Catégories
Solidarité et entraide

9 Faits sur les PDI en Colombie

9 faits sur les PDI en Colombie
Pendant plus de 50 ans, la Colombie a été aux prises avec une guerre civile qui a fait plus de 220 000 morts et des millions de personnes déplacées. Le problème prolongé des personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI) se poursuit dans le pays malgré l’accord de paix de 2016 entre le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) dans les régions rurales de la Colombie. Voici neuf faits sur les PDI en Colombie.

9 faits sur les PDI en Colombie

  1. En 2019, il y avait environ huit millions de personnes déplacées en Colombie. Cela n’inclut pas les 1,7 million de réfugiés vénézuéliens supplémentaires dans le pays.
  2. Des citoyens sont toujours déplacés depuis l’accord de paix de 2016. En 2019, le nombre de personnes préoccupées en Colombie a augmenté de 13%.
  3. Le gouvernement n’a pas le contrôle de nombreuses régions rurales de Colombie. Bien que les FARC se soient largement démobilisées en 2016, d’autres groupes armés contrôlent encore de larges pans du pays qui perpétuent la crise des déplacés internes. Ces groupes sont financés par le commerce lucratif de la cocaïne, qui continue de prospérer dans les régions instables.
  4. Les impacts environnementaux jouent également un rôle dans la situation des PDI. La Colombie a le quatrième taux de déforestation le plus élevé au monde, dont la majorité se produit dans les régions d’origine des PDI. Les éléments criminels et le gouvernement partagent la responsabilité de la dégradation de l’environnement.
  5. Les militants des droits humains sont en danger. Depuis l’Accord de paix de 2016, plus de 400 militants des droits humains et défenseurs de l’environnement ont été tués en Colombie, dont beaucoup étaient issus de communautés autochtones. Ces défenseurs sont essentiels pour établir des programmes de substitution des cultures et aider à réinstaller et à autonomiser les PDI.
  6. Pour les PDI vivant dans les zones urbaines, le HCR et les ONG nationales ont mis en œuvre la légalisation des établissements informels. Cela a contribué à améliorer l’accès aux services gouvernementaux, à l’énergie et au réseau d’égouts, tout en réduisant la stigmatisation liée au fait de ne pas avoir de titres de propriété pour le logement. Ce projet du HCR est en cours depuis 2015 et a bénéficié à plus de 24 000 déplacés internes.
  7. L’ONG Opción Legal aide les PDI à se réintégrer dans les communautés rurales par des moyens légaux. La réintégration a été incluse dans l’accord de paix de 2016, mais elle a encore besoin d’une meilleure mise en œuvre. Avec l’aide d’un financement du HCR, Opción Legal gère des programmes encourageant et renforçant la participation politique des PDI. Cette ONG a aidé des populations déplacées dans des régions comme l’Atlántico et Bolívar.
  8. L’Agence coréenne de coopération internationale (KOICA) soutient la mise en œuvre de l’accord de paix. L’agence recherche des solutions durables aux conflits, telles que l’éducation et la formation professionnelle. Les programmes ont bénéficié directement à plus de 10 000 Colombiens et à 235 000 indirectement.
  9. L’USAID s’emploie à renforcer la confiance institutionnelle dans les régions où le taux de PDI est élevé. Les populations vulnérables en plus des PDI, telles que les femmes, les chefs de communauté, les migrants et les minorités ethniques, sont toutes considérées comme des populations cruciales pour le financement et l’autonomisation. L’USAID a également une stratégie pour renforcer les capacités des jeunes leaders, ce qui est considéré comme une solution possible à long terme pour la paix et l’autosuffisance.

Avoir hâte de

L’Accord de paix de 2016 a été un grand pas en avant dans l’amélioration des moyens de subsistance de millions de PDI en Colombie. Bien que de nombreux défis demeurent dans la mise en œuvre, les cadres juridiques sont en place pour que le pays continue à atteindre ses objectifs ultimes de paix et de stabilité.

– Matthew Brown
Photo: Flickr

*