À quoi ressemble la vie quotidienne des filles du Kenya ?

Ces filles sont comme toutes les filles, n’importe où. Ils aiment apprendre et jouer et ont de grands rêves. Cependant, comme plus d’un tiers des Kenyans, ils vivent en dessous du seuil de pauvreté et sont confrontés à des défis.

Avec le soutien des partenaires de l’église locale de Compassion, ces filles ont les soins dont elles ont besoin pour s’élever au-dessus de leur situation avec détermination et espoir.

Bienvenue à une journée dans la vie des filles du Kenya !

Matin

Silhouette d'un profil de femme.

Habari za asubuhi; Bonjour! Une à une, à travers le pays, les filles se lèvent pour saluer la journée. Bâillant et se frottant les yeux, ils bondissent hors du lit. (Ou peut-être qu’ils ont besoin d’être cajolés de sous les couvertures, en grognant.)

Certains écartent les moustiquaires qui les protègent du paludisme ; d’autres poussent de côté les frères et sœurs plus jeunes qui partagent leur matelas.

Abigail dort sur un lit sous sa moustiquaire.  Il y a une couverture rouge qui la recouvre.

Le petit-déjeuner au Kenya a tendance à être simple. Une tasse de chai laiteux chaud, de pain, de bouillie ou de fruits. Cependant, l’impact de la pandémie de COVID-19, ainsi que les récentes sécheresses et invasions de criquets, signifient que de nombreuses filles commenceront leur journée affamées. Plus de 11 pour cent des enfants du Kenya souffrent d’insuffisance pondérale et l’UNICEF rapporte que plus d’un quart des enfants de moins de 5 ans ont un retard de croissance.

Depuis le début de la pandémie, les partenaires de l’église locale de Compassion ont organisé des transferts d’argent mobile aux familles vulnérables afin qu’elles puissent nourrir leurs familles.

Tâches du matin

Faith porte une robe bleue et un sweat-shirt gris.  Ils sont tous les deux Elle est agenouillée et prend de l'eau d'un creusé dans la rivière.

Avant d’aller à l’école, les filles du Kenya aident généralement leur famille à faire les tâches ménagères du matin.

Dans le comté de Kitui, dans l’est du Kenya, Faith, 8 ans, puise de l’eau dans le lit de la rivière. Un tiers des Kenyans dépendent de « sources d’eau non améliorées » comme les étangs, les puits peu profonds et les rivières. À moins qu’ils n’aient un moyen simple de traiter l’eau, cela peut exposer les enfants à des maladies dangereuses d’origine hydrique.

Fille s'occupant des chèvres.

Maindi, 8 ans, traite la chèvre de sa famille. Elle fait partie du peuple Rendille de l’est du Kenya, une tribu indigène qui mène traditionnellement un mode de vie nomade tout en prenant soin de ses animaux.

Une fois que Maindi a terminé la traite, elle se rend à l’école à pied. Parce qu’elle est inscrite au programme de Compassion, elle est le premier enfant de sa famille à recevoir une éducation formelle.

L’heure de l’école

Gaudencia porte une robe blanche à motif bleu.  Elle marche dans les rues pleines de monde.

De nombreuses filles au Kenya doivent parcourir de longues distances à pied pour se rendre à l’école, en particulier dans les zones rurales. Il n’est pas rare qu’ils marchent plusieurs kilomètres dans chaque sens. Gaudencia se promène dans les rues de son quartier à Mathare, l’un des plus grands bidonvilles de Nairobi.

Enfants dans une salle de classe assis derrière des bureaux partagés.

Au Kenya, chaque enfant a droit à une éducation de base gratuite et obligatoire. Le pays a réalisé d’importants progrès en matière d’alphabétisation ces dernières années, mais des classes surpeuplées et un enseignement de mauvaise qualité peuvent encore affecter la qualité de l’apprentissage des enfants. Dans certaines régions, le ratio élèves/enseignant atteint jusqu’à 77 pour 1.

Dans le cadre du programme de Compassion, les enfants reçoivent un soutien scolaire. Il peut s’agir d’un soutien scolaire supplémentaire, de cours dans leur centre de développement de l’enfant ou de la prise en charge des frais de scolarité, des uniformes et des fournitures.

Les corvées de l’après-midi

Récolte de la nourriture d'un jardin.

De retour à la maison, de nombreuses filles kenyanes ont quelques travaux à faire avant d’être libres pour l’après-midi. Dans leur communauté balnéaire, Flora, 13 ans, aide sa mère à creuser dans leur potager. Les principaux légumes cultivés par les familles sont les pommes de terre, les tomates, les choux, les pois mange-tout, le chou frisé, les haricots et les carottes.

