9 photos qui montrent ce que c’est que d’être pauvre en Asie

Vous êtes-vous déjà demandé ce que c’est que d’être pauvre en Asie ? L’Asie est un endroit extrêmement diversifié. Des villes modernes animées aux îles paradisiaques isolées, la vie quotidienne varie considérablement. Mais le statut économique détermine une grande partie de nos expériences quotidiennes, quel que soit l’endroit où vous vivez.

Alors que l’Asie a fait des progrès considérables dans la réduction de la pauvreté, des poches profondes existent toujours. Selon la Banque mondiale, 256 millions de personnes vivent encore dans l’extrême pauvreté en Asie du Sud et 71 millions vivent dans l’extrême pauvreté en Asie de l’Est et dans le Pacifique. Ce sont les endroits où Compassion travaille, y compris les communautés aux Philippines, au Bangladesh, au Sri Lanka, en Thaïlande et en Indonésie.

Les routines quotidiennes dans les communautés toujours aux prises avec l’extrême pauvreté peuvent être très différentes de celles d’autres parties de l’Asie et de nos expériences en Amérique du Nord. Voici un aperçu de ce que des millions de personnes vivent chaque jour.

Pour ceux qui vivent dans la pauvreté en Asie, la journée commence souvent par un incendie.

Une femme avec un bébé sur ses genoux est assise à l'intérieur devant un petit feu avec une casserole dessus, avec de la fumée dans l'air.

Comme Suku, une mère au Bangladesh, beaucoup de personnes extrêmement pauvres en Asie n’ont pas accès à l’électricité à la maison. Ces familles commencent leur journée en allumant un feu dans leur cuisine afin de pouvoir cuisiner leur repas quotidien – souvent du riz ou un autre aliment de base. De nombreux enfants ramassent du bois ou du petit bois dans les environs de leur maison pour aider à allumer le feu. Tragiquement, des millions de personnes meurent chaque année dans le monde à cause de l’impact de la pollution de l’air intérieur due à la cuisson à l’intérieur.

Trouver de l’eau est une grande partie de chaque jour.

Deux filles portent des seaux noirs sur la tête, debout devant une petite rivière, avec des feuillages en arrière-plan.

Certaines familles vivant dans la pauvreté en Asie ont accès à l’eau courante jusqu’à leur domicile, mais d’autres doivent aller chercher l’eau elles-mêmes. Les femmes ou les enfants visiteront un puits ou une autre source d’eau deux fois par jour pour avoir suffisamment d’eau pour cuisiner, nettoyer et se laver. Parfois, les familles font alors bouillir l’eau qu’elles recueillent pour s’assurer qu’elle est potable. Ces filles, Mue-ngaetoo et Ae-plaetoo du nord de la Thaïlande, puisent de l’eau dans un ruisseau, puis font passer l’eau à travers un filtre qu’elles ont reçu de Compassion pour s’assurer qu’elle est potable.

Les enfants qui le peuvent vont à l’école chaque jour.

Un groupe d'étudiants portant des uniformes scolaires rouges et blancs marchent sur un chemin de terre dans un champ brun avec des arbres en arrière-plan.

Bien que la majorité des enfants fréquentent l’école primaire dans les pays où Compassion travaille en Asie, le nombre d’inscrits chute considérablement dans le secondaire. Les familles ne peuvent pas payer les frais de scolarité et les frais, de sorte que de nombreux jeunes commencent à aider leur famille à l’adolescence. Souvent, les enfants font de longs trajets pour se rendre à l’école, comme ces enfants de Kamalapia, en Indonésie, qui marchent 4 milles dans chaque sens !

De nombreux parents travaillent comme journaliers sur les terres d’autrui.

Une femme avec un sac jaune et vert accroché à la tête cueille des feuilles dans un grand champ vert avec des femmes en arrière-plan.

Une occupation courante des personnes qui vivent dans l’extrême pauvreté en Asie est de travailler comme ouvriers dans des fermes ou des plantations. Les parents peuvent gagner entre 2 $ et 6 $ par jour, mais le travail est saisonnier et apporte de l’instabilité à la famille pendant les saisons mortes. Ici, une femme cueille des feuilles de thé dans une plantation au Sri Lanka, portant un sac avec les feuilles cueillies attachées autour de sa tête.

Beaucoup de pères travaillent comme pêcheurs.

