales du développement humain : une vie longue et saine, l’accès à la connaissance et un niveau de vie décent. Le classement du Burundi place la nation « dans la catégorie à faible développement humain ».

Avec 12,2 millions de citoyens entassés sur 9 920 miles carrés, la surpopulation et l’insécurité alimentaire sont des problèmes majeurs. Le paludisme, la rougeole, le VIH/SIDA et la tuberculose sont des causes courantes de décès au Burundi. Le COVID-19 et le manque de soins médicaux adéquats aggravent les mauvaises conditions de vie dans le pays. Ces facteurs poussent le traitement de la santé mentale au second plan.

Étude de cas

Les séquelles de la guerre ont créé une vague de traumatismes pour de nombreux citoyens. Une étude de 2018 de Nkengurutse et Bitangumutwenzi met en lumière la gravité de la santé mentale au Burundi. L’étude a inclus 120 sujets âgés de 15 à 55 ans. Les résultats étaient terriblement désastreux : 100 % des patients souffraient d’une forme de maladie mentale modérée à sévère. Environ 57 % souffraient de dépression, 20 % avaient des « caractéristiques psychotiques », 13 % avaient un trouble bipolaire, 8 % ont reçu un diagnostic de schizophrénie et 65 % ont été victimes de traumatismes.

Les sujets sont restés hospitalisés pendant environ 20 jours. La stigmatisation liée à la santé mentale (60 %) et la « mauvaise insertion économique » (90 %) constituaient des obstacles au rétablissement complet. Après un an, 30 % des patients traités ont signalé une guérison complète tandis que 42 % ont fait une rechute. Cette étude illustre le grand nombre de Burundais qui luttent contre la maladie mentale et les facteurs présentant des obstacles au rétablissement de la santé mentale.

La bonne nouvelle

Les sports unissent les factions belligérantes du Burundi, réduisant les tensions ethniques qui prévalent à travers le pays. Le Burundi reconnaît le sport comme un exutoire, ne ratant jamais un jeu olympique d’été depuis ses premiers débuts aux Jeux olympiques en 1996. Les athlètes burundais participent également au championnat d’Afrique de lutte, remportant des médailles d’or et d’argent. Chez les femmes, le football offre à de nombreuses femmes une source de revenus, leur permettant d’utiliser leurs talents pour gagner leur vie, explique le Guardian. Le football accorde également à ces filles et femmes l’indépendance et la liberté, une denrée rare pour de nombreuses femmes burundaises qui font souvent face à des pressions parentales pour se marier à l’adolescence. Les athlètes fournissent des modèles aux jeunes Burundais et remontent le moral dans tout le pays, améliorant directement la santé mentale et la confiance en soi.

Pourquoi la santé mentale est importante

Une mauvaise santé mentale est directement liée à la pauvreté. Le Psychiatric Times a observé que la pauvreté infantile peut conduire à la dépression et à l’anxiété, une baisse des performances scolaires et une augmentation du taux de « troubles psychiatriques à l’âge adulte ». Cet impact sur l’éducation est évident au Burundi alors que le taux d’alphabétisation du pays s’élevait à environ 68% en 2017, bien en deçà de la moyenne mondiale de 86%.

De plus, la pauvreté a des liens directs avec la dépression, l’anxiété, la détresse psychologique et les tendances suicidaires. Cette relation causale entre pauvreté et maladie mentale crée une boucle constante qui est particulièrement dangereuse au Burundi où il est extrêmement difficile d’échapper au cycle de la pauvreté. La pauvreté entraîne une mauvaise santé mentale, ce qui entrave la capacité des individus à se sortir des profondeurs de la pauvreté, aggravant ainsi leurs états mentaux. En 2019, le Réseau d’innovation en santé mentale a déclaré que « 90 % des personnes atteintes de maladies mentales n’ont pas accès à un traitement, en particulier dans les [impoverished] et les zones rurales.

Les organisations assistent

Alors que les services de santé mentale de l’UNICEF en 2020 ont permis à 160 000 enfants burundais d’accéder à des ressources de santé mentale, atténuant partiellement le problème, des millions de Burundais ont encore besoin d’un traitement de santé mentale.

Human Health Aid-Burundi (HHA Burundi) est une organisation à but non lucratif créée en 2005 par des « étudiants en médecine, psychologues et travailleurs sociaux ». L’organisation travaille avec les communautés burundaises, « en particulier les enfants et les femmes qui souffrent d’anxiété, de dépression, de traumatismes et d’autres conséquences psychosociales. de leurs expériences de guerre », pour améliorer « l’accès aux soins de santé mentale et au soutien psychosocial ». HHA Burundi fournit également une aide directe aux réfugiés en envoyant des vêtements, de la nourriture et d’autres nécessités. Grâce à des programmes tels que l’école de santé et la formation à l’assainissement au Burundi, HHA Burundi transforme des vies.

En outre, l’UNICEF a obtenu 9,8 millions de dollars de fonds pour le Burundi en 2020 pour la fourniture d’éducation, de nourriture, de médicaments et d’autres besoins humanitaires. L’aide diminue la tension économique et émotionnelle au Burundi, contribuant ainsi à une santé mentale positive.

S’il est urgent d’aborder la santé mentale au Burundi, plusieurs organisations interviennent pour apporter leur aide. De plus, le sport offre aux citoyens un exutoire pour les traumatismes, donnant aux Burundais une source d’espoir dans un pays déchiré par la guerre. Alors que les organisations s’efforcent de placer la santé mentale au premier plan de l’aide étrangère, l’espoir est que les Burundais reçoivent l’assistance en santé mentale dont ils ont besoin pour s’épanouir.

– Mariam Abaza
Photo : Flickr

*

★★★★★