Louange, une enfant de 10 ans, fille, enfant parrainé, vêtue d'une robe rouge, se penche pour aider sa mère, un parent, une femme adulte, laver et nettoyer la vaisselle, les tâches ménagères quotidiennes, à l'extérieur à l'aide d'une grande baignoire bleue et de savon.

Praise, 10 ans, aide sa grand-mère à frotter les vêtements avec du savon avant de les rincer et de les faire sécher sur une corde sous le soleil éclatant.

Devoirs

Tracy est photographiée ici assise derrière un étalage de fruits dans la boutique de sa grand-mère.

Tracy est assise dans le kiosque d’épicerie de sa grand-mère après l’école. Entre l’aider à servir les clients, Tracy fait ses devoirs. « J’aime aider ma grand-mère à la boutique, et cela m’aide aussi à savoir comment parler aux gens et à pratiquer les mathématiques en calculant la monnaie à donner », dit-elle.

Une adolescente vêtue d'une chemise rayée bleu marine et rouge est assise sur un canapé bleu à une table basse et regarde et utilise un ordinateur portable noir avec ses mains sur le clavier.  Il y a une tasse bleue et un téléphone portable sur la table.  Il y a un autre canapé avec un sac à dos noir dessus.  Les murs sont blancs avec des taches noires dessus.

Synthia tape ses devoirs sur un ordinateur portable. En 2017, elle et ses amis ont inventé une application mobile pour abolir les mutilations génitales féminines. Il a remporté le deuxième prix du défi Technovation sponsorisé par Google ! Elle a appris à utiliser un ordinateur dans son centre Compassion, ce qui l’a aidée à développer un intérêt pour la technologie.

Maindi est assise par terre chez elle et fait ses devoirs.

Maindi fait ses devoirs l’après-midi pour qu’elle puisse se concentrer avant que ses frères et sœurs aînés et son père ne rentrent à la maison après avoir soigné leurs animaux. Sa maison n’a pas d’électricité, alors quand il fait noir, elle utilise une lampe à pétrole.

Temps pour le plaisir

Portraits de groupe et plans d'adolescentes jouant à l'extérieur du projet à Solai, Kenya

Les corvées terminées et les devoirs terminés, il est temps de s’amuser ! Mary joue à « garder à l’écart » avec le personnel à l’extérieur de son centre local de développement de l’enfant Compassion.

Leach est vu ici vêtu d'une chemise jaune vif, debout devant une clôture en tôle ondulée.  Elle tient un chiot et sourit à la caméra.

Leach montre un adorable chiot dans sa communauté à Nairobi. La jeune fille de 12 ans veut devenir enseignante quand elle sera grande. «Je veux avoir un impact positif dans la vie des petits enfants… et leur donner de l’espoir pour l’avenir», dit-elle.

Louange, une fillette de 10 ans, vêtue d'un maillot de sport rouge, frappe un ballon de football sur le sol en jouant avec un autre enfant.

La louange aligne un but sur le terrain de football local dans l’ouest du Kenya. Le football est le sport le plus populaire du pays.

Leach est l'une des filles du Kenya.  Elle sourit et regarde la caméra alors qu'elle porte sa robe rose et ses chaussures.

Leach virevolte dans sa robe préférée – un cadeau de Noël de son parrain.

L’heure du dîner

Cuisine du soir et dîner à l'extérieur avec Salama et sa famille, tous assis sur un tapis tissé.

Salama et sa famille dînent ensemble dehors, assis sur un tapis tissé. Avec beaucoup de frères et sœurs et cousins, leur repas typique de ragoût de haricots et ougali (bouillie de maïs ou de farine de manioc) est chaotique et pleine de rires.

Leach et sa grand-mère sont vues ici en train de rire et de sourire et de préparer du chapati, ou du pain plat indien.

Leach aide sa grand-mère à préparer son repas préféré — chapati. Au Kenya, le pain plat est une friandise spéciale qui se mange lors d’occasions spéciales. La famille de Leach l’a servi le jour de Noël.

Heure du coucher

Abigail porte une robe rose pâle et tient une moustiquaire au-dessus de sa tête.

Abigail se prépare à aller se coucher dans la vallée du Rift. La région a de beaux et vastes lacs ainsi que des marais marécageux, donc les moustiques y habitent aussi. Elle dort sous une moustiquaire la nuit pour se protéger du paludisme et de la fièvre jaune. « Je peux maintenant dormir toute la nuit sans me réveiller pour lutter contre les moustiques », dit-elle.

Shaniz est l'une des filles du Kenya.  Elle porte une robe rouge avec une veste bleue à imprimé floral.  Elle est assise sur un lit dans sa maison et tient un ours en peluche.  Il y a des rideaux rouges à la fenêtre.

Usiku mwema ! Bonne nuit des filles du Kenya. Demain est un autre jour, et il est plein d’espoir.


Photographie et reportage du Kenya par Isaac Ogila et Kevin Ouma.

image Pinterest

*

★★★★★