Un jeune homme en chemise rouge est assis dans un long canoë, ramant sur une grande étendue d'eau, avec des montagnes en arrière-plan.

De nombreux pères d’enfants assistés par Compassion en Asie travaillent comme pêcheurs. Selon la méthode, le travail peut être dangereux et peut éloigner les pères de leur famille pendant de longues périodes. Andistya, un jeune assisté par Compassion en Indonésie, pêche à temps partiel pour compléter les revenus de sa famille.

De nombreuses personnes vivant dans la pauvreté en Asie travaillent comme petits commerçants.

Une femme vêtue d'une chemise rouge tient deux verres, debout dans un stand d'épicerie.

De nombreux parents d’enfants assistés par Compassion en Asie gagnent leur vie en vendant divers articles sur les marchés ou dans la rue. S’ils ont une plus grande entreprise, ils peuvent gagner plusieurs dollars par jour, mais d’autres parents gagnent à peine assez pour nourrir leurs enfants. Narcissa, mère d’un enfant assisté par Compassion aux Philippines, vend de la nourriture sur le marché depuis l’âge de 14 ans. Grâce au soutien de donateurs, elle a pu développer son activité de vente de boissons aux fruits.

De nombreuses familles urbaines vivent dans des communautés densément peuplées.

Une rangée de maisons de fortune dans une rue, hautes de plusieurs étages, faites de tôles et de bois, illustrant la pauvreté en Asie.

Dans les zones urbaines pauvres d’Asie, les familles vivent dans des bidonvilles densément peuplés dans les grandes villes, comme cette communauté composée de maisons de fortune aux Philippines. Bien que ces communautés disposent parfois de services plus élémentaires, tels que des sources d’eau et d’électricité améliorées, elles sont souvent confrontées à d’autres problèmes sociaux, tels que la consommation de drogue, la criminalité et la prostitution. Les incendies peuvent également se propager dans les bidonvilles, détruisant rapidement de nombreuses maisons.

Certaines familles rurales vivent dans de simples maisons en bambou ou tissées.

Deux femmes sont assises sur des chaises devant une maison tissée de feuilles et de bambou, montrant la pauvreté en Asie.  Chaque femme a un enfant à côté d'elle ou sur ses genoux.

Dans les zones rurales, les familles en situation d’extrême pauvreté en Asie vivent dans des maisons simples, comme celle-ci au Sri Lanka où la fille parrainée Naiduva vit avec sa famille. Souvent, les maisons sont faites de boue, sont tissées à partir de feuilles de palmier ou sont faites de bambou. Parfois, les toits sont en chaume, qu’il faut remplacer régulièrement. Les toits de chaume et les sols en terre battue peuvent contribuer aux infestations d’insectes et à la diarrhée, ce qui peut entraîner des maladies chroniques dans les familles. Ils sont également extrêmement vulnérables aux catastrophes naturelles.

L’heure du coucher peut prendre différentes formes pour les personnes en situation de pauvreté en Asie.

Une fille en pantalon jaune et une écharpe verte est assise sur un lit à ossature de bois avec une natte sur le dessus et une moustiquaire au-dessus.

Certaines personnes vivant dans la pauvreté en Asie dorment dans des lits traditionnels avec des matelas. D’autres dorment à même le sol avec une couverture ou une natte. D’autres encore, comme Laboni du Bangladesh, dorment sur un sommier, sans matelas, mais avec des couvertures en guise de coussins. Certaines familles dormiront plusieurs personnes dans un lit.

Engageons-nous à prier chaque jour pour les enfants en situation de pauvreté !

Au fur et à mesure que vous abordez les différents aspects de votre journée, de la préparation de vos repas au coucher le soir, pensez à prier pour l’enfant que vous parrainez, qu’il vive en Asie ou ailleurs. Pensez à la façon dont ils pourraient accomplir les diverses tâches de leur journée et à ce que c’est que de vivre dans la pauvreté. Puis priez pour que Dieu les protège dans leur vie quotidienne – les enfermant derrière et devant.

« Tu m’encercles par derrière et par devant, et tu poses ta main sur moi. » – Psaume 139: 5 (NIV)

Découvrez comment le parrainage peut totalement transformer la vie d’un enfant !


Photos de Ben Adams, David Adhikary, Chuck Bigger, Edwin Estioko et Tonny A. Tunya ; une version de cet article a été initialement publiée par Compassion Canada.

*

★★★★★