9 faits sur les soins de santé en Sierra Leone

Santé en Sierra LeoneLa Sierra Leone est une petite nation située sur la côte de l'Afrique de l'Ouest. Alors que le pays possède une abondance de ressources naturelles, il est également un pays pauvre, avec un système de santé qui a grandement besoin d'être amélioré. Voici 9 faits sur les soins de santé en Sierra Leone.

  • La Sierra Leone a l'une des espérances de vie les plus basses du monde. En 2018, l'espérance de vie moyenne en Sierra Leone était de 54,3 ans. Cela place la nation parmi les cinq derniers pays du monde. En comparaison, l'espérance de vie mondiale moyenne est de 72,6 ans.

  • La Sierra Leone est confrontée à des taux élevés de mortalité infantile et maternelle. Comme pour l’espérance de vie, les taux de mortalité infantile et maternelle aident à évaluer la qualité du système de soins de santé d’un pays. En 2015, 87,1 nourrissons sont morts pour 1 000 naissances en Sierra Leone, tandis que 1 360 mères sont décédées pour 100 000 naissances. Aux États-Unis, seulement 5,4 nourrissons sont morts pour 1000 naissances et seulement 14 mères sont mortes pour 100000 naissances. Les décès liés à la naissance surviennent généralement en cas de retard dans la recherche, l'accès et la prise en charge des femmes.

  • Toutes les personnes vivant en Sierra Leone sont à risque de paludisme. Le paludisme est endémique à la nation et présente un grand risque pour la santé. En fait, quatre visites à l'hôpital sur dix en Sierra Leone sont dues au paludisme. Les enfants courent un risque particulier et la maladie contribue au nombre élevé de décès d’enfants dans le pays. Cependant, les taux de la maladie baissent à travers le pays en raison de pratiques préventives telles que dormir sous des moustiquaires imprégnées d'insecticide. Les diagnostics et traitements précoces contribuent également à la baisse des taux de maladie. D'ici la fin de 2020, le ministère de la Santé et de l'Assainissement en Sierra Leone espère avoir diminué les cas de 40%.

  • L'épidémie d'Ebola de 2014 a particulièrement touché la Sierra Leone. Malgré sa population relativement petite, il y avait plus de cas d'Ebola en Sierra Leone que dans tout autre pays. Pour être exact, il y a eu au total 14 124 cas dans le pays, dont près de 4 000 décès. Le premier cas a été signalé en mai 2014 et la Sierra Leone n'a été déclarée indemne d'Ebola qu'en février 2016. Selon l'Organisation mondiale de la santé, le virus a pu se propager si largement en raison des faiblesses des soins de santé en Sierra Leone. Ces faiblesses comprenaient trop peu de travailleurs de la santé, pas assez de surveillance et un manque de ressources.

  • Les résidents handicapés sont confrontés à des conditions difficiles. Environ 450 000 personnes handicapées vivent en Sierra Leone, y compris celles qui ont été mutilées pendant la décennie de guerre civile qui a pris fin en 2002. Le gouvernement ne fournit actuellement aucune assistance aux personnes handicapées. Les personnes handicapées recourent à la mendicité dans les rues de Freetown, la capitale nationale. Les jeunes handicapés qui se sont détournés de leur famille (en raison de l'incapacité de la famille à soutenir les jeunes) forment souvent leur propre communauté dans la rue. L'emploi peut également être difficile à réaliser en raison de la discrimination. Julius Cuffie, un député qui souffre de polio, sensibilise aux luttes des handicapés. Espérant mettre les problèmes des personnes handicapées au premier plan, Cuffie fait pression pour la Loi sur les personnes handicapées.

  • La corruption existe dans le système de santé de la Sierra Leone. Selon une enquête de 2015, 84% des Sierra-Léonais ont payé un pot-de-vin uniquement pour utiliser les services gouvernementaux. De plus, environ un tiers des fonds accordés pour lutter contre la crise d'Ebola ne sont pas comptabilisés. Cela se traduit par environ 11 millions de livres, soit près de 14 millions de dollars. La Sierra Leone a un taux d'alphabétisation d'environ 40%. En conséquence, de nombreux services de soins de santé facturent aux résidents sans le savoir des services de base. Une nouvelle initiative, mise en place par la Commission nationale de lutte contre la corruption, conseille aux résidents de signaler les cas de corruption.

  • En 2010, la Sierra Leone a commencé à offrir des soins de santé gratuits. La Free Healthcare Initiative (FHCI) vise à réduire le taux élevé de mortalité maternelle, infantile et juvénile au pays. Le gouvernement espère également que l'initiative améliorera la santé générale à travers le pays. L'ordonnance prévoit un ensemble de services gratuits pour les femmes enceintes, les mères allaitantes et les enfants de moins de cinq ans. Le programme n'a cependant pas été sans défis, en raison des faiblesses susmentionnées des systèmes de soins de santé antérieurs en Sierra Leone. Cela dit, l'initiative a entraîné un certain nombre de changements positifs. Par exemple, il y a eu une augmentation du nombre de personnels de santé, une plus grande volonté des parents de prendre soin de leurs enfants et une réduction de la mortalité pour les moins de cinq ans.

  • Il y a eu une augmentation des efforts pour renforcer la réponse médicale d'urgence en Sierra Leone. Les accidents de la route tuent des milliers de personnes chaque année dans le pays. En réponse à cela, la Coalition des premiers intervenants de la Sierra Leone (FRCSL) a été créée en 2019 pour améliorer l'état des soins médicaux d'urgence. Cinq groupes nationaux et internationaux à Makeni, une ville du nord de la Sierra Leone, ont fondé la coalition. Le groupe vise à fournir des soins d'urgence, à traiter le nombre élevé de blessures et à résoudre le faible nombre de traitements préhospitaliers en Sierra Leone. Au cours de ses deux premiers mois, les FRSCL ont formé 1 000 habitants de Makeni, en équipant chacun d'une trousse de premiers soins. La coalition espère en former 3 500 de plus au cours des six prochains mois. Il prévoit également de s'étendre hors de la province du Nord au cours des cinq prochaines années. Espérons que les efforts du FRCSL permettront de sauver des milliers de vies des accidents de véhicules dans les années à venir.

  • CARE travaille à améliorer la santé sexuelle et reproductive des femmes et des filles en Sierra Leone. L'agence humanitaire a commencé à travailler dans le pays en 1961. Les objectifs de l'organisation comprennent la fourniture de fournitures médicales et de contraceptifs, la formation de personnels de santé et la collaboration avec la communauté pour éliminer les attitudes qui empêchent les femmes de découvrir leurs droits à la santé sexuelle et génésique. CARE est actuellement présent dans environ 30% des communautés du pays, en particulier dans les régions où le taux d’infection à VIH et de grossesses chez les adolescentes sont élevés. Une mère sierra-léonaise, nommée Fanta, attribue à CARE l'éducation à propos de l'allaitement maternel et des pratiques de santé appropriées, conduisant à la survie et au maintien de la santé de sa fille.

  • Les soins de santé en Sierra Leone sont un problème compliqué par les taux élevés de pauvreté du pays, de nombreuses maladies endémiques et une histoire politique tumultueuse. Bien que des statistiques choquantes, telles que la faible espérance de vie dans le pays et les taux élevés de mortalité maternelle et infantile brossent un tableau sombre, des signes de progrès sont en cours et il est possible que des changements beaucoup plus importants se dessinent à l’horizon.

    *

    ★★★★★