À quoi s’attendre

Le secteur privé de Cuba
Quelques jours après la fermeture de la frontière cubaine, 16 000 travailleurs privés, sentant le danger, ont demandé au ministère du Travail de suspendre leurs licences afin d’éviter de payer des impôts. Ce nombre est passé à 119 000, soit 19% de la main-d’œuvre privée, en quelques jours de plus et a menacé d’anéantir l’économie cubaine. La mise en œuvre des restrictions mondiales de voyage a eu un impact dévastateur sur le secteur du tourisme du pays, qui est le deuxième plus grand générateur de revenus pour la nation insulaire. En conséquence, des entreprises privées sélectives ont été massivement touchées et le gouvernement a perdu une base cruciale pour les devises. En décembre 2020, le tourisme cubain avait chuté de 16,5%, suivi d’une baisse de 11% du PIB du pays. Inquiet de l’effondrement économique persistant, le gouvernement a commencé à ouvrir le secteur privé cubain, offrant aux Cubains des opportunités de travail indépendant et leur permettant d’exploiter des entreprises dans des secteurs supplémentaires.

Qu’a fait le gouvernement?

Auparavant, le gouvernement dirigé par les communistes permettait aux Cubains de participer à seulement 127 activités du secteur privé officiellement approuvées. Certaines des activités légalisées comprenaient le travail en tant que coiffeur, le travail dans la gastronomie ou le transport ou la location de chambres à des touristes. Pour développer le secteur privé, le gouvernement a éliminé la liste précédente de 127 activités. Au lieu de cela, il a créé une nouvelle liste de 124 emplois interdits dans le secteur privé. Le reste des 2 000 activités légales, que le gouvernement a reconnues, sera ouvert aux Cubains. Dans le passé, les entreprises publiques ont toujours dominé l’économie cubaine. Cependant, le secteur privé a réussi à s’imposer ces dernières années. Actuellement, 635 000 personnes occupent le secteur privé, soit environ 14% de la main-d’œuvre cubaine. L’introduction de la réforme économique tant attendue pourrait accroître la diversification du secteur privé et stimuler la croissance économique de Cuba.

Les effets sur Cuba et ses habitants

La réforme économique permettra aux Cubains de participer à des activités économiques supplémentaires. Cela aidera à éradiquer la bureaucratie dans les arrangements gouvernementaux, car les Cubains n’auront plus à manipuler leurs documents commerciaux pour tomber dans la liste des activités légalisées. Désormais, il leur suffit de confirmer qu’ils n’exploitent aucune entreprise figurant sur la liste des activités interdites.

En outre, la libéralisation du secteur privé entraînera un changement dans les schémas de carrière des Cubains. Auparavant, mis à part les emplois sous-payés gérés par l’État, la seule autre option viable pour les Cubains était les emplois peu qualifiés. Désormais, les Cubains auront d’innombrables autres opportunités dans des domaines techniques comme l’ingénierie et l’économie. Pourtant, des domaines professionnels tels que la médecine, le droit et l’enseignement ne pouvaient être ouverts qu’aux employés de l’État. En outre, l’ouverture du secteur privé augmentera les possibilités d’emploi, ce qui développera rapidement le secteur privé. Les propriétaires d’entreprises privées représentent actuellement 13% de la main-d’œuvre cubaine. Ce nombre augmentera en raison de la détente du secteur privé.

L’avenir de l’économie cubaine

Ricardo Torres, économiste pro-réforme au Centre d’étude de l’économie cubaine de l’Université de La Havane, a déclaré que l’ouverture du secteur privé cubain diversifiera les emplois et stimulera le PIB. Ceci, à son tour, a déclenché un changement dans les arrangements économiques à Cuba. Mais les chances que le secteur privé domine bientôt l’économie sont sombres, principalement en raison des paramètres politiques de Cuba. Par conséquent, les attentes ont déterminé que les entreprises publiques dirigeront l’économie. Plutôt que de se précipiter dans les forces du libre marché, le gouvernement cubain doit s’inspirer d’autres pays et établir un cadre institutionnel solide. Plusieurs États européens, les États-Unis, le Japon et d’autres pays d’Asie de l’Est ont prouvé qu’en se concentrant sur les politiques macro et microéconomiques, la planification et l’investissement dans les citoyens, une amélioration économique devrait être possible.

La relation de Cuba avec les États-Unis

L’économie était en plein essor sous l’administration de Barack Obama. Les choses ont cependant changé lorsque l’ancien président Donald Trump a annulé l’accord d’Obama visant à alléger les restrictions de voyage à Cuba. Donald Trump a également mis fin au voyage de croisière américain à Cuba, interdit à de nombreux Américains cubains d’envoyer des fonds chez eux, fait pression sur un hôtel géré par les États-Unis hors de Cuba, contraint les pays à ne pas embaucher de médecins et d’infirmières cubains pendant la pandémie et a réenrôlé Cuba sur le liste des pays qui parrainent le terrorisme d’État. Les entreprises cubaines en ont beaucoup souffert. La réforme du travail n’aurait pas pu être plus opportune pour le gouvernement cubain car elle pourrait présenter un argument solide en faveur de modifications de la politique américaine.

L’un des principaux objectifs d’Obama était d’étendre le secteur privé à Cuba. Par conséquent, sur le dos de l’ouverture du secteur privé et de la nomination de Joe Biden à la présidence, le gouvernement cubain peut chercher à persuader les États-Unis d’envisager une réforme politique. Bien que Cubain ait dû attendre longtemps pour une réforme du travail, il est essentiel de corriger les taux de chômage, de stimuler le PIB et de restaurer l’économie instable de Cuba grâce au secteur privé cubain.

– Prathamesh Mantri
Photo: Flickr

*

★★★★★